En plein débat sur l’immigration des africains en Europe, Bernard Cazeneuve est annoncé à Yaoundé

Bernard Cazeneuve, le ministre français de l’Intérieur, est annoncé à Yaoundé, jeudi prochain, a appris «koaci », ce dimanche, de source introduite dans le gouvernement.

Selon nos informations, Bernard Cazeneuve, le ministre français de l’Intérieur, effectuera une visite de travail de jeudi à vendredi prochain, au Cameroun-son arrivée à Yaoundé, intervient alors que le débat sur l’immigration des africains, s’intensifie en Europe-dans le cadre d’une tournée qui le conduira au Niger puis au Tchad du 14 au 15 Mai. Au Cameroun, il devrait avoir un entretien avec Paul Biya.

Le ministre français de l’Intérieur avait annoncé son intention de se rendre au Cameroun, au Niger et au Tchad, lors d’une visite du 4 mai, au centre d’accueil de jour, pour migrants Jules Ferry de Calais-qui accueille des centaines de migrants africains qui veulent gagner la Grande Bretagne-.

Les questions d’immigration, devraient être au menu des échanges, entre le responsable français et les autorités des pays qu’il visitera, a indiqué notre source.

De plus, « le Cameroun, le Niger et le Tchad sont des pays amis de la France, engagés dans la guerre contre l’éradication de Boko Haram, à coup sûr, les débats vont aussi porter sur les sujets sécuritaires », va ajouter notre source, en guise de justification de la connotation sécuritaire  des échanges entre Cazeneuve et ses homologues africains.

Lors de sa visite au centre de calais, Cazeneuve, avait tiré la sonnette d’alarme sur la « délicate question de l’immigration clandestine », qui préoccupe la communauté internationale, et qui reste sans réponse satisfaisante.

Le ministre français de l’Intérieur, avait évoqué la nécessité d’une « diplomatie des migrations et du développement », et l’urgence pour « l’Union Européenne de se doter d’une politique migratoire et d’une politique de l’asile, qui soit à la hauteur des enjeux ».
A titre de rappel, le voyage de Bernard Cazeneuve dans ces pays du Lac Tchad, intervient après un sommet européen consacré au crucial problème de l’immigration clandestine.

La France est venue en appui aux pays engagés dans la lutte contre Boko Haram. À titre d’illustration, elle appui le Cameroun, dans la formation militaire. Depuis le 22 avril,-jusqu’au 15 mai- plus d’une cinquantaine de militaires camerounais, sont formés à Garoua –Nord du pays-par une dizaine d’officiers militaires français, dans le cadre de la lutte contre les engins explosifs improvisés (IED), très prisés par la secte terroriste nigériane.

De plus, la France apporte son soutien dans le cadre du « renseignement militaire ».