camernews-joseph-celestin-tindjou-ge-malabo

Joseph Célestin Tindjou (Président de l’Association Générale des Camerounais…

Joseph Célestin Tindjou (Président de l’Association Générale des Camerounais de Guinée Equatoriale (ASSOGECAM)): «Nous préparons une grande mobilisation pour le match contre la Côte d’Ivoire»

L’association qu’il dirige promet de mettre 2000 billets à la disposition de la Communauté camerounaise de la Guinée Equatoriale pour cette rencontre cruciale comptant pour la troisième journée dans la poule D.

Dans cette interview exclusive accordée à Cameroon-Info.Net, il parle aussi de la structuration de la Communauté camerounaise vivant dans ce pays


Comment vous entrevoyez le match de demain entre le Cameroun et la Côte d’Ivoire ?

Le match de demain va être difficile. Vous savez, à cette CAN, toutes les équipes ont le même niveau, toutes les équipes se valent, il n’y a aucune équipe qui s’est distinguée tout au long de cette première phase. Nous pensons que si l’équipe du Cameroun a un sursaut d’orgueil demain, on pourra faire la différence. Restons toutefois sereins, n’essayons pas de mettre la pression sur nos jeunes footballeurs. A Malabo, vous avez constaté vous-mêmes, il y a un grand déploiement de la communauté qui attend jusqu’ici que cette jeune sélection nous rende un peu heureux parce que comme vous le savez, depuis 2012, on n’a pas participé à la CAN. Nous avons l’honneur que cette Coupe se joue dans notre Sous-région et notre souhait est que le Cameroun puisse la garder et je pense que le Cameroun est bien placé pour gagner cette coupe.


Pensez-vous qu’il y a de quoi être serein après les deux premiers matches plus ou moins décevants ?

Moi, je pense qu’il y a de quoi être serein. C’est le football, ce n’est pas une science acquise et puis les matches sont différents. Nous pouvons mieux faire demain. Que le coach essaie aussi d’apporter du sang neuf, qu’il essaie d’apporter de l’oxygène dans cette jeune sélection parce qu’on a évidemment des talents qui peuvent  la différence et nous pensons sincèrement, il prendra le courage de le faire. Je pense ainsi au jeune N’jie Clinton et au milieu de terrain, Mandjeck. Pour Clinton, je pense qu’il ne faudrait pas qu’on lui mette assez de pression et s’il est courageux, demain, les choses iront mieux.  Quant au pronostic, je pense que c’est un match difficile à pronostiquer. Il faut être prudent mais en tant que camerounais, je suis toujours en faveur de mon pays. Donc, je pense que ça sera 2-1 pour le Cameroun.


Comment êtes-vous organisés pour apporter votre soutien aux lions pour ce dernier match de poule ?

Aujourd’hui, les lions ont plus que jamais besoin du soutien de tous les camerounais ainsi que des sympathisants du Cameroun parce que tel que j’ai observé, il n’y a pas que le Cameroun qui supporte les lions indomptables. Il y a beaucoup de personnes d’autres nationalités qui sont derrière nous et nous sommes arrivés à un tournant important de l’avenir de cette équipe. Pour ce faire, nous, au niveau de l’ASSOGECAM (Association Générale des Camerounais de la Guinée Equatoriale, ndlr) avons acheté deux mille billets que nous allons mettre à la disposition de toute  la Communauté camerounaise présente ici. Nous avons fait une mobilisation particulière pour accueillir les lions. Vous avez vu ce qui s’est passé au stade. Nous avons acheté mille tricots pour les supporters des lions indomptables. L’ASSOGECAM avait prévu au départ trois mille billets, nous avons acheté mille billets de plus. Si par la suite, on réussit à se qualifier pour le second tour – on le fera – Je pense qu’on vous réserve de très belle surprises.
Combien de camerounais y a-t-il en Guinée Equatoriale ?

Nous sommes très nombreux, nous dépassons 2000 mais je pense que pour la rencontre de demain, si nous avons 2000 au minimum derrière les lions indomptables, ce sera déjà quelque chose d’appréciable. Nous avons acheté 2000 billets que nous distribuons au Camerounais et il y a d’autres entités qui ont également prévu quelque chose. Mais plus, nous serons nombreux au stade, plus ça vaudra pour nos lions indomptables. Pour me résumer, nous aurons au moins 2000 personnes au stade demain pour soutenir l’équipe.


Croyez-vous à la qualification des lions indomptables ?

Oui, nous allons nous qualifier, sinon, nous n’allions pas faire ce geste. On va lutter jusqu’au bout, on va lutter jusqu’à la dernière seconde. Tant qu’il n’y a pas le coup de sifflet final, nous ne baisserons pas les bras.


Sur quoi comptez-vous pour afficher un tel optimisme ? La qualité des talents ou la faiblesse de l’adversaire ?

Ne savez-vous pas que les lions indomptables regorgent de beaucoup de talents ? Il faut simplement qu’on les exploite très bien. J’ai suivi des débats hier à la télévision, il faut juste un peu de volonté et puis, c’est terminé.


Parlez-nous de la Communauté camerounaise de Malabo. Comment vit-elle ? Comment est-elle constituée ?

Vous avez eu le temps de les observer et vous allez faire votre propre idée. Je crois que la Communauté camerounaise en Guinée Equatoriale vit en parfaite harmonie, et nous, au niveau de l’ASSOGECAM, nous essayons de cultiver l’esprit de solidarité, l’esprit d’entraide et l’amour de la patrie. Nous essayons de faire en sorte que ceux qui sont nantis essayent d’aider les compatriotes qui souffrent, on essaie autant que faire se peut, de développer le social, d’assister des personnes dans nos actions. Nous sommes en terre étrangère et nous devons tout mettre en œuvre pour porter très haut le flambeau de notre pays. Pour parler de la Communauté camerounaise de Malabo, il faut vraiment une très longue interview.  La Communauté camerounaise de Guinée Equatoriale est en général constituée des associations, des regroupements sur des bases ethniques, sur des bases linguistiques et sur des bases culturelles. Et comme ça se passe au Cameroun, c’est exactement la même structuration comme au pays. Ces associations ont chacune son bureau, son président. Au niveau supérieur, nous avons l’ASSOGECAM qui chapeaute, nous comptons une trentaine d’associations affiliées et c’est à ce niveau que nous décidons sur le plan stratégique. Naturellement, nous n’entrons pas dans la gestion quotidienne des associations mais nous faisons autant que faire se peut de rapprocheR toutes ces associations… Voila une manifestation pratique de l’Assogecam. Les Lions indomptables sont venus à Malabo jouer, nous avons mis à la disposition de notre communauté deux mille billets. Il y en a parmi nous qui n’ont pas les moyens de s’acheter un billet pour aller voir les lions indomptables, ils auront donc la chance, grâce à cet élan de solidarité d’aller voir leur équipe jouer. Des fois, on va vous dire qu’il y a un qui est malade. Quand on se rend compte effectivement qu’il est malade, on lui apporte l’aide nécessaire. Sans entrer dans beaucoup de détails, voila comment fonctionne la Communauté camerounaise de Guinée Equatoriale. Mais je peux vous dire que la Communauté camerounaise dans ce pays, c’est une des plus nombreuses et une des mieux organisées.


Avez-vous des difficultés dans l’accomplissement de ces missions ?

Tout chemin est semé d’embuches. Si c’était facile, on ne serait pas là.  Mais le plus important, ce n’est pas de regarder les difficultés mais de voir l’objectif qu’on s’est fixé et dans tout ce que vous ferez dans la vie, il y aura toujours des difficultés. Il y en a qui ont des difficultés pour manger alors qu’ils ont à manger. Quand ils essaient de manger, ils n’arrivent pas à avaler. Aucune œuvre dans ce monde ne peut se faire sans difficulté mais le plus important, c’est de voir comment est-ce qu’on fait pour aller au delà des difficultés et avancer.


Parlez-nous de vos satisfactions et également de vos déceptions en tant que président de l’ASSOCGECAM !

Je vous parlerai seulement de ma satisfaction, c’est la mobilisation des camerounais autour des lions indomptables, c’est ça l’actualité. La déception, ça n’existe pas dans la vie. Comprenez qu’une déception, c’est la préparation d’un succès…


Les actions de l’ASSOGECAM se limitent-elle seulement en Guinée Equatoriale ?

C’est l’Association des Camerounais de Guinée Equatoriale. Dans un proche avenir, on essaiera de voir dans quelle mesure on peut entrer en contact avec les autres associations qui existent dans d’autres pays pour essayer de voir comment est-ce qu’on peut organiser la diaspora parce qu’aujourd’hui, avec l’évolution du monde, la diaspora devrait apporter sa quote-part à la construction du pays… Pour le moment, nous limitons nos actions en Guinée Equatoriale.


Merci Monsieur le Président !

C’est moi qui vous remercie…

Propos recueillis par Wiliam Tchango, à Malabo

 

camernews-joseph-celestin-tindjou-ge-malabo

camernews-joseph-celestin-tindjou-ge-malabo