Cameroun : Nord ,une Fantasia pour la paix

Le lamidat de Gashiga et l’Ong Equal Access ont organisé récemment la première édition du Festi Ramadan.

 

Moments particulièrement festifs à Gashiga, chef-lieu de l’arrondissement de Demsa, localité située à une quinzaine de kilomètres de Garoua. A l’esplanade de la chefferie traditionnelle de cette unité administrative, tout portait à croire que les us et coutumes dominaient encore la vie sociale. Durant toute l’après-midi du 1er juillet dernier, les populations se sont déportées massivement devant la « fada », pour vivre un évènement exceptionnel. La première édition du festival des arts et de la culture, dénommé Festi Ramadan, organisé par le lamidat et l’Ong Equal Access. Une initiative que les organisateurs ont placée sous le signe de la promotion de la paix et la cohésion sociale entre ses communautés.

En mettant la fantasia au centre de l’évènement, il fallait en expliquer la symbolique. Selon les informations recueillies auprès du Lamido El Hadj Aboubakar Moustapha, la fantasia véhicule l’histoire de la conquête des peulhs dans les nouveaux territoires. La marche du bataillon est subdivisée en quatre groupes de notables guerriers sur des chevaux. Le premier groupe dénommé « Fada foulbe » va en tête, suivi du groupe « Matchoube », talonné par les éclaireurs « Danmori » et puis la garde rapprochée « Djagui ». Le souverain (Lamido) peut enfin s’installer et le spectacle commencer. Ici, la fantasia devient une série de danses populaires exécutées par les jeunes cavaliers dans le but de célébrer la victoire. Pour agrémenter cette célébration, les organisateurs ont également fait appel aux danseurs du Gurna (Tupuri) ainsi qu’aux Fali.