Des adolescents séquestrés par un marabout à Garoua

Ils auraient été confiés pour redressement et rééducation à ce dernier par leurs propres géniteurs ou parents.

C’est au quartier dit «Haoussaré» de Garoua que cette cellule d’une autre époque a été découverte, le mercredi 29 juillet dernier, par des éléments du Groupement mobile d’Intervention (GMI) n° 4 de Garoua. Cellule aménagée au sein de l’une des écoles coraniques dudit quartier et dirigée par Modibo (maître coranique), Mohaman Sani.
Comme pensionnaires, une dizaine d’adolescents, d’âges variant entre 10 et 15 ans, les pieds enchaînés, illégalement détenus et ce, depuis des années déjà pour certains, dans cette maison de correction.
Au premier interrogatoire, mené aussitôt après son arrestation, sieur Mohaman Sani a fait savoir aux éléments du GMI n°4, que ces enfants, délinquants, indisciplinés et désobéissants pour la plupart, lui ont été confiés par leurs propres géniteurs, tuteurs ou proches aux fins de les redresser et rééduquer. Allégation d’ailleurs confirmée par la quasi-totalité des parents lors de leur audition au niveau de la division régionale de la Police judiciaire du Nord (DRPJ/Nord) à Garoua. Lieu où les enfants ont été référés pour besoin d’enquête et où CT eu à se rendre entretemps. Les informations recueillies auprès de l’officier enquêteur de la Drpj-Nord révèlent que l’un des pensionnaires totalise déjà quatre années de séquestration dans cette maison spéciale de rééducation; deux autres déclarent y avoir passé environ deux années et le reste, environ une année. Durant leur détention, les adolescents sont soumis à des supplices quasi quotidiens et même à des travaux forcés infligés par «leur redresseur.»

En attendant que l’affaire soit référée à la justice, les pensionnaires, tous mineurs, sont remis à leurs parents ou proches respectifs, après que ceux-ci aient systématiquement été identifiés et entendus au niveau de la Drpj du Nord.