Video source missing

iFest Music Show : Le coup de gueule de Petit Pays – Un grand n’est pas un petit

iFest Music Show : Le coup de gueule de Petit Pays – Un grand n’est pas un petit

Voir la vidéo à partir de 54mn12

Hier s’est tenue la 3e édition du désormais incontournable iFest Music Show à Douala avec un plateau d’artistes bien rempli et l’ambiance semblait assez survoltée ! Petit Pays, Stanley Enow, Magasco, Tiwa Savage, Yemi Alade, Skales, Don Jazzy et bien d’autres ont fait vibrer les chanceux qui ont pu assister au spectacle de fin d’année de l’opérateur MTN Cameroon. Événement qui précisons le, était connecté puisque diffusé en streaming via Youtube…

En parlant de Petit Pays qui a clôturé le concert, le père a poussé un coup de gueule en musique, en interpellant la foule en délire sur le fait que les sponsors ne font pas assez confiance aux artistes camerounais et payent des cachets faramineux aux étrangers quant ils payent des sommes dérisoires aux artistes camerounais. Il est allé jusqu’à parler de complexe devant l’étranger :

Mon prochain album arrive. Je vais chasser les Nigérians au Cameroun. Mon prochain album arrive. Ça sort au mois de février. Intitulé « Il faut pardonner ». Ah oui c’est moi seul qui peux les chasser. Vrai ou faux ? Je l’ai fait pour le Kwassa Kwassa. Je l’ai fait à l’époque. J’ai chassé les Congolais, maintenant il me reste les Nigérians (…)

Je prouve toujours. Je ne vous ai jamais déçus. Vrai ou faux ? (…) Je suis obligé de le faire. Parce que les sponsors ne nous font pas confiance. Ils sont complexés par les étrangers. Je suis obligé de changer les choses. Et aujourd’hui, c’est moi seul qui peux le faire. Dans chaque marigot, il y a un caïman. Vrai ou faux ? Les étrangers viennent vous envahir avec des musiques qu’ils ont imité (…) C’est pas des chanteurs, c’est pas des musiciens. Ils n’ont pas d’âme. Et les sponsors leur font confiance. Ils leur donnent beaucoup d’argent. 500 millions, 300 millions. Et oui, et moi je suis là tous les jours, avec les enfants. Ok ! On va voir ! (…)

Lorsqu’on est grand, on reste dans son pays. Johnny Haliday est en France. Le grand des grands Michael Jackson vivait en Amérique. Et nous ici, pour être respecté, il faut vivre à l’étranger. Et oui, je suis à Makepe où je travaille tous les jours. Pour que vos enfants aient à manger. Mais le complexe est là. Vous êtes complexés pourquoi, il y a quoi ? Je connais le monde entier. Il n’y a rien. On vous trompe avec des clips. Il y a rien. C’est des montages. Et oui, Petit Pays ne sait pas s’habiller. C’est vrai. Mais je m’en fous.

On me donne les miettes et on donne des centaines de millions aux petits petits enfants qui m’ont vu grandir ! Est-ce que c’est normal ? Ok, on va voir ! Trente ans de carrière ! Vous étiez encore dans les ventes ! Mais je suis toujours là, grâce à Dieu ! »

Un peuple sans culture, ne connait pas Dieu ! Vrai ou faux ? On vous a déracinés ! Vous n’êtes plus vous mêmes ! C’est pas normal ! On ne trompe pas longtemps le peuple. Youssou N’dour est Ministre au Sénégal, c’est mon ami. Et moi je suis zéro ici là. (…)

Ok, je pense que je peux aller me reposer. J’ai pas gagné beaucoup d’argent, donc je ne peux pas trop chanter. Vous savez combien ils m’ont remis ? Vous savez combien ils m’ont remis ? J’ai failli refuser de venir, c’est à cause de vous. On m’a dit que vous êtes là, et j’ai accepté et je suis venu. Rien que pour vous ! Vous avez peur de quoi ? Oui ! Vous avez peur ! (…)

Rentrer au pays c’est un problème. Abandonner le pays des blancs c’est un problème. J’ai fait une erreur. Moi c’est bon hein. Je peux arrêter ? »

Waaaa ! En tout cas, Petit Pays qui est d’ailleurs parti de façon un peu sèche, semblait l’avoir mauvaise et n’a pas hésité à exprimer son mécontentement haut et fort. Patrick Ebongue, représentant de Trace TV au Cameroun, et coordinateur de l’IFest a pourtant tweeté ceci :

ifest-decembre-2014-jewandaAlors de quoi parle notre Rabbi Rabba national ? Que s’est-il passé pour le mettre en colère ? On aimerait bien le savoir. L’affiche de cet événement qui en a choqué plus d’un, par rapport au positionnement de Petit Pays versus les autres artistes étrangers rajoute de l’eau à son moulin. De même pour Stanley Enow, pourtant plus connu et adulé que Yemi Alade (que j’adore mais bon…).

Qu’à cela ne tienne, pour ma part, je ne connais pas les tenants et aboutissants de cette histoire car je n’ai pas assisté à cet événement, mais je partage le fond de ce qu’il dénonce. Il est effectivement temps qu’il soit automatique en 2014 que nos artistes soient mis en valeur lors d’événements, qu’il y ait des étrangers ou non. Et qu’ils soient payés à des tarifs justes. C’est en les payant, qu’ils pourront continuer à faire de la bonne musique en toute dignité.  Car vous savez que c’est à travers les concerts qu’ils gagnent leur vie plus que la vente de leurs CDs ou les droits d’auteurs quasi inexistants chez nous malheureusement.

Même si les sponsors ne sont pas dans leur rôle premier il est vrai, dans la mesure où ils organisent des évènement qui font appel à ces talents, à eux de jouer le jeu. Qui plus est s’il s’agit de légendes telles que Petit Pays. Charité bien ordonnée commence par soi-même. Il ne serait jamais venu à l’idée à des organisateurs d’events au Nigéria de mettre le grand 2Face derrière un artiste invité étranger de surcroit.

Alors, je salue certes l’initiative et la qualité de l’événement, mais nous sommes en construction, nous avons besoin de tous les moyens possibles pour mettre en valeur nos artistes. Car si ce n’est pas nous, qui le fera mieux à notre place. Apprenons à respecter notre patrimoine culturel. Apprenons à respecter nos GRANDS. Alors chers sponsors, organisateurs d’événements, prenez vos responsabilités. Soutenez nos artistes pour le bien de notre culture et sa pérennité.

Petit Pays, tu es mon héro !  On t’aime ! Voilà un artiste engagé ! Et qui penses aux générations futures. J’adore ! Et j’achète ! #Respect

Nous en discuterons peut-être avec le concerné à l’émission W.A.K.A de Tito jeudi prochain de 16 à 18h sur Afrik2 FM 105.0 qui traitera du rôle des sponsors dans ces événements culturels… Connectez-vous !

 

camernews-culture

camernews-culture