Cameroun – Santé. Le paludisme se porte bien à l’Est

Selon les statistiques présentées au cours de la campagne de distribution des Milda, cette maladie a représenté 32% des consultations médicales et 18% des décès en 2014.

D’après le Dr Robert Mathurin Bidjang, délégué régional de la santé publique pour l’Est, « le paludisme demeure un problème majeur de santé publique au Cameroun en général et dans la région de l’Est en particulier ». Dans son discours, lors de la cérémonie officielle de lancement de la campagne de distribution gratuite des Moustiquaires imprégnées d’insecticide à longue durée d’action (Milda), vendredi 13 novembre 2015 à l’esplanade de l’Hôpital régional de Bertoua, le médecin a expliqué qu’« en 2014 dans la région de l’Est, le paludisme représentait 32% de toutes les consultations médicales et 18% des décès». Des chiffres qui montrent que cette maladie est bel et bien présente dans cette partie du pays, malgré les efforts déjà fournis jusque-là par les pouvoirs publics.

Par contre, dévoile-t-il, entre 2000 et 2015, l’incidence (nombre de nouveau cas) de paludisme a chuté de 37% dans le monde. Pendant la même période, les décès dus au paludisme ont chuté de 60% dans au sein des populations dans le monde et de 65% parmi les enfants âgés de moins de 5 ans. Selon ces statistiques, l’Afrique Sub-Saharienne paie le plus lourd tribut du paludisme dans le monde. En 2015, l’Afrique à elle seule représentait 89% des cas de paludisme et 91% des décès dûs au paludisme. Au Cameroun en 2013, le paludisme représentait 29% de toutes les consultations médicales, 50% des hospitalisations et 22% des décès notifiés par toutes les formations sanitaires.

Explosion démographique

Pour le Dr Robert Mathurin Bidjang, le paludisme est pourtant une maladie évitable et curable. Ainsi, la réduction de la morbidité et la mortalité demeure le principal défi pour le ministère de la Santé publique. Face à ce fléau conclut-il, des nouvelles stratégies de lutte ont été mises en place. L’activité la plus importante consiste en l’organisation d’une campagne nationale de distribution de 12 322 059 Milda dans toutes les dix régions du Cameroun. Dans la région du soleil levant, 551 452 Milda seront distribuées, par rapport à 380 469 distribuées en 2011 soit une augmentation de 170 983 Milda. La population totale dénombrée est de 1 020 313 habitants par rapport à 835 643 habitants planifiés selon la projection du recensement national de 2005, soit 122,1% de la population planifiée.

L’écart de population dénombrée contre celle planifiée est de 184 670 habitants. Ce résultat témoigne d’une explosion démographique sur le terrain, vu l’afflux des réfugiés qui se sont intégrés dans les communautés et liée aux autres activités récentes de développement de grande envergure (barrage de Lom-Pangar, routes bitumées, exploitation de l’or, exploitation du fer). Les Milda distribuées ont été donnés par le Fonds mondial. Dans son discours, Grégoire Mvongo, gouverneur de l’Est, a invité les populations à ne pas utiliser ces moustiquaires à d’autres fins.