Commandant territorial: Comprendre les nominations des gouverneurs

Un décret du président de la République Paul Biya a timidement revisité ce vendredi 23 octobre 2015, les gouverneurs de région.

 

Le chef de l’Etat a gardé la ligne directrice du réaménagement du gouvernement du 02 octobre dernier. Faire du neuf avec du vieux. Sur les 10 postes de gouverneurs que compte le pays seulement quatre ont été ébranlés. Trois administrateurs civils font ainsi leur entrée dans le commandement territorial, Grégoire Mvondo, Kildadi Taguiéké Boukar et Felix Nguele Nguele sont désormais respectivement gouverneurs des régions de l’Est, de l’Adamaoua et du Sud. Un chef de terre, Samuel Dieudonné Ivaha Diboua est muté pour le prestigieux poste de gouverneur de la région du littoral. Deux autres (Abakar Ahamat et Jules Marcelin Ndjaga), appelés à faire valoir leurs droits à la retraite.

Ces mouvements dans la préfectorale sont la résultante logique du réaménagement du 02 octobre. Le poste de gouverneur laissé vacant par le désormais Ministre délégué à la Présidence chargé de la Défense, Joseph Beti Assomo imposait au Chef de l’Etat, une révision du commandement territorial. La mutation de l’ancien gouverneur de la région de l’Est à ce poste résout dès lors le problème. Un choix qui se justifie selon des responsables au Ministère de l’Administration territorial et de la décentralisation (Minatd) par les capacités de « gestion » du nouveau gouverneur de la région du Littoral à son précédent poste. A ce sujet, à son installation comme gouverneur de la région du Soleil levant par le Minatd René Emmanuel Sadi en avril 2012, Samuel Dieudonné Ivaha Diboua avait été instruit de lutter contre le grand banditisme, le braconnage et la criminalité transfrontalière. Cette dernière a d’ailleurs redoublé avec les incursions en territoire camerounais des rebelles de la Séleka de la République Centrafricaine.

Dans sa logique de colmatage de brèches laissée par le mouvement du 02 octobre au sein du gouvernement, Paul Biya aurait donc privilégié l’expérience. Une  expérience acquise dans la zone délicate qu’est la région de l’Est en ce moment et qui en principe  prépose le nouveau gouverneur de la région du littoral à prendre les rênes de ce commandement territorial historiquement réputé «frondeur» et qui impose la stratégie du « bâton et de la carotte ».

Equilibre régional

La timide révision des gouverneurs de régions au-delà de remplir le vide laissé par le Ministre délégué à la présidence chargé de la Défense Joseph Beti Assomo vient repositionner la région de l’Est. En effet, cette partie du pays sort du Commandement territorial avec Bernard Wongolo, ex gouverneur de l’ex province du Sud et désormais Secrétaire adjoint du Senat. L’équilibre régional réintroduit dès lors un originaire de la région du Soleil Levant en la personne de Félix Nguele Nguele, gouverneur de la région du sud et ancien préfet de la Mezam dans le Nord ouest.

La politique d’équilibre régionale joue également sa partition dans le remplacement du gouverneur de la région de l’Adamaoua. Abakar Ahamat, originaire de la région de l’Extrême nord est ainsi remplacé par Kildadi Taguiéké Boukar, originaire de la même région.

Ben Christy Moudio


Ivaha Diboua

A la tête de la «frondeuse»

Le nouveau gouverneur de la région du Littoral, était précédemment au sommet de celle du soleil levant depuis 2012.

Les incursions Séléka, le braconnage, le grand banditisme, la criminalité transfrontalière, voici entre autres dossiers que laisse le nouveau gouverneur de la région du littoral. A la place, il hérite notamment de la ville frondeuse qu’est Douala avec ses problèmes dont la gestion des «Benskineurs ».

Le nouveau patron du Littoral quitte la région de l’Est où il est en service depuis 2012. Un poste de gouverneur qu’il a précédemment occupé dans la région de l’Ouest de février 2010 à 2012. L’on lui connait un passage comme préfet du département du Haut Nkam, du Mbam et Kim (2003 – 2006), du Nkam du Nkam (2000 – 2003). Il fut en outre chef de cabinet n°2 du gouverneur de la province du Littoral  de 1989 à 1992, après sa sortie de l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (Enam).


Kildadi Taguieke Boukar

Le prix du musellement de Vanessa Tchatchou

Le nouveau gouverneur de l’Adamaoua était à la tête du département du Mayo Banyo.

Kildadi Taguieke Boukar aura passé deux ans comme préfet du Mayo-Banyo avant sa nomination ce 23 octobre 2015. Cet originaire de la région de l’Extrême nord a fait ses classes. En effet, Kildadi Taguieke Boukar  débute sa carrière comme sous-préfet de l’arrondissement de Yaoundé 2ème et secrétaire général  des services du gouverneur de la région du Sud.

Son passage à Yaoundé 2ème reste notamment marqué par ses refus de manifestation aux coalitions œuvrant pour la justice dans l’affaire Vanessa Tchatchou et la tenue de l’Assemblée générale  de la Cameroon music corporation demandée par une lettre de Messi Ambroise.

Felix Nguele Nguele

L’ancien cadre de la Fécafoot gouvernera Paul Biya

Cet administrateur civil occupera le fauteuil de Jules Marcelin Ndjaga « appelé à faire valoir ses droit à la retraite ».

Le nouveau patron du sud devra désormais composer avec les pontes du régime au pouvoir originaires de cette partie du pays. Outre ces derniers, il est également appelé à gérer les éternelles crises entre la Guinée-Equatoriale et le Cameroun.

Son bagage de préfet devrait pouvoir l’aider s’en sortir. En effet, Felix Nguele Nguele avant sa nomination ce 23 octobre 2015, occupait le poste de préfet  du département de la Mezam dans le Nord Ouest. Un poste qu’il occupe après le remaniement de 2012 qui lui fait plier bagages du département du Mbam et Inoubou. Depuis, l’homme a su tenir la région du leader de l’opposition. En officiant lui-même dans «l’opposition» de la Fécafoot version Iya Mohammed, dont il était un des membres du Comité d’urgence.


Grégoire Mvondo

Au Sommet du Soleil Levant

L’Ancien Directeur de l’organisation du territoire au ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation (Minatd) succède à Samuel Dieudonné Ivaha Diboua.

Cet administrateur civil hérite des dossiers brulants résultant de la crise en République centrafricaine, des problèmes de braconnage, de grand banditisme, de grande criminalité en cours dans la région. Son passage sur le terrain avant sa nomination au Minatd devrait toutefois être utile dans la résolution de ces grands dossiers. Grégoire Mvondo est en effet nommé Directeur de l’organisation du territoire au ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation (Minatd) après 22 ans de carrière comme sous-préfet, secrétaire général et préfet.Il a notamment été préfet dans le Mbam et Inoubou  et le Nyong et Mfoumou.