Cameroun – Sérail: Joseph Confiance Fongang défend Martin Belinga Eboutou

A travers une lettre ouverte, ce membre du comité central du Rdpc dénonce ceux qui en veulent à Paul Biya et à ses proches, notamment le directeur du cabinet civil de la Présidence de la République du Cameroun.

En retrait de la présidence de la section du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) de la Mifi Ouest à Bamougoum depuis quelques mois, Joseph Confiance Fongang n’a pas baissé les bras pour clamer son militantisme et affirmer sa fidélité à Paul Biya. D’autant qu’il reste membre du comité central du Rdpc. A ce titre, il a commis une lettre ouverte à Paul Biya il y a quelques jours. A travers cette correspondance, il déplore l’attitude de ceux qui appellent à la tenue d’un congrès du Rdpc courant ce mois de septembre 2016. «Des gens peu imprégnés  des réalités de votre parti, le Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais RDPC et de ses textes organiques soulèvent une polémique, qui n’a aucune raison d’être, du fait que le congrès du RDPC annoncé( ?) Pour le mois de septembre, n’ait pas été convoqué ces oiseaux de mauvaise augure feignent de ne pas comprendre

que votre calendrier n’est pas propice à la convocation d’un congrès du parti ; de plus, ils ignorent que, selon les textes de RDPC, le Président National peut prolonger son mandat à la tête du parti, ce qui permet une grande souplesse dans la gestion du parti », écrit-il.
Et de souligner dans une autre lettre que : « depuis un certain temps, des rumeurs sont diffusés à profusion, visant à attaquer le président de la République, son Excellence Paul Biya, sa famille et ses collaborateurs les plus immédiats.» Martin Belinga Eboutou, directeur du cabinet civil de la Présidence de la République, Madame Chantal Biya, épouse du chef de l’Etat et Première dame du Cameroun, y compris Brenda Biya font partie de la liste des personnes défendues par l’ancien député de la Mifi à l’Assemblée nationale. Pour ce dignitaire du Rdpc à Bamougoum, ceux –ci sont victimes «de simples spéculations sans fondement

Episodes successifs
« Comme si cela ne suffisait pas,  ces rumeurs n’hésitent pas à s’attaquer à la première dame, Chantale Biya, prétendant qu’elle aurait conditionné son retour au Cameroun à l’exclusion auprès de son mari de Martin Belinga Ebouta et du contre-amiral Fouda. Et pourquoi ? Rien de sérieux ou d’avérer sinon que de fallacieuses déductions spéculatives générées par des esprits mesquins qui n’ont vraiment rien à faire valoir », dénoncent-il. Non sans manquer de rappeler que Chantale Biya est une femme dont la générosité ne souffre d’aucune ambiguïté auprès des couches sociales les plus démunis. Egalement, le membre du comité central du Rdpc prend la défense des enfants de celle-ci présentés par certains comme des « voyous qui dépensent des fortunes pour des futilités». « S’il est légitime de mener des combats politiques, pour accéder à la tête de l’Etat, il faut être sérieux et s’appuyer sur des faits réels. En brandissant des mensonges, ou en pensant qu’il faut déstabiliser les proches du président de la République pour l’affaiblir, on tourne au ridicule. Il faut savoir que tout un chacun a une famille, il faut bien admettre que celle-ci est sacrée, si elle n’a rien fait qui mérite véritablement la réprimande », analyse Joseph Confiance Fongang. Selon cet ancien président de section Rdpc, il règne un plus grand calme autour du Président Paul Biya. « En réalité, tout cela ressemble à des élucubrations, du genre de prétendues révélations contre le président Paul Biya écrite en épisodes successifs par un ancien collaborateur du président aujourd’hui derrière les barreaux dans le cadre de l’opération Epervier. La réaction du président à ses supposés révélations : « on ne commente pas les commentaires. Ne nous enfonçons pas dans la bêtise et le ridicule en commentant les faits non avérés », conclut l’ancien maire de la commune de Bafoussam III à Bamougoum.