CAMEROUN :: PRIVATISATION : CAMTEL PEUT-ÊTRE DANS LES GRIFFES DU CHINOIS HUAWEI ?

Partenaire de longue date de l’entreprise de télécommunication à capitaux publics, le groupe chinois en est aussi un important créancier. Une position qui ouvre la possibilité à des conversions des dettes en obligations.

Des indices tendent aujourd’hui à démontrer que Huawei pourrait se déployer dans un domaine plus opérationnel au Cameroun. Le premier indice remonte au début du mois de septembre 2018. Dans la suite du président de la République Paul Biya qui participait au sommet Chine-Afrique, Alamine Ousmane Mey, alors patron du ministère des Finances, l’entité tutelle financière de Camtel sur le plan financier et capitalistique, a eu une audience avec Cao Jibin, le vice-président du groupe de télécommunication chinois. Dans la version officielle de cette rencontre, il a été rapporté, que les deux hommes ont parlé du futur des télécommunications au Cameroun. A l’issue de la rencontre, les deux responsables ont signé « l’accord de partenariat stratégique dans le domaine des technologies de l’information et de la communication ». En vertu de cet accord, Huawei est devenu le partenaire stratégique « prioritaire » du Cameroun dans le processus de transition numérique, la construction des infrastructures de télécommunications telles que le backbone de transmission par fibre optique, le réseau à large bande nationale de Camtel, l’application intégrale de « Smart City » et tous les autres projets en cours. Des experts proches du secteur des télécommunications, pensent que de tels projets, auraient dû faire l’objet de discussion, avec la ministre en charge des Postes et des Télécommunications, dont l’administration est la tutelle technique de Camtel. Leur hypothèse est que si c’est le ministère des Finances qui a piloté la rencontre, c’est parce que derrière se cachaient d’autres problèmes.

Huawei est en effet partenaire de l’entreprise Camtel qui, depuis de longues années, est aussi exposée à une dette qui bien que bénéficiant de l’appui de l’Etat, n’en est pas moins importante. L’un des engagements clés de ce partenariat est la construction de la fibre optique qui relie le Cameroun au Brésil. Le projet ne manque pas d’ambition. Faire de Camtel un important distributeur de services de télécommunications en Afrique. Son coût global est estimé à 280 milliards de FCFA. L’entreprise chinoise y a joué un rôle important. Cette conclusion ramène au deuxième indice. Fin mai 2019 dernier, le président de la République a signé un accord donnant la possibilité d’ouvrir le capital de Camtel selon les modalités prévues dans son statut. Pour les experts proches de l’entreprise camerounaise, cela ouvre la voie à une possible entrée de Huawei dans son capital par le jeu de la compensation de la dette avec des titres participation. Il est aujourd’hui évident que Camtel peine à être rentable. Pour l’instant, le câble brésilien n’a encore aucun client, or bientôt, il faudra commencer à rembourser la dette qui à servir à le construire.

out récemment, enfin, l’actualité a été bousculée par la remise de dette signée par le gouvernement chinois à la faveur du Cameroun. Le public n’a pas été informé des conditions derrière cette générosité. La question que se posent aujourd’hui certaines personnes avisées, est celle de savoir si Camtel n’a pas été la cerise sur le gâteau de cette lune de miel. Pour le groupe chinois, tout serait bénéfique. Il s’assurerait que son engagement est finalement payé, ainsi que la dette due à Exim bank, le principal financier de sa coopération. Mais il prendrait aussi position, sur un point névralgique des services de télécommunication dans le monde, l’Afrique centrale étant le point central de plusieurs réseaux de câbles sous-marins.