Cameroun – Rentrée scolaire 2015-2016 : une rentrée commerciale pour accompagner les parents et élèves

Le concept nouveau à implémenter dès septembre prochain a été au centre d’une rencontre entre Luc Magloire Mbarga Atangana, ministre du Commerce (Mincommerce) et les opérateurs économiques, le 21 août à Yaoundé.

Comme à l’accoutumée, à deux semaines de la rentrée scolaire (et professionnelle), Luc Magloire Mbarga Atangana a réuni les opérateurs des filières céréales, lait, sucre, oléagineux, brassicole… pour se concerter afin de faire de cette échéance capitale une pleine réussite. En effet, des parents d’élèves étant à l’occasion de chaque rentrée scolaire confrontés à des charges particulières (avec notamment les inscriptions, la pension, l’achat des manuels et tenues scolaires), en bon père de famille, le Mincommerce a demandé aux hommes d’affaires opérant sur l’étendue du territoire national d’accompagner la politique gouvernementale, en mettant à la disposition des parents et élèves des produits de consommation courante «en quantité, qualité et au juste prix». Etaient présents, entre autres : les responsables de la Société alimentaire du Cameroun (Soacam), de l’Association des raffineurs des oléagineux du Cameroun (Asroc), des structures brassicoles, d’Olam-Cam, ainsi que des responsables d’associations de défense des droits des consommateurs.

Comme un seul homme, après avoir exprimé quelques appréhensions, les opérateurs ont assuré la disponibilité des stocks de produits ainsi que leur totale adhésion à la nouvelle plateforme commerciale et citoyenne initiée par les pouvoirs publics, à travers son bras séculier du secteur que constitue le Mincommerce. D’autant plus que, selon Luc Magloire Mbarga Atangana, la campagne envisagée participe du «renforcement de la sympathie entre les industries locales et les consommateurs.
Caravanes de ventes promotionnelles sécurisées. Pour ce faire, il a été demandé à ces négociants de rapprocher davantage les produits (sucre, farine, blé, maïs, riz, lait, huile végétale raffinée, savon, boisson…) des points de consommation, à travers des caravanes spéciales de ventes promotionnelles sécurisées, compte tenu du contexte d’insécurité instauré par la secte islamiste nigériane Boko Haram. D’après, Luc Magloire Mbarga Atangana, qui alterne les stratégies défensive et offensive dans le processus d’assainissement du secteur commercial, pour ne mettre sur le marché national que des produits propres à la consommation, «Cette opération se fera de manière structurée et à travers des dispositions spéciales, en faveur des consommateurs.
Bien plus, il s’agit aussi, au plan extérieur, d’une stratégie conquérante des parts de marché du Tchad voisin.» Et Jacquis Kemleu Tchabgou, secrétaire général de l’Asroc de renchérir : «C’est une initiative louable. Cette campagne offre une opportunité pour que les industries locales du secteur démontrent ce dont elles sont capables». C’est dire si toutes les conditions sont réunies par les pouvoirs publics et ses partenaires, pour assurer une bonne rentrée scolaire 2015-2016 sur toute l’étendue du territoire. D’ailleurs au sortir de ce conclave, quelques parents d’élèves approchés apprécient : «l’idée novatrice d’une rentrée scolaire-rentrée commerciale est salutaire et encourageante, car il n’est pas souvent facile pour nous parents de tenir le coup».