Cameroun : Pêche illégale , un chalutier saisi

Le bateau pêchait dans le chenal du Wouri quand la Marine l’a arraisonné dans la nuit du 6 au 7 juin.

Un bateau battant pavillon camerounais et ayant à son bord un équipage mixte – des Camerounais et des Asiatiques – a été arraisonné par la Marine camerounaise dans la nuit du 6 au 7 juin 2017. « Ils étaient en situation de pêche illégale, dans une zone interdite de pêche aux chalutiers : le chenal du Wouri », expliquait à la presse ce mercredi le capitaine de Corvette Georges Bebey Ngando, chef du Centre opérationnel de surveillance côtière (Cosco) de la Base navale de Douala. Autres précisions du chef de centre : les pêcheurs illicites ont été repérés grâce aux équipements dont sont désormais dotées les structures de surveillance de la Marine nationale, et grâce au travail du renseignement. Vers 2h45, le coup de filet a été réussi. Hier mercredi en fin de matinée, le bateau, d’aspect plutôt vieillot, était visible au port de pêche vers lequel il a été dérouté. Des cordages, des amarres, une ancre rouillée, quelques écailles de poisson, etc. en encombraient l’avant. A côté du personnel d’équipage, des militaires chargés de veiller sur la cargaison saisie. « Aucun poisson ne sort de là sans un ordre. Veillez à ce qu’on mette de la glace », a instruit un haut gradé à ces soldats.

Le nouveau délégué régional du ministère de l’Elevage, des Pêches et des Industries animales, le Dr. Guy Iréné Mimbang, a rappelé que les eaux intérieures sont des zones de frayère, c’est-à-dire de reproduction des poissons. La pêche industrielle, encore appelée chalutage, y est donc proscrite par la réglementation camerounaise en vigueur. Des amendes seront donc infligées à l’armateur. En outre, la cargaison sera saisie et vendue aux enchères selon le protocole en vigueur – une commission sera probablement mise sur pied au niveau de la préfecture du Wouri, en relation avec la délégation départementale du Minepia. Le régional du Minepia s’est par ailleurs félicité des bons points qui continuent d’être enregistrés grâce à la collaboration Minepia-Mindef dans le cadre de la lutte contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée.