camernews-Amadou-Vamoulke

CRTV : BIENTÔT 10 ANS DE RÈGNE DANS L’OBSCURANTISME

CRTV : BIENTÔT 10 ANS DE RÈGNE DANS L’OBSCURANTISME

Ahmadou Vamoulke serait-il la malchance de la Cameroon Radio and Television (CRTV) depuis 2005 ? La chaine publique perd ses téléspectateurs au jour le jour, à cause des programmes d’un autre âge et d’un management à la petite semaine.

Celle qui faisait le bonheur des téléspectateurs camerounais, il y a plus de 10 ans, est devenue inintéressante et perd de l’audience face à la concurrence des chaînes privées. Comble d’incompétence ! Ces chaînes privées n’ont même pas le quart du budget que l’état donc les contribuables camerounais alloue à la CRTV. si la honte tuait, il y a longtemps que le sieur Vamoulké ne serait plus de ce monde. Mais ce triste tableau illustre, de façon générale, le désastre que peuvent causer les nominations à coloration politique. Pourtant, les compétences n’ont jamais été en manque au Cameroun. Qui aurait induit le chef de l’état en erreur, celle de remplacer un bras cassé par un manchot ?

À l’heure des nouvelles technologies de l’information et de la communication, les meilleures chaines de télévision touchent un public de plus en plus nombreux et influencent l’opinion. Ce qui fait de la télévision un véritable pouvoir. Ce qu’ahmadou Vamoulke (‘’saigneur’’ de la CRTV devant allah, selon ses détracteurs) n’a pas compris depuis bientôt une décennie qu’il trône à la tête de la chaîne pro-gouvernementale.

Une politique managériale d’une autre époque

A la CRTV-télé, les valeurs sont mortes. Le tribalisme, la flagornerie, les intrigues, l’adhésion aux réseaux mystiques et l’amateurisme sont monnaie courante. Les programmes de sport et de culture jadis présentés par des journalistes aux talents confirmés sont laissés à la merci des groupes de copinage, aux mépris des téléspectateurs. Bien que service public, la CRTV ne satisfait guère le grand public, même lors des événements importants relevant de l’intérêt de la nation. Plusieurs retransmissions des cérémonies présidées par le chef de l’état ont souffert de couacs inimaginables.

Une politique commerciale et managériale inadaptée aux exigences de l’heure. Le dg de la CRTV brille par le lancement des appels d’offres dont la réalisation médiocre des marchés ne change en rien l’image lugubre et obscure de cette entreprise. 30% de Camerounais des milieux urbains regardent les programmes de la CRTV, tandis que l’état prélève les redevances audiovisuelles de la masse salariale camerounaise et des sociétés parapubliques, sans une véritable raison de regarder la CRTV. La chaine de télévision publique a de la peine à se démarquer de Canal2 international, Canal 24, equinoxe, ariane tv, autres. Faudrait-il que le chef de l’état pense à remettre la boîte à un professionnel, capable de placer la CRTV au firmament des chaînes de télévision et proposer des programmes qui marquent le public ?

 

camernews-Amadou-Vamoulke

camernews-Amadou-Vamoulke