camernews-national-construction

Construction nationale: Le plan de Nkeng-Shalom

Construction nationale: Le plan de Nkeng-Shalom
Durant la première rencontre périodique qui vient de se dérouler à Yaoundé, l’on a constaté que la société camerounaise est gangrenée par la décrépitude morale.

Le Groupe de Travail Nkeng-Shalom s’est retrouvé, ce lundi 16 décembre 2013 à la Commission Nationale Épiscopale du Cameroun (CENC). Son coordonnateur national, l’Abbé Isaac Justin Mabouth a ouvert cette rencontre à la presse et les participants aux échanges ont eu droit à trois exposés, notamment l’intervention de Monseigneur Bienvenu Tchoungui, axé sur l’enjeu de l’intégralité morale dans la construction nationale et le rôle du laïcat. De l’exposé du moraliste, on retient que nombre de chrétiens sont dotés de deux tuniques. La première tunique leur permet, d’afficher leur sainteté dans les temples et les chapelles mais la deuxième dévoile toute leur méchanceté légendaire, en matière de gouvernance. La preuve : les prisons sont remplies de chrétiens ayant éventré les caisses de l’Etat.

A l’origine, les systèmes politiques étaient basés sur les principes religieux. Mais depuis que la sécularisation des institutions de l’Etat s’est opérée, la crainte de Dieu a dépéri. Il faut pousser la foi et la culture à la réconciliation, étant donné que la foi n’est pas opposée à la culture. Elle lui donne tout simplement une base solide. Le laïc, doit retrouver son appartenance à l’Eglise. Les périodes électorales au Cameroun sont le plus souvent des bassins de compromissions et il y a un modèle de vie chrétienne à promouvoir. Ce n’est pas pour rien qu’en Allemagne par exemple, on a fondé le parti démocrate chrétien. Saint Paul dit d’ailleurs, qu’une foi qui n’est pas accompagnée par des actes, est une foi morte.

Dans une société qui a perdu ses repères comme la nôtre, aucun développement n’est possible. L’Abbé Ephrem Belui de l’Université Catholique d’Afrique Centrale (UCAC), pense qu’il faut s’appuyer sur le paradigme biblique pour redresser le Cameroun. Dans son exposé, il a cité trois personnages bibliques qui ont participé avec ardeur, à la reconstruction d’Israël. Néhémie, Esdras et Agée ont été d’un Le Groupe de Travail Nkeng-Shalom s’est retrouvé, ce lundi 16 décembre 2013 à la Commission Nationale Épiscopale du Cameroun (CENC). Son coordonnateur national, l’Abbé Isaac Justin Mabouth a ouvert cette rencontre à la presse et les participants aux échanges ont eu droit à trois exposés, notamment l’intervention de Monseigneur Bienvenu Tchoungui, axé sur l’enjeu de l’intégralité morale dans la construction nationale et le rôle du laïcat. De l’exposé du moraliste, on retient que nombre de chrétiens sont dotés de deux tuniques. La première tunique leur permet, d’afficher leur sainteté dans les temples et les chapelles mais la deuxième dévoile toute leur méchanceté légendaire, en matière de gouvernance. La preuve : les prisons sont remplies de chrétiens ayant éventré les caisses de l’Etat.

A l’origine, les systèmes politiques étaient basés sur les principes religieux. Mais depuis que la sécularisation des institutions de l’Etat s’est opérée, la crainte de Dieu a dépéri. Il faut pousser la foi et la culture à la réconciliation, étant donné que la foi n’est pas opposée à la culture. Elle lui donne tout simplement une base solide. Le laïc, doit retrouver son appartenance à l’Eglise. Les périodes électorales au Cameroun sont le plus souvent des bassins de compromissions et il y a un modèle de vie chrétienne à promouvoir. Ce n’est pas pour rien qu’en Allemagne par exemple, on a fondé le parti démocrate chrétien. Saint Paul dit d’ailleurs, qu’une foi qui n’est pas accompagnée par des actes, est une foi morte.

Dans une société qui a perdu ses repères comme la nôtre, aucun développement n’est possible. L’Abbé Ephrem Belui de l’Université Catholique d’Afrique Centrale (UCAC), pense qu’il faut s’appuyer sur le paradigme biblique pour redresser le Cameroun. Dans son exposé, il a cité trois personnages bibliques qui ont participé avec ardeur, à la reconstruction d’Israël. Néhémie, Esdras et Agée ont été d’un grand apport, dans le processus de reconstruction après la déportation du peuple juif. On se souvient qu’en 597 avant Jésus Christ, les Juifs ont été déportés à Babylone pour 50 ans. Après le retour d’exil, il a fallu reconstruire la nation juive. Chaque personnage cité plus haut, a mis son intelligence au service de l’œuvre de reconstruction nationale.

Ce récit permet de se pencher sur le rôle de la diaspora au Cameroun. Est-ce que nos concitoyens établis à l’étranger, ont une place dans notre société ? Les gouvernants ont toujours entretenu des rapports tendus avec les Camerounais vivant hors de nos frontières. Certains esprits surchauffés les présentent, comme des empêcheurs de tourner en rond et c’est tout récemment qu’ils ont obtenu le droit de vote. Dans l’œuvre de construction nationale, tout le monde a sa place. Des pays comme le Mali l’ont compris. La ville malienne de Kaye, constitue un symbole vivant de l’apport de la diaspora dans l’économie d’une nation. Grand apport, dans le processus de reconstruction après la déportation du peuple juif. On se souvient qu’en 597 avant Jésus Christ, les Juifs ont été déportés à Babylone pour 50 ans. Après le retour d’exil, il a fallu reconstruire la nation juive. Chaque personnage cité plus haut, a mis son intelligence au service de l’œuvre de reconstruction nationale.

Ce récit permet de se pencher sur le rôle de la diaspora au Cameroun. Est-ce que nos concitoyens établis à l’étranger, ont une place dans notre société ? Les gouvernants ont toujours entretenu des rapports tendus avec les Camerounais vivant hors de nos frontières. Certains esprits surchauffés les présentent, comme des empêcheurs de tourner en rond et c’est tout récemment qu’ils ont obtenu le droit de vote. Dans l’œuvre de construction nationale, tout le monde a sa place. Des pays comme le Mali l’ont compris. La ville malienne de Kaye, constitue un symbole vivant de l’apport de la diaspora dans l’économie d’une nation.

camernews-national-construction

camernews-national-construction