camernews-eglise

Eglise évangélique du Cameroun: Des manifestations en marge d’une pastorale spéciale sur la paix et l’Unité

Eglise évangélique du Cameroun:  Des manifestations en marge d’une pastorale spéciale sur la paix et l’Unité

Les manifestants hostiles au nouveau bureau de cette institution religieuse sont venue avec des pancartes perturber la tenue d’une grande rencontre des pasteurs venus des quatre coins du Cameroun, hier mercredi au siège de l’EEC au lieu-dit « Centenaire » à Akwa.

Plusieurs fidèles de l’église évangélique du Cameroun (EEC), pancartes en main, sont venus manifester devant le siège de cette institution religieuse au lieu-dit centenaire au quartier Akwa où se tenait mercredi une pastorale spéciale sur la paix et l’Unité de l’église. Le thème et le lieu n’ont pas été choisis au hasard à ce moment où l’église évangélique traverse une profonde crise survenue après l’élection du pasteur Henje Toya à la tête de cette église au mois d’avril 2017 à Ngaoundéré.

Pasteurs de L’EEC(c) Jules Epoh

Jean Marc Ekoa Mbarga, sous-préfet de l’arrondissement de Douala 1er est descendu personnellement sur le terrain pour veiller au respect des mesures de sécurité prises pour permettre à cette conférence des pasteurs de l’EEC de se dérouler dans de bonnes conditions. La chapelle a été fermée pour empêcher l’entrée des manifestants qui ont d’ailleurs été priés de libérer les lieux. Aux contestataires qui protestaient contre cette mesure, le Chef de terre s’est expliqué. « Il y a ce qu’on appelle en droit, les circonstances exceptionnelles. A l’EEC actuellement, on vit des circonstances exceptionnelles. Quand on fait l’état d’urgence, ça veut dire qu’il y a un problème. Ça veut dire qu’actuellement, la paroisse qui est restée toujours ouverte ne peut plus l’être parce qu’il y a problème. On ne peut plus rien maitriser. Les gens peuvent mettre le feu dans cette paroisse maintenant et ça va vous engager alors que ce n’est peut-être pas vous », a-t-il expliqué.

Intransigeance

Les contestataires majoritairement issus de la Communauté Sawa et réunis autour du dissident, le Pasteur Richard Priso Mingole ne sont pas prêts pour l’instant à accepter la main tendue des nouveaux dirigeants de l’église. Ils dénoncent une violation des textes de l’église évangélique du Cameroun qui veulent une rotation sociologique à la cette de cette institution religieuse. « Je suis né dans cette église et je connais l’esprit des textes. Même s’ils le contournent et le taillent à leur mesure. On parle des groupes sociologiques et ces groupes sociologiques, ils ne les déterminent pas. Mais à notre connaissance, on sait que ce sont les Bamouns, les Bamilékés et les Doualas », a indiqué Bernard Nya Tankwe, un des contestataires au micro de Radio Equinoxe. 20 des 22 présidents des régions synodales ont pris part à ces travaux, et près de 500 pasteurs venus de tous les quatre coins du Cameroun. Richard Priso Mingole du Centre-Sud 2 et Kouo Isedu, du Wouri Nord et du Sud-Ouest ont été les deux grands absents à cette rencontre.

L’EgIise Evangelique du Cameroun(c) Jules Epoh

Secrétaire général de l’EEC, le révérend Phillipe Nguete ne comprend pas l’intransigeance des contestataires qui pourtant, avaient reconnu la victoire du bureau élu à l’issue du synode électif de Ngaoundéré. « C’est une remise en cause qui n’a pas de fondement, il faut le dire. Le monde entier est témoin de la qualité du scrutin qui s’est déroulé à Ngaoundéré. Et s’il y a des frères ou des sœurs qui ne se sentent pas bien à l’aise avec cela, c’est leur liberté. Mais sinon, lorsqu’il y a une compétition, le plus important est qu’elle soit saine et nous pensons que depuis le processus électoral, jusqu’au scrutin de Ngaoundéré, tous ceux qui contestent aujourd’hui et nous étions parfaitement d’accord sur tout ce qui se passe. Il n’est pas normal qu’au bout du scrutin qu’ils se retirent et passent le temps à contester au point de vouloir nuire à l’ensemble de l’église », a-t-il indiqué. « Le bureau de l’Eglise évangélique, ajoute-t-il,  n’exclut aucun de ses enfants. Nous avons tendu la main à tous à travers le conseil synodal général qui a eu lieu ici même au temple le 10 mai dernier »

camernews-eglise

camernews-eglise