Cemac: Un moratoire pour les passeports non biométriques

La décision de reporter leur remplacement à une date butoir a été prise par le conseil des ministres de l’Union économique de l’Afrique centrale (UEAC) le 23 octobre 2015 à Malabo.

La nouvelle n’a pas fait la Une des journaux. Pourtant, elle est révélatrice des difficultés d’intégration au sein de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac), notamment en ce qui concerne la libre circulation des personnes. Réunis le 23 octobre 2013 à Malabo en Guinée Equatoriale pour sa 29e session ordinaire, «le Conseil des ministres de l’Union économique de l’Afrique centrale (UEAC) a décidé de la prorogation de la date butoir impartie aux Etats pour procéder au remplacement de leurs passeports non lisibles à la machine, date initialement fixée au 24 novembre 2015», selon le communiqué final signé du président en exercice du Conseil, par ailleurs ministre d’Etat à la présidence chargé de l’Intégration régionale de la Guinée Equatoriale, Baltasar Engonga Edjo’o. Au regard des problématiques liées à ce dossier, le Conseil des ministres de l’UEAC dit suivre les conclusions des travaux des experts en charge des questions

d’Emi-Immigration qui se sont réunis du 16 au 17 octobre à Malabo.
Le communiqué final du 12ème sommet des chefs d’Etat de la Cemac tenu à Libreville, au Gabon, le 6 mai 2015,  était pourtant clair: «Examinant la question de la libre circulation des personnes, la Conférence a décidé de l’application immédiate de l’Acte additionnel y relatif sur l’ensemble du territoire de la Cemac. A cet effet, les ressortissants des pays de la Cemac sont autorisés à circuler sans visa, à l’intérieur du territoire communautaire, munis soit de la carte d’identité biométrique, soit du passeport biométrique, soit du passeport Cemac biométrique homologué». La réalité  du terrain  montre que beaucoup reste à faire pour parvenir à la libre circulation complète des biens et des personnes, même si de nombreux efforts ont été accomplis jusqu’ici, en particulier sur le plan de l’adoption des textes communautaires depuis 1972.
Il est possible depuis 2005, pour quatre pays: la Centrafrique, le Cameroun, le Tchad et le Congo de ne plus exiger de visa aux ressortissants d’autres pays de la Cemac, à l’exception de ceux du Gabon et de la Guinée Equatoriale, pour des raisons de réciprocité. En effet, au cours des dernières années, la Commission de la Cemac a organisé de nombreuses réunions sur le passeport Cemac biométrique, entièrement numérique.
En août 2013, le Cameroun a procédé au lancement de son passeport biométrique aux normes de la Cemac. Le document biométrique contient une puce à l’intérieur de laquelle on trouve  la photo du détenteur, ses empreintes digitales, sa signature. Ces éléments d’information figurent sur le passeport physique comportant une zone lisible. L’image numérisée est  enregistrée grâce à un dispositif technique approprié. Le président de la Commission, Pierre Moussa avait salué l’initiative, en lançant un appel aux autres Etats de prendre l’exemple  du Cameroun.