CHAN 2016 : La compétition de toutes les incertitudes

A quatre mois du début du Championnat d’Afrique des Nations de Football Féminin (CHAN) qu’il organise, le Cameroun ne dispose même pas encore d’un budget pour l’évènement.

Le président du tournoi confiait encore en fin de semaine dernière au cours d’une réunion du Comité d’organisation, qu’ « un travail en profondeur a été réalisé par les commissions techniques. Mais ce travail mériterait un recadrage eut égard au fait que les documents de travail que la direction du tournoi a mis à leur disposition, notamment le cahier de charges de la Confédération Africaine de Football (CAF) ne donnait pas d’amples éclairages sur toutes les zones d’ombres de l’organisation», a laissé entendre Pierre Noungui.

Mais il n’y a pas que ça. Pour Charles Tawamba, président de la Commission de finances,  « on ne peut pas faire de budget, quand on ne sait pas ce qu’il y a à faire. Et si chacun le fait de son coté, je ne sais pas comment on va faire pour rassembler tout ça pour pouvoir présenter un budget cohérent et soutenable ». Il va donc de soi que même le budget du CHAN que le Cameroun organise dans un peu plus de trois mois n’est pas encore monté. Et on parle là d’une compétition pour laquelle le président de la Fédération Camerounaise de Football rassure les populations. « Les Camerounais peuvent dormir tranquilles. Parce le Cameroun sera prêt», a-t-il déclaré ce dimanche sur les ondes de la radio nationale.

Mais ce n’est pas la seule tare à relever ici. Le président Fécafoot a reconnu ce dimanche, à quatre mois du début de la CAN, que « la commission chargée de choisir l’entreprise qui va proposer un logo, les artistes qui vont proposer un hymne s’est réuni et a dépouillé les offres. Je pense que d’ici quelques semaines, nous aurons certainement un logo, mais aussi un hymne », a présenté Tombi à Roko comme un exploit. Mais à en croire le président de la Fécafoot, tout va pour le mieux dans le cadre de ces préparatifs.

C’est que « moi je ne conjugue jamais l’échec », a déclaré Tombi à Roko Sidiki pour se faire rassurant, avant de dire sa conviction « qu’au coup d’envoi le 19 novembre, le Cameroun sera prêt et offrira à l’Afrique un spectacle de qualité, tant sur le terrain qu’autour du terrain ». C’est dans l’expérience du Brésil que le patron de la Fédération Camerounaise puise toute son assurance. Pour lui, « Vous savez, le Cameroun est un pays atypique. Parce que quand nous sommes allés au Brésil en 2014, vous vous souvenez  bien que deux semaines avant la Coupe du Monde, sur certains stades, il y avait encore des travaux. Mais cela n’a pas empêché qu’au coup d’envoi, tout était prêt. Donc je pense que le Cameroun sera aussi prêt », a-t-il illustré.