camernews-bantou

KO.râ Bantou : « on peut parler d’amour, de sexe sans toutefois être vulgaire… »

KO.râ Bantou : « on peut parler d’amour, de sexe sans toutefois être vulgaire… »

Artiste camerounais engagé, KO.râ Bantou nous a recu une fois de plus. Il nous parle de ses projets musicaux.

Bonjour KO.râ Bantou merci une fois de plus de nous accorder cette interview. Tout d’abord Comment se porte KO.râ Bantou ?

Bonjour culture ébène, bah de rien, merci à vous de m’accorder un peu de votre temps et surtout merci pour ce que vous faites pour la culture africaine. Je vous répondrai que KO.ra Bantou va bien, je suis en vie, en santé et je remercie le bon Dieu pour ça.

Depuis quelques temps tu es en studio, comment évolues le travail ?

Effectivement, vous suivez bien l’actualité de vos artistes hein, c’est rassurant. Oui je suis en studio depuis quelques mois maintenant et le travail avance bien je suis content du résultat, j’ai enregistré beaucoup de chansons avec des styles différents mais ça reste toujours du KO.ra Bantou

Tu viens de dévoiler une chanson « vas-y doucement », est-ce un single ou c’est le projet d’album qui se peaufine tout doucement ? De quoi parles-tu ?

« Vas-y doucement », est une chanson que j’aime beaucoup, que j’ai écrite et composée à un moment bien précis de ma vie. C’est le 2e single de mon EP « ange ou démon » qui sortira normalement le 20/10/2016, le même jour que le clip officiel de « vas-y doucement » et j’ajouterai qu’on peut parler d’amour, de sexe sans toutefois être vulgaire et cette chanson en ai l’exemple typique, je pense que beaucoup de bébés vont naître au rythme de cette chanson. (Rire).

 

Tu as écris il y a quelques jours sur les réseaux sociaux que tu serais en train de préparer un album gospel qui pourrait sortir en 2017, voir 2018. Pourquoi changer de registre ? Et pourquoi maintenant ?

(Rire). Effectivement j’ai annoncé sur les réseaux sociaux que j’étais en studio pour la préparation de mon tout premier album exclusivement gospel qui sortira soit en 2017 soit en 2018. L’album est presque prêt et je suis très fier de cet album car je suis croyant et Dieu est mon moteur aujourd’hui, il m’a sorti dans des situations terribles je vous épargne l’histoire de ma vie pour le moment. En tout cas quand on y prie et qu’on a vraiment la foi, rien, n’y personne ne peut changer votre destin, quand c’est écrit c’est écrit peu importe les jalousies, les envies et les haines gratuites. Je reprendrai ce qu’a dit coco argentée, le crayon de Dieu n’a pas de gomme quand il a écrit personne ne peut effacer. Voilà pourquoi je souhaite lui rendre grâce par ces belles mélodies à venir car il est bon.

Il y a quelques mois tu nous avais servi une chanson engagée qui parle d’une maladie très grave : Ebola ? Aujourd’hui quel feedback as-tu reçu par rapport au public et au pouvoir public ?

Par rapport à mon premier single de ce nouvel EP « ebola », je dois vous avouer que je suis un peu déçu que le public n’est pas compris ma démarche, le public n’a pas compris que c’est pour l’Afrique que je chante et que tous les maux qui touchent l’Afrique me touchent directement. Je me suis senti incompris pourtant j’ai écrit et composé, chanté et enregistré cette vidé avec tout mon cœur. Certains m’ont même fait la remarque du genre  » il n’ya pas ébola au KAMER… EUHHH OK donc ce qui se passe hors du Cameroun doit rester muet? Je suis camerounais, mais aussi Africain. Mais bon je reste un artiste engagé. En ce qui concerne les pouvoirs publics je dirai juste « NO COMMENT » et c’est dommage.

Que réponds-tu à ceux qui disent qu’Ebola ne représente plus un réel danger pour la population africaine ? En d’autres que la maladie a disparu ?

ah ahahhaha (rire) très drôle, mais c’est pas si drôle que ça car c’est quand même 29.000 cas et 11.000 personnes que cette épidémie a tué… comme je l’ai dit dans ma chanson « il arrive comme le messie et repart et nous laisse des morts, EBOLA tout comme le paludisme, le vih, la famine et pleins de maux qui minent nos sociétés africaine.

Quels sont tes projets pour cette fin d’année ?

La sortie de mon EP « ange ou démon » (ange ou démon car il y’a de belles mélodies engagés et des chansons sensuelle et à connotation sexuelle c’est tout), il reste 2 derniers singles à promouvoir après « VAS Y DOUCEMENT » d’où TIGER RUN et BOOM BOOM BOOM.

Penses-tu venir au cameroun pour une série de spectacles ? Une tournée ?

NORMALEMENT en 2017 je suis de retour chez moi au KAMER et je compte bien faire quelques concerts pour officiellement présenter tout ce que j’ai fait jusqu’ici au public de chez moi. Et puis c’est aussi aux organisateurs de spectacles de lier contact s’ils auront besoin de moi…

Si tu as un message à faire passer aux jeunes camerounais, c’est le moment…

Alors aux jeunes et aux moins jeunes d’ailleurs, je leur dirai tout simplement de rester eux même, ne pas essayer de ressembler à quelqu’un d’autre car Dieu nous a créé unique… et ne pas envier ou jalouser son frère pour une raison ou pour une autre ça ne sert à rien… ensuite qu’ils continuent à rêver peu importe le domaine dans lequel ils souhaitent exercer en bossant dur pour atteindre leurs rêves surtout de continuer leurs études et enfin de beaucoup prier le bon Dieu.

 

camernews-bantou

camernews-bantou