camernews-Affoussiata-Bamba

Côte d’Ivoire: L’Ambassadeur de Côte d’Ivoire au Cameroun porte plainte contre le journal La Scène pour diffamation sur des autorités ivoiriennes

Côte d’Ivoire: L’Ambassadeur de Côte d’Ivoire au Cameroun porte plainte contre le journal La Scène pour diffamation sur des autorités ivoiriennes

« La Scène » avait traité de «bordelle» la ministre ivoirienne de la communication lors de sa visite de travail au Cameroun

Le Conseil National de la Communication (Cnc) du Cameroun a auditionné vendredi dernier le directeur de publication du journal La Scène, Christian Emok et deux autres journalistes à savoir Etoundi Essam et Alain Blondel Bessouel. La convocation de ces journalistes par le CNC est la suite d’une plainte déposée contre eux par l’ambassadeur de la Côte d’Ivoire au Cameroun, Son Excellence Adama Dosso.

Le diplomate ivoirien dans sa plainte dénonce «des informations non fondées, calomnieuses et diffamatoires» se rapportant à la récente visite de travail et d’amitié de la ministre ivoirienne de la Communication, Affoussiata Bamba Lamine, du 23 au 28 avril 2014, dans certaines rédactions à Yaoundé et Douala.

Dans son édition n°13 du 15 mai 2014, La Scène avait titré: «Les révélations chocs du séjour de la bordelle du syndicat du crime au Cameroun».

Dans les pages 6 et 7, le journal avait publié une interview du politicien camerounais, Patrick Sapack. Dans son interview, Sapack affirme : « Affoussiata Bamba était venue faire une opération de toilettage des médias pour un blackout total de la dictature de Ouattara ». Ce dernier a même dit que la ministre ivoirienne est venue « corrompre la presse camerounaise à des fins perfides ». Pour Sapack, le chef de l’Etat ivoirien, Ouattara, le président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro, ainsi que le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, Hamed Bakayoko, appartiennent au « syndicat des criminels ivoiriens ». Pour le diplomate, ses mots du journal La Scène ne sont que des diffamations contre les autorités de son pays et les auteurs doivent payer le prix. Le verdict de la CNC est attendu dans les prochains jours. Le Conseil National de la Communication (Cnc) du Cameroun a auditionné vendredi dernier le directeur de publication du journal La Scène, Christian Emok et deux autres journalistes à savoir Etoundi Essam et Alain Blondel Bessouel. La convocation de ces journalistes par le CNC est la suite d’une plainte déposée contre eux par l’ambassadeur de la Côte d’Ivoire au Cameroun, Son Excellence Adama Dosso.

Le diplomate ivoirien dans sa plainte dénonce «des informations non fondées, calomnieuses et diffamatoires» se rapportant à la récente visite de travail et d’amitié de la ministre ivoirienne de la Communication, Affoussiata Bamba Lamine, du 23 au 28 avril 2014, dans certaines rédactions à Yaoundé et Douala.

Dans son édition n°13 du 15 mai 2014, La Scène avait titré: «Les révélations chocs du séjour de la bordelle du syndicat du crime au Cameroun».

Dans les pages 6 et 7, le journal avait publié une interview du politicien camerounais, Patrick Sapack. Dans son interview, Sapack affirme : « Affoussiata Bamba était venue faire une opération de toilettage des médias pour un blackout total de la dictature de Ouattara ». Ce dernier a même dit que la ministre ivoirienne est venue « corrompre la presse camerounaise à des fins perfides ». Pour Sapack, le chef de l’Etat ivoirien, Ouattara, le président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro, ainsi que le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, Hamed Bakayoko, appartiennent au « syndicat des criminels ivoiriens ». Pour le diplomate, ses mots du journal La Scène ne sont que des diffamations contre les autorités de son pays et les auteurs doivent payer le prix. Le verdict de la CNC est attendu dans les prochains jours.