Compétitions de mémorisation du Coran à Yaoundé

Elles ont été organisées le week end à la mosquée du Centre islamique du serviteur des deux saintes mosquées d’Arabie Saoudite

 

Les compétitions de mémorisation du Coran annuellement organisées à Yaoundé offrent aux musulmans camerounais des moments heureux où âmes et esprits se nourrissent en puisant dans les nobles préceptes de la religion musulmane.

Les prédécesseurs inculquent ainsi aux successeurs les bonnes valeurs, en plaidant pour un islam « qui fait de la paix son cheval de bataille, lors de ces compétitions de mémorisation du Coran, organisées ce week end à la mosquée du Centre islamique du serviteur des deux saintes mosquées d’Arabie Saoudite, à Yaoundé, selon les organisateurs.

Assis par terre, une vingtaine de jeunes gens attendent sagement. Dès que le nom de l’un d’eux est appelé, il se lève, va vers la table du jury, tire un bout de papier au sort puis va s’asseoir à une table. Ensuite, il récite les versets du Coran qui lui sont demandés.

Ces jeunes gens participent à la dixième édition du concours de mémorisation du Coran. Ils sont venus de différentes villes du Cameroun pour prendre part à la compétition organisée par l’Association de la mémorisation du Saint Coran et des sciences religieuses, en collaboration avec l’organisation mondiale de la mémorisation du Saint Coran basée en Arabie Saoudite.

A travers ces compétitions annuelles, les organisateurs veulent également contribuer à la préservation de la paix. A cet effet, ils expliquent que le prophète est un envoyé de miséricorde et de paix pour l’humanité. De plus, l’Islam «est une religion qui fait de la paix son cheval de bataille. Le Coran est clair: quiconque attente à une âme c’est comme s’il a tué l’humanité entière. Celui qui maîtrise et respecte ce que dit le noble Coran ne pourra donc que préserver la paix», dit Mahamat Alamine, un des organisateurs camerounais de la compétition, rencontré par Anadolu à Yaoundé.

Cette compétition est également organisée avec le partenariat du Centre du serviteur des deux saintes mosquées de Yaoundé, un centre qui abrite l’une des plus grandes mosquées de la capitale et où la compétition a lieu.

«L’objectif de cette compétition est d’amener les jeunes gens à s’intéresser non seulement à la lecture du Saint Coran mais également à la compréhension de son exégèse c’est-à-dire l’explication du sens des termes du noble coran», explique Mahamat Alamine. Il s’agit aussi d’amener les participants «à s’intéresser à la législation islamique de manière globale», renchérit-il.

La compétition en elle-même est subdivisée en cinq rubriques. Il y a «la mémorisation du Coran dans les sept versions de lecture différentes, la mémorisation du coran et l’explication du sens de ses versets, une rubrique réservée beaucoup plus aux adultes», explique Alamine.

Les autres rubriques sont [i «la mémorisation du Noble Coran avec la maîtrise du recueil de certains poèmes, le hadith communication orale du prophète Mohamed (Psl), ndlr] et une dernière compétition réservée aux enfants de moins de 10 ans», informe le même interlocuteur.

Les vainqueurs de chaque rubrique gagnent des lots matériels dont le contenu n’est pas dévoilé au public. Les organisateurs préfèrent mettre l’accent sur les récompenses spirituelles. «Au-delà de ce que les vainqueurs peuvent gagner au plan matériel, il est à noter que pour le musulman, la lecture du Saint Coran est un moyen de récompense des grâces d’Allah. Quiconque lit le livre d’Allah aura une récompense et la récompense généralement aux yeux d’Allah se décuple», explique, Oumar Abakar, un autre membre de l’équipe d’organisation de la compétition.

«Il sera dit au lecteur du Coran le jour de la résurrection : lit, monte, escalade en degré. Ta dernière place sera au niveau du dernier verset que tu auras récité», conclut Abakar, se référant au Hadith.

Le Centre islamique créé par le Royaume d’Arabie Saoudite est le plus grand centre islamique au Cameroun. Il comprend une grande mosquée, une école et une bibliothèque et assure d’importants services aux musulmans de la République du Cameroun et des pays avoisinants.

Les musulmans représentent à peu près un quart de la population globale estimée á environ 20 millions d’habitants. On les retrouve beaucoup plus dans les trois régions septentrionales du Cameroun à savoir l’Adamaoua, le Nord et l’Extrême Nord. On les retrouve aussi disséminés dans les autres régions du Cameroun, où ils vivent en harmonie avec les autres religions