Cameroun: vers une croissance de 5,9 pour cent en 2015

L’économie camerounaise a maintenu une résilience remarquable et a continué une croissance robuste cette année selon le FMI

 

En dépit de la forte baisse des prix internationaux du pétrole et des menaces accrues en matière de sécurité régionale, l’économie camerounaise a maintenu une résilience remarquable et a continué une croissance robuste cette année, selon la dernière évaluation du Conseil exécutif du Fonds monétaire international (FMI).

Dans un communiqué publié mercredi, les administrateurs du FMI ont encouragé les autorités camerounaises à adopter un budget prudent basé sur une hypothèse réaliste du prix du pétrole, et à développer une stratégie crédible de consolidation à moyen terme dans l’avenir.

“Des politiques budgétaires et de gestion de la dette et des réformes structurelles plus ambitieuses sont essentielles pour préserver la stabilité macro-économique, stimuler les investissements du secteur privé et promouvoir une croissance plus forte, durable et inclusive”, ont souligné les administrateurs à l’issue de la consultation de l’article IV avec le Cameroun.

Selon une évaluation du personnel du FMI sur laquelle les administrateurs s’appuient pour la consultation, la croissance du Cameroun est généralisée et devrait atteindre 5,9 pour cent en 2015, soutenue par une augmentation de la production de pétrole et la performance des secteurs bénéficiant du boom de l’investissement public en cours.

La croissance devrait se modérer à 5,2 pour cent en 2016, la production de pétrole se stabilise, tandis que l’inflation devrait rester faible, à 2,2 pour cent, en droite ligne avec les tendances des prix modérés pour les importations de produits de base et la faible inflation de la zone euro.

 

Alors que le déficit budgétaire du Cameroun devrait augmenter de 7,2 pour cent du Produit intérieur brut (PIB), reflétant un investissement public fort et soutenu et une augmentation des dépenses pour contrer les menaces de sécurité, les services du FMI ont projeté le déficit du compte courant extérieur d’augmenter à 5,3 pour cent du PIB, du fait de la poursuite de fortes importations et du choc des termes de l’échange de 2015 continuant à avoir un impact.

Le conseil du FMI a reconnu la nécessité de combler les lacunes des infrastructures, notant que les vulnérabilités budgétaires et extérieures du Cameroun étaient à la hausse sur le dos de la baisse des recettes du pétrole et un programme d’investissement public ambitieux.

“Les administrateurs ont souligné l’importance de la rationalisation des programmes d’investissements publics parallèles et de les amener pleinement dans le budget. Ils ont également encouragé les autorités à profiter des bas prix actuels du pétrole pour éliminer les subventions sur le carburant tout en développant un filet de sécurité sociale pour protéger les pauvres”, a indiqué le communiqué.

Selon les administrateurs, adopter un point d’ancrage budgétaire à moyen terme aidera à atténuer l’impact de la volatilité des prix du pétrole et à exercer un meilleur contrôle sur les dépenses publiques.

Soulignant l’importance de préserver la viabilité de la dette, ils ont encouragé les autorités à poursuivre “une stratégie de gestion prudente de la dette donnant une plus grande priorité à des emprunts concessionnels et aux financements par les marchés régionaux”.