camernews-port

Grève annoncée des ouvriers du Port en eau profonde de Kribi

Grève annoncée des ouvriers du Port en eau profonde de Kribi

Ils accusent le directeur général de la China Harbour engineering de pratiquer la discrimination par rapport à l’application de la nouvelle grille salariale. Rendus à la rencontre du délégué départemental du travail et de la sécurité sociale de l’Océan pour présenter leurs doléances, les délégués du personnel du projet de construction du port en eau profonde revendiquent la mise en application de la nouvelle grille salariale entrée en vigueur depuis le 1er janvier 2014 d’après la convention collective du secteur des bâtiments et travaux publiques. Une initiative qui avait été approuvée par le directeur général de la China Harbour engineering. Malgré le retard volontairement entretenu, pensent les délégués, la mise en application de cette nouvelle grille de salaires a été évoquée lors de la dernière réunion du 07mars 2014. Un mois après seuls les travailleurs de la direction générale en bénéficient. Ce qui ne semble pas du tout arranger les choses. Tant les délégués du personnel croient dur comme fer qu’il s’agit du deux poids deux mesures dans ce qu’ils qualifient de situation cauchemardesque. « Nous vivons un cauchemar. Ce n’est pas parce que nous ne parlons pas que les choses vont bien », affirme l’un d’eux. Avant de poursuivre que les conditions de travail sont éreintantes et précaires. « Pas d’eau potable, pas de toilette, dix à cinq ouvriers dorment dans une chambrette. Les conditions de travail son exécrables. Depuis un an, il y a des ouvriers qui travaillent sans gang. Cela fait trois mois que nous n’avons pas de médicaments dans notre pharmacie. Nous nous débrouillons avec l’automédication. A la moindre revendication, vous êtes licenciés », laisse entendre un autre représentant du personnel. Une ultime réunion pour tenter de désamorcer la bombe est prévue ce jeudi 17 avril 2014 avec les travailleurs. Qui espèrent avoir une suite favorable à leurs doléances. « Nous avons écrit au préfet pour lui signifier notre mécontentement. Si des solutions ne sont pas trouvées à notre revendication, nous descendrons dans la rue », grondent les délégués du personnel. 

 

camernews-port

camernews-port