camernews-hot news

Des députés demandent à Paul Biya d’accepter la double nationalité

Des députés demandent à Paul Biya d’accepter la double nationalité

Ils viennent de signer un «Appel» dans ce sens. Pour eux, la loi qui l’interdit est «injuste et néfaste au développement» du Cameroun.

10 députés ont signé en date du 2 décembre 2014 une lettre ayant pour objet «Appel des députés en vue de réformer  la loi N° 68-LF-3, du 11 juin 1968 portant Code de la nationalité». Il est adressé au président de la République Paul Biya sous le couvert du secrétaire général de la présidence de la République.

Ces élus du peuple issus en majorité du Rdpc (7 députés) écrivent que la loi du 11 juin 1968 qui proscrit la double nationalité est une « loi injuste et néfaste au développement du Cameroun. Ils expliquent que « les enfants de nombreux hauts dignitaires de la République (diplomates, magistrats, députés, membres du gouvernement) ont la double nationalité » parce que nés dans les pays étrangers ou bénéficiant de la nationalité de leurs deux parents dans le cas des couples mixtes. « Comment peut-on les obliger à choisir entre les deux nationalités ? », demandent nos députés. Ils soutiennent que « la double nationalité est revendiquée par les élites originaires de notre pays qui brillent en particulier dans les secteurs universitaires, économiques, scientifiques, artistiques, sportifs, à l’étranger ». La suite de la correspondance présente des Camerounais d’origine qui « portent haut les couleurs du Cameroun et contribuent à son rayonnement à travers le monde », qui souhaitent « se réaliser au Cameroun » et contribuer au développement du pays « sans avoir à se soumettre aux tracasseries diverses liées aux obtentions de visas et autres cartes de séjour ». Ils demandent au président de la République Paul Biya « d’engager la loi N° 68-LF-3, du 11 juin 1968 afin de consacrer la double nationalité ». Les signataires de la lettre du 2 décembre disent attendre « vivement » le dépôt d’un projet de loi dans ce sens.

La lettre
Photo: (c) R. N.