Can 2016 et 2019 : les assurances du ministre des sports face aux députés

Interrogé par l’Honorable Martin Oyono le 17 Juin 2016 à l’Assemblée Nationale dans le cadre des questions orales des Députés aux Membres du Gouvernement, sur:
1. Le plan d’organisation de la CAN 2016, son budget opérationnel ainsi que l’état de son exécution ;
2. L’efficacité du dispositif opérationnel de la CAN féminine 2016
3. L’évolution des chantiers, la fiabilité des infrastructures et les conditions d’hygiène et de sécurité ;
4. L’implication des personnalités désignées par le Président de la République au sein du COMIP-CAN dans le processus opérationnel de la CAN 2016 ;
5. L’organisation et le déroulement de la préparation de la sélection nationale féminine ;
6. La rumeur persistante au sein de l’opinion concernant le déploiement tous azimuts de mes collaborateurs sur les chantiers alors que les travaux n’avancent pas.

BIDOUNG MKPATT a délivré la réponse dont la teneur suit:

“Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale, le Très Honorable CAVAYE YEGUIE DJIBRIL;
Honorables Députés ;
Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement;
Mesdames et Messieurs;

C’est pour moi un honneur ineffable d’avoir à prendre la parole ici ce jour à l’Assemblée Nationale, pour répondre aux questions posées par l’Honorable Martin OYONO.

Avant de continuer mon propos, je voudrais exprimer mes déférents remerciements au très Honorable CAVAYE YEGUIE DJIBRIL, Président de l’Assemblée Nationale, pour l’opportunité qu’il m’offre de m’adresser à la représentation nationale.

Permettez-moi, en cette occasion solennelle, d’exprimer à votre Haute personnalité, la reconnaissance de l’ensemble du mouvement sportif camerounais et des personnels du Ministère des Sports et de l’Éducation Physique, pour le grand intérêt que la représentation nationale porte aux activités préparatoires de la CAN féminine Cameroun 2016.

Je voudrais également remercier l’Honorable Martin OYONO, pour l’attention qu’il accorde aux activités physiques et sportives en général et à l’organisation des activités de la Coupe d’Afrique des Nations féminine de football que notre pays abritera dans quelques mois. Je voudrais vous remercier, Honorable Martin OYONO, de l’opportunité que vous m’offrez, à travers vos questions, de pouvoir apporter des compléments d’information pour éclairer la représentation nationale sur les préparatifs de ce grand évènement qu’est la CAN féminine 2016. Ces réponses contribueront à infirmer les informations erronées qui sont propagées sciemment ou par ignorance autour de ladite compétition.

Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale,
Honorables Députés,
Mesdames et Messieurs,

Le Cameroun abrite du 19 novembre au 03 décembre 2016, la Coupe d’Afrique des Nations féminine de football, près de 44 ans après la tenue d’une compétition de football d’envergure dans notre pays.

Il convient de rappeler à cet effet que l’organisation par le Cameroun de la CAN féminine en 2016 ainsi que celle masculine en 2019, participe de la mise en œuvre de la politique des Grandes Réalisations du Chef de l’Etat et contribue à la promotion de l’image de marque de notre pays tant à l’intérieur qu’au-delà de nos frontières.

L’attribution à notre pays de ces compétitions d’envergure obtenue de haute lutte grâce à l’implication personnelle du Chef de l’État, constitue une double victoire diplomatique et sportive qui appelle de la part de toutes les parties prenantes, la mutualisation des compétences et l’implication de toutes les forces vives pour garantir le plein succès de ces évènements.

Dans sa communication spéciale lors du Conseil ministériel du 15 octobre 2015, le Président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence Paul BIYA, a instruit l’accélération des préparatifs des CAN 2016 et 2019 qu’il faudrait impérativement réussir.

Sous sa très haute impulsion et la coordination du Premier Ministre, Chef du Gouvernement, le Gouvernement, les structures de la société civile et tous les partenaires internationaux compétents sont mobilisés dans la synergie des compétences pour assurer le succès de l’organisation des Coupes d’Afrique des Nations par notre pays.

Monsieur le Président,
Honorables Députés,
Mesdames et Messieurs,

La Coupe d’Afrique des Nations 2016 est un événement de la Confédération Africaine de Football qui en a confié l’organisation au Cameroun, sur la base d’un cahier de charges que notre pays doit scrupuleusement respecter et qui constitue autant de préoccupations contenues dans la question orale de l’Honorable Martin OYONO. Ainsi, mon intervention va porter sur les six points ci-après précisés:

1. Le plan d’organisation de la CAN 2016, son budget opérationnel ainsi que l’état de son exécution ;
2. L’efficacité du dispositif opérationnel de la CAN féminine 2016
3. L’évolution des chantiers, la fiabilité des infrastructures et les conditions d’hygiène et de sécurité ;
4. L’implication des personnalités désignées par le Président de la République au sein du COMIP-CAN dans le processus opérationnel de la CAN 2016 ;
5. L’organisation et le déroulement de la préparation de la sélection nationale féminine ;
6. La rumeur persistante au sein de l’opinion concernant le déploiement tous azimuts de mes collaborateurs sur les chantiers alors que les travaux n’avancent pas.

Ces six points permettent une appréhension exhaustive des réponses aux questions évoquées par l’Honorable Martin OYONO.

Premièrement, en ce qui concerne le plan d’organisation de la CAN 2016, la Confédération Africaine de Football recommande, en dehors des structures faitières du football, l’implication des hautes autorités du pays organisateur, dans la préparation et la mise en œuvre des activités programmées. A cet effet, le Président de la République a signé le 3 octobre 2014, le décret n° 2014/389 portant création, organisation et fonctionnement du Comité National de Préparation des Coupes d’Afrique des Nations de football 2016 et 2019 en abrégé COMIPCAN. Ce comité a pour mission de définir les orientations stratégiques et le plan d’actions à mettre en œuvre dans le cadre de la préparation de la CAN féminine 2016 et masculine 2019.

A cet effet, il est chargé :
– de la constitution d’un portefeuille de projets à réaliser ;
– de l’élaboration d’un chronogramme des opérations à réaliser, de la coordination des actions des administrations et des partenaires privés ;
– du suivi de l’exécution des projets à réaliser dans la préparation des CAN 2016 et 2019 ;
– de la recherche des financements et des partenaires dans le cadre de l’exécution des projets identifiés ;
– et de toutes autres missions à lui confiées par le président de la République.

Ce Comité est placé sous l’autorité de Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement. Il comprend les représentants des administrations publiques et privées ainsi que des personnalités du monde du sport, des affaires et de la culture. Il dispose d’un Secrétariat Technique.

Le texte qui créé ce comité précise également que les comités d’organisation des CAN 2016 et 2019 seront créés par des textes particuliers.

C’est dans ce cadre que le Chef de l’État a signé le 17 février 2016, le décret N° 2016/081 du 17 février 2016, portant organisation et fonctionnement du comité Local du Championnat d’Afrique de Football féminin Cameroun 2016. Le Ministre des Sports et de l’Éducation Physique, sur la base de ce texte, a signé deux arrêtés et une décision portant respectivement organisation et fonctionnement des commissions techniques et de sites et constatation des membres desdits comités.

Ainsi, les quatorze commissions techniques ci-après ont été mises en place pour l’opérationnalisation des activités qui seront programmées. Il s’agit des commissions :
-des finances, des douanes et de l’assurance ;
-des transports ;
-de la billetterie ;
-de la communication ;
-de l’accueil, de l’orientation, du protocole, de la chancellerie et des liaisons ;
-de l’hébergement et de la restauration ;
-médicale ;
-de la sécurité ;
-de l’animation et des manifestations culturelles ;
-de la mobilisation et du bénévolat ;
-des infrastructures ;
-du marketing ;
-de la traduction et de l’interprétariat ;
-de la compétition.

Les membres des différentes commissions techniques ont été installés dans leurs fonctions le 13 mai 2016. Un délai de 20 jours leur a été donné pour déposer leur programme d’action, leur chronogramme d’activités et les projets de budget. La réunion de coordination que j’ai présidée le 15 juin 2016 a permis de constater qu’un travail remarquable a été réalisé par les commissions qui ont déposé auprès de la direction du tournoi et dans les délais prescrits, leurs plans d’actions, assortis de chronogramme et des projets de budget y relatifs.

Mais, je voudrais à ce niveau et pour répondre à la préoccupation de l’honorable Martin OYONO concernant le budget préciser que les procédures de validation du budget en cours à la CAF sont particulières. Les projets de budgets des commissions qui sont en étude au sein du comité de finances du Comité Central d’organisation doivent subir une prévalidation interne en vue de leur acheminement auprès de la CAF comme l’exige le cahier de charges de cette organisation, avant leur transmission à la haute hiérarchie. A cet effet, une mission MINSEP-FECAFOOT va se rendre dans les prochains jours au Caire, siège de la CAF pour procéder aux derniers réglages, dont celui relatif au budget de la CAN 2016.

Deuxièmement, l’Honorable Martin OYONO voudrait avoir des assurances sur l’efficacité du dispositif organisationnel de la CAN 2016 au vu des multiples structures créées et de la nomination par mes soins de nombreux fonctionnaires du Ministère des Sports et de l’Education Physique à la retraite. Je voudrais dire à l’Honorable Martin OYONO que la CAF, dans l’organisation d’un événement d’envergure à l’instar de la CAN, préconise l’implication de toutes les expertises dans les différentes commissions d’organisation. C’est sur la base de cette recommandation que la très haute hiérarchie a signé des textes qui déterminent les différentes structures impliquées dans l’organisation. Et ce sont ces différentes structures qui désignent leurs représentants au sein du comité d’organisation. Le Ministre des Sports et de l’Éducation Physique constate d’ailleurs la composition du Comité d’Organisation sur la base des propositions faites par les différentes administrations et structures. Ces différentes parties prenantes ont désigné chacune des personnalités expérimentées dans les domaines qui relèvent de leurs compétences respectives.

Les rapports qui me parviennent font état d’un haut sens de responsabilité et d’engagement dans les travaux dont les personnalités font montre dans les commissions et du souci qu’elles ont toutes de contribuer au succès de l’organisation de la CAN féminine 2016.

Par ailleurs, notre pays n’évolue pas en vase clos. Afin d’être en phase avec les instructions de la CAF qui exigent que les organisateurs des grands événements sportifs en matière de football puissent s’inspirer des expériences des pays ayant récemment organisé les CAN, j’ai instruit la conduite des missions d’observation, de collecte de données et des informations utiles dans les pays voisins, notamment au Gabon qui a co-organisé avec la Guinée Equatoriale la CAN 2012 et qui se prépare à abriter celle de 2017.

Une autre mission est entrain de s’effectuer en ce moment auprès du Comité d’Organisation de l’EURO 2016 en France. Celle-ci bénéficie de l’heureux encadrement des experts du Ministère français de la Ville, de la Jeunesse et des Sports.

Une dernière mission séjournera bientôt avec la FECAFOOT à la CAF pour une séance de travail avec le directeur du football féminin de cette instance, pour les derniers réglages qui vont porter sur les points et rubriques importants concernant l’organisation de la CAN féminine 2016 au Cameroun.

J’ai eu moi-même à conduire, du 24 mai au 1er juin 2016, sur invitation de Monsieur le Ministre français des Affaires Étrangères et du Développement International, Monsieur Jean Marc AYRAULT et sous la diligence de Madame l’Ambassadrice de France au Cameroun, Son Excellence Madame Christine ROBICHON, une délégation de notre pays qui a pris part à la 4e édition des « Rencontres Internationales Grands Evènements Sportifs(RIGES) » organisées par Business France à Paris. Le Cameroun a été à l’honneur pendant le déroulement des activités programmées. J’ai à cet effet délivré une communication sur l’organisation des CAN au Cameroun, les opportunités de marchés offerts aux entreprises. J’ai confirmé que le Cameroun sera prêt dans les délais impartis par les institutions compétentes pour organiser honorablement les CAN 2016 et 2019.

La séance de travail fructueuse que notre délégation a eue avec le Ministre Français de la Ville, de la Jeunesse et des Sports et ses collaborateurs dans le domaine du développement du sport, de l’éducation physique et de l’évènementiel, nous a permis de nouer de nouveaux partenariats utiles qui vont nous permettre à brève échéance, d’ajuster avec efficience, certaines activités concourant à la meilleure organisation de la CAN féminine 2016.

Il faudrait également préciser que dans l’organisation de cet événement, la priorité est accordée aux aspects liés à la compétition, en relation avec le cahier de charges de la CAF. Cependant, Afin de permettre au pays organisateur de promouvoir son image de marque en vue d’améliorer son prestige, la CAF admet que soient mises en œuvre, des activités connexes y relatives.

Suite aux différentes propositions faites par certaines commissions techniques, les différents départements ministériels et les autres administrations partenaires, il s’est avéré nécessaire d’organiser des espaces promotionnels des réalités politiques, économiques, sociales, culturelles et touristiques de notre pays à travers l’implantation des « villages de la CAN » dans les sites précis. Le Comité d’organisation est donc en train d’organiser les activités de ces « villages de la CAN », en relation avec les autorités administratives et municipales qui abriteront la CAN, activités qui s’étendront si nécessaire aux localités environnantes. Il s’agit en l’occurrence des villes de Yaoundé Buea et de Limbe.

Au-delà de ces villages, il est prévu l’organisation des visites touristiques par les municipalités de ces villes, afin de faire découvrir aux nombreux visiteurs du Cameroun lors de cette compétition, les riches potentialités et réalités touristiques et culturelles de notre pays.

Troisièmement, l’Honorable Martin OYONO est préoccupé par l’évolution des chantiers et sur la fiabilité des infrastructures en matière d’hygiène et de sécurité, en rapport avec les blessés et les morts enregistrés sur certains d’entre eux.

A cet effet, permettez-moi de préciser que si la CAN féminine 2016 a été attribuée au Cameroun en décembre 2013, ce n’est qu’en octobre 2015 que les premiers marchés ont été attribués. Au départ, 32 lots avaient été attribués à 09 entreprises. Après des difficultés connues par certaines entreprises à Yaoundé, à Buéa et à Limbé, quelques-unes ont été délestées de certains lots alors que d’autres sociétés sont venues en renfort pour résorber les retards constatés dans les chantiers. Ainsi, le nombre d’entreprises est passé de 09 à 17 et le nombre de lots de 27 à 32.

Après ces réajustements, les travaux de construction et de réhabilitation des infrastructures de la CAN féminine 2016 sont désormais menés avec efficience pour respecter les délais fixés par la Confédération Africaine de Football qui exige que ces infrastructures soient disponibles trois mois avant la compétition.

Pour cette compétition, deux villes sont concernées à savoir Limbe dans le Sud-Ouest et Yaoundé dans le Centre. La CAF exige à cet effet la mise à disposition de deux stades de compétition et des stades d’entraînement.

Ainsi, des stades ultra-modernes ont été construits respectivement à Limbé dans la Région du Sud-Ouest et à Bafoussam dans la Région de l’Ouest. Tous ces deux stades ont été homologués par la Confédération Africaine de Football et des matches internationaux s’y déroulent déjà, ce qui confirme leur fonctionnalité.

Les travaux de réhabilitation du stade Omnisports de Yaoundé sont actuellement menés minutieusement, conformément aux exigences du cahier des charges de la CAF.

Les travaux de construction en cours de sept stades d’entraînement à Yaoundé, Limbe et Buéa sont en voie d’achèvement. Le stade militaire qui se trouve à quelques pas de cette prestigieuse institution peut-être visité.

S’agissant des autres infrastructures, notamment les infrastructures hôtelières et sanitaires qui ne relèvent pas de notre compétence, elles sont en cours de réalisation par les départements ministériels concernés.

Par ailleurs, la fiabilité desdites infrastructures préoccupe l’Honorable Martin OYONO, au vu des cas de décès et de blessés survenus dans les chantiers. Je rappellerais à propos la fiabilité de ces infrastructures sportives que le contrôle des différents travaux est effectif, conformément aux textes en vigueur. Le Ministère des Marchés Publics s’occupe de l’attribution des différents marchés. Tous les départements ministériels et structures chargés du contrôle des travaux et du respect des normes sont permanemment présents sur les chantiers. Il s’agit du Ministère des Travaux Publics, Ingénieur de l’Etat, du LABOGENIE qui, avec les maitrises d’œuvre veillent à assurer le respect de la conformité des ouvrages.

Pour ce qui est de la sécurité, après les incidents survenus sur les chantiers de Yaoundé et de Limbe, les dispositions ont été prises pour renforcer les mesures de sécurité dans tous les chantiers.

Quatrièmement, s’agissant du volet de l’implication des personnalités désignées par le Président de la République au sein du COMIP-CAN dans le processus opérationnel de la CAN 2016, je relèverais à l’attention de la représentation nationale que le COMIP-CAN ainsi que le Comité Central d’organisation de la CAN 2016 sont placés sous la haute autorité de Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement de qui les différentes commissions techniques reçoivent des directives sur l’organisation pratique des activités programmées.

A propos de l’événementiel, le Premier Ministre, Chef du Gouvernement a bien voulu désigner les représentants du COMIP-CAN au sein du Comité Central d’Organisation et dont les avis éclairés lors des travaux des commissions techniques sont importants pour l’évolution des préparatifs.

La cinquième question a porté sur l’organisation et le déroulement de la préparation de la sélection nationale féminine. A cet effet, je relèverais que le plan de préparation de notre équipe a déjà été validé par la Fédération Camerounaise de Football. Ce plan prévoit plusieurs regroupements. Rendu à ce jour, le premier regroupement a déjà eu lieu, couronné par deux matches amicaux à Douala et à Limbe contre l’équipe féminine d’Afrique du Sud.

Le second regroupement s’est effectué à Yaoundé au Stade de la Garde présidentielle et a concerné uniquement les joueuses amateurs.

La troisième phase des préparatifs a été la participation de l’équipe du Cameroun à la première édition de la Coupe du Monde Militaire en France qui s’est tenue du 26 mai au 5 juin et dans laquelle ont évolués quelques éléments amateurs de l’équipe nationale. L’équipe a occupé la 4e place sur 8 Nations participantes.

Le quatrième regroupement a débuté hier, 16 juin 2016 à Buéa et s’achèvera le 30 juin 2016. Il concernera les amateurs et quelques joueuses professionnelles dont les championnats ont déjà pris fin.

La dernière phase qui regroupera l’ensemble de l’effectif sera ponctuée par l’organisation des matches amicaux dont celui contre l’Équipe Nationale de France à Limbe.

Sixièmement, la question de l’honorable Martin OYONO, s’est appesanti sur cette rumeur persistante au sein de l’opinion concernant le déploiement tous azimuts de mes collaborateurs sur les chantiers alors que les travaux n’avancent pas, et que la consommation des crédits se réalise à une vitesse vertigineuse. Vous faites bien de dire qu’il s’agit d’une rumeur et je confirme que c’est une rumeur. Le contrôle des différents chantiers se fait à travers les missions officielles approuvées du maitre d’ouvrage, les missions interministérielles, mais également par les hautes personnalités de la République, notamment le Premier Ministre, Chef du Gouvernement dont les hautes directives réitérées lors de ses descentes dans les chantiers de construction des infrastructures sportives des CAN 2016 et 2019 et relatives à l’accélération des travaux ont permis l’amélioration des travaux de construction desdites infrastructures.

Très Honorable Président de l’Assemblée Nationale,
Honorables Députés,
Mesdames et Messieurs,

Tout en remerciant une fois de plus la représentation nationale pour ses soutiens multiformes dans le cadre de l’organisation de la prochaine CAN féminine, je voudrais vous assurer que toutes les mesures idoines sont prises, sous la très haute impulsion du Président de la République, Chef de L’État et Premier Sportif camerounais, et la coordination du Premier Ministre, Chef du Gouvernement, pour l’organisation avec panache de cette compétition d’envergure.

Je voudrais également vous rassurer de ma disponibilité à vous apporter, chaque fois que cela sera nécessaire, tous les éclairages appropriés concernant les activités du Ministère des Sports et de l’Éducation Physique en général et les préparatifs des CAN en particulier la CAN 2016″.