Hypertension artérielle : 17 000 morts chaque année au Cameroun

Les statistiques disponibles à la Fondation camerounaise du coeur sont inquiétantes.

L’hypertension artérielle est une maladie cardiovasculaire qui se caractérise par une pression artérielle trop élevée. Selon des spécialistes, c’est une pathologie qui évolue sans signes particuliers, excepté ceux qui annoncent déjà une complication. C’est pourquoi elle est classée au rang des maladies appelées « tueuses silencieuses ». D’après la Fondation camerounaise du coeur, les statistiques relatives à l’hypertension artérielle sont inquiétantes. Cette maladie cause 17,3 millions de décès par an dans le monde. Parmi ceux-ci, 80% surviennent dans les pays à revenus moyens ou faibles. Au Cameroun, 35% de la population adulte souffre d’hypertension artérielle.

17 000 d’entre eux meurent chaque année. Ce chiffre remet en question le problème de prise en charge de cette catégorie de malades. Au ministère de la Santé Publique, Roger Mamoun, le chargé de communication fait savoir que l’Etat a mis à la disposition des patients hypertendus, un personnel suffisamment qualifié en la matière. « Les hypertendus ont à leur disposition dans les hôpitaux, des cardiologues biens formés. Ceux-ci se chargent de la bonne prise en charge des patients. Il n’y a pas d’appareil pour régulariser la tension. Il revient à chaque malade une fois consulté, de payer ses médicaments et de bien suivre les prescriptions du médecin », déclare-t-il.

A l’hôpital Central de Yaoundé, Dr Claris Ebeni, cardiologue, déclare que la prise en charge des hypertendus se fait en fonction du type d’hypertension. Celui-ci peut être aigu ou chronique. Cependant, dit-elle, l’absence de moyen pour payer l’hospitalisation est un réel problème chez certains malades. « L’hôpital Central a tout ce qu’il faut pour la prise en charge des malades d’hypertension artérielle. Il compte quatre cardiologues et un plateau technique complet. Nous sommes parfois débordés par le nombre de patients que nous avons au quotidien. Plusieurs parmi eux n’arrivent pas à payer  leur frais d’hospitalisation. C’est notre problème majeur », explique la cardiologue.

Pour Martine Zebe, hypertendue depuis 10  ans, levéritable problème des hypertendus est la cherté des médicaments. Cette femme dans la quarantaine dit dépenser près de 20 000 F.Cfa par mois pour l’achat de ses médicaments. « Les remèdes de l’hypertension sont très coûteux. Moi par exemple je consomme deux médicaments. Il y a la boîte d’Atacand 16 qui coûte 12 000 F.cfa et celle d’Amlordont le prix varie entre 7 000 et 12 000 F.Cfa en fonction du nombre de comprimés contenus dans la boîte. J’habite à Ntui et je suis obligée de venir à Yaoundé honorer mes rendez-vous médicaux. Ce n’est pas du tout évident », confie l’hypertendue.