Coopération Cameroun – FMI: satisfaction dans l’ensemble

Une délégation de l’institution financière conduite par Mario de Zamaroczy a échangé avec le Premier ministre, Philemon Yang mercredi.

C’est un bilan en deux volets de l’économie camerounaise que le chef de la mission du Fonds monétaire international (FMI) au Cameroun a dressé au sortir de la séance de travail qu’il a eue mercredi dans la salle des Conseils de cabinet avec le Premier ministre, Philemon Yang et quelques uns de ses collaborateurs. Mario de Zamaroczy s’est d’abord félicité de la bonne tenue d’une économie qui a su faire face à la chute des recettes issues de l’une de ses principale sources : le pétrole. Ceci étant le reflet d’une conjoncture difficile en la matière. « il y a à peu près une semaine lorsque j’ai eu mon audience avec Monsieur le ministre des Finances, je vous avais dit que la situation internationale dans la région s’est fortement dégradée depuis nos dernières visites en mai 2014. A l’époque, j’avais dit que nous n’avions pas encore les données pour répondre de façon plus précise. A présent que nous arrivons à la fin de cette mission, on peut relever un certain nombre de points. La première c’est que la situation internationale et régionale est moins bonne qu’auparavant. Vous savez qu’entre la mi-2014 et la mi 2015, le prix du pétrole sur le plan international a été divisé par plus que deux ».A cela, le pays a dû faire face à la lutte contre le terrorisme qui, de l’avis du chef de la mission a nécessité de la part des autorités camerounaises une réponse appropriée. Malgré cela, « le Cameroun a fait preuve d’une résilience dans la mesure où l’indicateur principal que nous regardons qui est la croissance, a enregistré de bons résultats en 2014 et va probablement faire la même chose en 2015. En 2014, les chiffes officiels sont de près de 6% et en 2015, nous tablons sur une performance similaire » a-t-il relevé. Autres points positifs, l’accroissement des recettes fiscales et la maîtrise de l’inflation. Cette dernière est en effet restée en dessous de 2% Mario de Zamaroczy.

Toutefois, il a tenu à attiré l’attention des autorités camerounaises sur la situation budgétaire qui, de son point de vue, s’est détériorée avec des prévisions de l’ordre de 5%. Egalement préoccupant, c’est l’endettement. Celui-ci est la résultante de nombreux projets qui sont lancés et qui sont menés par les pouvoirs. Toutes choses qui l’ont amené à attirer l’attention de ses interlocuteurs. Mario de Zamaroczy était accompagné d’une importante délégation dans laquelle se trouvait le nouveau représentant résident du FMI au Cameroun, Kadima Kalonji.