Cameroun – Santé: Les malades d’insuffisance rénale paralysent l’hôpital général de Yaoundé

Les malades d’insuffisance rénale ne sont plus traités en raison d’une pénurie de kits d’hémodialyse.

Pour exprimer leur désarroi, ils ont organisé un sit-in ce jeudi matin devant le portail de l’hôpital général de Yaoundé. Fatigués et mal en point, ils ont tenu à montrer aux Camerounais la négligence des autorités en charge de la santé bloquant un portail d’entrée dudit hôpital.

«Nous sommes à nouveau en pleine manifestation à l’hôpital général de Yaoundé. Le service d’hémodialyse c’est -9/18 machines fonctionnels. Le pire après les multiples coupures d’eau nous sommes pour les 2/3 d’entre nous privé de dialyse depuis 9 jours; motif il n’y a plus de produits. Quand nous apprenons qu’on a rénové le palais des sports à coût de milliard,le simple entretien, manque ici.

En octobre nous étions à 14 machines après les promesses du ministre .Il nous avait promis des améliorations d’ici avril. Nous ne sommes en juin toujours rien. Nous avons déjà perdu des camarades malades comme nous. Chaque jour chacun se demande si c’est son tour de mourir.

S’il vous plait, ayez une pensée pour nous. Quand un pays n’offre pas la santé à sa population, on tire quoi comme leçon. On sait que la police viendra nous brutaliser, ayez une pensée pour nous. Le moral est au bas. Nous souffrons !», a plaidé un patient.

Selon les sources proches du dossier, après le scandale de la dernière fois (la dernière grève des malades dialysés au mois d’octobre 2016, NDLR), l’hôpital général a acquis 5000 kits. Sauf qu’entre temps, les hôpitaux centraux et l’hôpital général de Douala étaient en arrêt de service faute de livraison par l’entreprise Numelec.

La hiérarchie ministérielle à titre conservatoire a instruit le DG de l’hôpital général de Yaoundé de « dépanner » les autres hôpitaux en pénurie, avec une bonne partie de la commande. Des achats urgents n’ayant pas été effectués par la hiérarchie, pour compenser le « dépannage » fait sur son instruction, les malades se retrouvent dans la détresse parce que le stock restant est épuisé.

L’entreprise Numelec aurait en réalité cessé les livraisons au ministère de ma Santé à cause d’une ardoise impayée d’environ 1 milliard de FCFA. La situation des malades impose des mesures urgentes. La réunion d’urgence tenue hier mercredi 28 juin au Minsante n’a pas encore livré ses conclusions.