Cameroun – Sdf-Littoral: Pourquoi Elimbi Lobe a mordu la poussière face à Jean Michel Nintcheu

Selon des cadres du SDF de Douala V, la défaite de ce dernier serait due au fait qu’il ait axé sa campagne sur des thèmes ethno-tribalistes.

Mais Elimbi se défend et qualifie le NEC de corrompu. La réélection de Jean Michel Nintcheu au poste de président du bureau régional du Social Democratic Front (SDF) dans la région du Littoral n’a pas fait l’unanimité au sein du parti. 237online.com Le candidat sortant a remporté les élections lors de la conférence élective régionale le dimanche 16 octobre 2016 à Douala. Les trois autres challengers à savoir Elimbi Lobè, Célestin Njamen et John Ndangle Kumase ont désisté dès l’entame du vote. C’est un Elimbe Lobe tout courroucé face à la victoire de Jean Michel Nintcheu, qui n’a pas hésité à faire savoir son mécontentement. Joint au téléphone, le lundi 17 octobre 2016, ce dernier a affirmé au reporter de LQE que les élections ne se sont pas déroulées dans la transparence. Il traite également le National Executive Committee (NEC), de corrompu. « Le SDF ne peut pas rehausser

ce profil. L’élection était bloquée, Jean Michel Nintcheu n’était pas éligible », relève le conseiller du SDF au téléphone. Toutefois, la commission du NEC présidée par le sénateur Jean Tsomelou leur a rappelé dimanche dernier que l’article 18-8, qui concerne les structures, ne saurait être confondu à l’article 8-2 qui concerne les militants. « Rien ne peut empêcher les membres du bureau sortant, notamment Jean Michel Nintcheu, à être candidat à sa propre succession », avait alors expliqué le sénateur. En ce qui concerne la défaite du conseiller Elimbi Lobe, Carlos Ngoualem, 6è adjoint au maire SDF de Douala 5è, indique pour sa part qu’il ne pouvait pas gagner les élections parce que « sa campagne était axée sur des thèmes ethno-tribalistes ». De plus, il relève que, le conseiller SDF a abandonné le débat des idées, des valeurs et des principes pour s’attaquer aux personnes. Autre point de faille, le 6è adjoint au maire de la commune urbaine d’arrondissement de Douala 5è souligne le fait qu’Elimbi Lobe a fait un mauvais choix, en intervenant uniquement sur les plateaux télévisés, alors que son adversaire battait campagne sur le terrain. « Il a choisi une cible qui n’était pas appropriée à savoir les plateaux de télévision et de radios, en lieu et place de la campagne de proximité dans les structures du parti de la balance. Une élection interne à des délégués qui sont des électeurs et c’est vers ces derniers qu’il faut aller demander les suffrages et non à l’ensemble de la population », précise Carlos Ngoualem. D’après lui, la confiance renouvelée à Jean Michel Nintcheu s’explique par le fait que, ce dernier a compris depuis le début du processus qu’il fallait composer avec les responsables des structures pour s’assurer une victoire. En outre, le député était selon lui, de loin le meilleur candidat ; compte tenu de son expérience politique aussi bien en interne qu’au Parlement. « Je pense qu’avec son élection, le SDF est bien parti pour les prochaines échéances électorales dans le Littoral », affirme-t-il. A la fin de cette élection, Jean Michel Nintcheu a reconduit les 29 membres de son bureau. Quelques mutations ont cependant été effectuées dans la liste. C’est le cas de François Djani. Celui-ci a quitté le poste d’adjoint à la communication pour rejoindre celui de secrétaire adjoint.