camernews-john-fru-ndi-sdf

Election présidentielle anticipée: La réplique de Ni John Fru Ndi à la demande d’Atanga Nji

Election présidentielle anticipée: La réplique de Ni John Fru Ndi à la demande d’Atanga Nji

Samedi prochain à Bamenda, Le Social Democratic Front (SDF) par la voix de son chairman Ni John Fru Ndi va donner sa position sur la demande à Paul Biya, de recourir à une élection anticipée d’Atanga Nji ministre chargé des missions à la présidence.

Il faut attendre le 6 février prochain, pour avoir le mot de Ni John Fru Ndi, chairman du Social Democratic Front (Sdf) sur la suggestion d’Atanga Nji ministre chargé des missions à la présidence à Paul Biya, sur une élection présidentielle anticipée. Un mot pour certains avisés, fustigera cette demande d’Atanga Nji vue d’un mauvais œil au sein du parti du chairman. « Qu’un camp politique qui est par essence partisan obtienne, à la suite des cris d’orfraie de ses militants désemparés par la probable perte de leurs privilèges, l’anticipation d’une élection majeure comme la présidentielle est indigeste en République », déclare Jean Robert Waffo ministre du Shadow Cabinet du Sdf. Pour lui et d’autres membres du parti «cela posera inévitablement le problème épineux de la distance nécessaire requise entre les fonctions de Président de la République et celles de président d’un parti politique ».

  Loin d’être la seule cause des griefs du parti sur cette question d’élection présidentielle anticipée, le choix de la ville de Bamenda par le ministre chargé des missions à la présidence pour faire cette annonce intrigue. Le Quotidien de l’Economie écrit dans son édition en kiosque du 4 février 2016, «c’est donc de cette même ville que la réponse la plus forte viendra ». Pour le parti de Ni John Fru Ndi, le manège de ces appels à la candidature servi depuis quelques temps, peut encore être tolérée. « Que des militants d’un parti politique se lèvent pour demander à leur champion d’être candidat est une chose à laquelle chacun peut émettre un avis. Encore que le SDF estime qu’après 36 ans d’exercice d’un pouvoir qui a connu énormément d’échecs et de maigres succès, on doit se retirer pour préserver sa dignité et non tenter de se représenter au risque de faire un saut dans l’inconnu qui peut déboucher sur une tragédie déshonorante », déclare Jean Robert Waffo ministre du Shadow Cabinet du Sdf.

On se rappelle que c’est le 30 janvier dernier, que le ministre Atanga Nji « à la tête d’une équipe de 30 signataires » de la déclaration a appelé le Président Paul Biya à procéder à une élection présidentielle anticipée.

 

camernews-john-fru-ndi-sdf

camernews-john-fru-ndi-sdf