Financement: Où en est-on avec les eurobonds du Cameroun ?

Rien ne filtre sur le niveau d’avancement de ce projet, dont l’objectif est de financer plusieurs projets de développement.

Il y a quelques jours, les autorités camerounaises ont lancé à Douala, la première phase technique du plan d’urgence triennal. Un plan d’urgence qui doit en principe être partiellement financé par l’eurobond que l’Etat veut émettre sur le marché international et co-arrangé par la Société générale et la Standard Chartered Bank pour un montant d’environ 750 milliards de FCFA. La mise en marche de la première phase technique de ce plan d’urgence vient donc remettre au goût du jour la question de l’état d’avancement de l’eurobond annoncé en février dernier en grand renfort de publicité. Avec quoi cette première phase va-t-elle être financée ? C’est cette question qui brûle les lèvres de plusieurs Camerounais. Tandis qu’au ministère des Finances, et même au ministère de l’Habitat et du développement urbain, c’est le calme absolu sur l’origine des financements levés pour cette première phase technique, qui va permettre de réhabiliter plusieurs voies d’accès dans la ville de Douala, à la Société générale par contre, l’une des deux banques pilotes de ce projet, l’on a pu en apprendre un peu plus.

Malgré la clause de confidentialité invoquée par le directeur général du groupe SG en visite au Cameroun, le directeur général de SG Cameroun, a quand même donné quelques indices sur ce sujet. « Nous ne pouvons pas donner d’informations sur l’eurobond, puisqu’on signe des accords de confidentialité.
Mais, je peux juste vous dire qu’on continue de travailler dans le cadre de notre mandat d’arrangeur sur la bonne concrétisation de l’eurobond, d’1,5 milliard de dollars », a-t-il confié au terme de la conférence de presse donnée à Douala par la banque dans le cadre de la visite du directeur général du groupe bancaire français au Cameroun. Selon Alexandre Beziaud, DG de SG Cameroun, « Nous serons ravis le jour où il sera concrétisé, mais pour l’instant, on y travaille encore. On ne peut pas débloquer des fonds tant que ce n’est pas totalement conclu, sachant que les fonds ne proviendront pas de la banque. Les fonds vont provenir des investisseurs tiers. Et les investisseurs tiers seront informés en temps utile de la possibilité qu’ils ont ou pas de participer à la souscription. L’eurobond est en cours de montage, donc, il n’y a pas un seul FCFA qui soit sorti pour financer quelques projets que ce soit. Et ça, c’est une certitude », a rassuré Alexandre Beziaud, DG de SG Cameroun. Des bribes d’informations qui ne donnent pas assez de détails sur le niveau d’avancement de cet emprunt, mais, qui informent qu’aucun sous n’a été débloqué par les banques dans le cadre de cet eurobond.
Le lancement de cet emprunt à l’international connait donc un retard, puisque selon certaines sources au ministère des Finances, le lancement officiel était prévu au mois d’octobre.
Dans les colonnes de Jeune Afrique en février dernier, Mathieu Mandeng, directeur général de Standard Chartered Bank Cameroon, avait affirmé que: « nous pensons boucler [cette levée de fonds] avant la fin du premier trimestre ». Un délai largement dépassé. Plusieurs experts affirment qu’en ce moment, on aurait pu déjà avoir plus de visibilité sur cette levée de fonds dont le but est de financer certains projets de développement. Notamment le refinancement de la Sonara, le financement partiel du plan d’urgence triennal et de certains projets de développement. Ces fonds vont être collectés auprès d’investisseurs américains, européens et asiatiques. « Nous n’intervenons pas directement dans l’émission en elle-même, nous l’organisons et nous faisons en sorte de trouver les investisseurs », expliquait l’ancien directeur général de la Société générale Cameroun, Jean Philippe Guillaume, dans les médias en début d’année. Vivement donc le lancement de cet eurobond.