Cameroun – Politique: 300 militants dont un ancien maire démissionnent du Rdpc à l’Extrême-Nord

Ils protestent contre ce qu’ils qualifient d’actes tribalistes des responsables de leur parti à Yagoua dans le Mayo Danay.

 

C’est une nouvelle dont ce serait bien passés les militants du parti au pouvoir, en ce jour qui marque le 33ème anniversaire de l’accession au pouvoir de leur champion Paul Biya. MaisLe Jour a choisi de publier cette information en provenance de Yagoua dans le Mayo Danay ce vendredi 6 novembre 2015.

«300 militants du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (Rdpc) de la sous-section Yagoua centre ont remis par la voix de leur porte-parole Aliou Hamadou Gabio, leur lettre collective de démission du parti de Paul Biya», annonce le journal. Le Jour expose les motifs de cette décision pour le moins inattendue. «Dans leur lettre de démission les membres de la sous-section Rdpc, OjRdpc et Ofrdpc accusent le président de la section Rdpc et la députée Silikam Isabelle de tribaliser le parti et de le conduire vers la dérive».

Notre confrère a publié des extraits de la correspondance des démissionnaires. «Les idéaux que vous prônez sont contraires aux valeurs défendu par le Président national du Rpdc. en choisissant cette voix vous avez décidé d’exclure des rangs de notre mouvement politique toute une franche de notre population qui n’est pas issu du même bord sociologique que vous», disent les 305 signataires.

Accusations orientées vers Jean Makassia, et Isabelle Silikam, respectivement président de la section Rdpc et Ofrdpc du Mayo Danay Est à Yagoua. Des frustrations consécutives aux opérations de renouvellement des organes de base du parti du flambeau ardent dans cette partie du pays. Certains noms auraient en effet été retirés des listes à cause de leurs origines.

«Nous sommes militants de ce parti parce qu’il parle de rassemblement. Mais depuis les élections municipales et législatives de 2013, le président de la section et la députée de Yagoua ont organisé une chasse aux peulhs de Yagoua. Ils nous accusent toujours d’être des opposants», regretteOusmanou Yaya, l’un des démissionnaires.

Pour sa part, Aliou Hamadou Gobio, l’ancien maire de Yagoua explique que a «Cette démission, que je prends aujourd’hui malgré moi, se justifie à travers des constats déplorable et des insuffisances liées à votre gestion de ce parti, qui ne cadre avec ses idéaux et les valeurs que je défends en tant que citoyen camerounais. Je citerai entre autre le repli identitaire, le communautarisme et l’exclusion de tout ceux qui ne pensent pas comme vous», a-t-il écrit.

Le Jour a approché l’un des mis en cause, le président de la section Rdpc du Mayo Danay. «Il s’agit d’une minorité de personnes sans base», a répondu Jean Makassia.