Coton Sport accuse Canon de corruption

Le match en retard de la 27ème journée du championnat prévue jeudi après-midi à Garoua a été interrompu. L’arbitre de la partie s’est déclaré en insécurité après une altercation entre un de ses collègues et un responsable du club hôte.

Le choc au sommet de la 27ème journée de Ligue 1 (Coton sport –Canon) ne se sera joué qu’une mi-temps le jeudi 30 juillet 2015 à Garoua. L’arbitre Christian Itong n’a pas voulu faire poursuivre la partie dont le score était de 0-0 après la première période. Il a prétexté de l’ « insécurité » pour y mettre un terme. Il parle d’une altercation qui aurait opposé sa première assistante Carine Atezambong et le responsable du matériel de Coton sport de Garoua. Interrogé par nos confrères du site Internet spécialisé camfoot.com, le manager général de Coton sport de Garoua Didier Gomes Da Rosa dément toute agression perpétrée par son collaborateur, présenté ici comme la victime d’un des officiels du match Coton-Canon. « A la mi-temps, un arbitre a balancé un coup de poing au responsable du matériel de Coton qui n’était pas sur le banc de touche. De toute façon, nous sommes sereins. On a les images d’un arbitrage bien évidemment catastrophique en début de match, avec tout contre Coton. L’arbitre a frappé mon dirigeant mais il n’a pas répliqué. Il est très responsable », soutient le technicien français.

Le match de jeudi s’est disputé dans une ambiance de tension et de suspicion. Coton sport a accusé le trio arbitral d’être venu à Garoua faire gagner Canon de Yaoundé à tout prix. Didier Gomez Da Rosa dénonce un arbitrage plus que partisan en première mi-temps. Pour lui, il est clair que le mal-classé Canon a voulu améliorer son classement de façon peu orthodoxe. « Je sentais le coup, et j’ai fait filmer le match parce que les dirigeants de Canon n’ont pas cessé d’appeler certains de mes joueurs depuis le début de la semaine pour leur demander un match nul. J’ai la chance d’avoir des joueurs intègres qui m’ont dit qu’ils ne marcheraient pas dans cette logique parce qu’ils portent le maillot de Coton », accuse-t-il. Le ballon est désormais dans le camp des commissions spécialisées de la Ligue de football professionnel  du Cameroun qui devra trancher dans ce litige bien sérieux.