Cameroun : l’inflation a connu «une surchauffe» au 1er semestre 2015 (rapport)

Les prix à la consommation finale des ménages ont enregistré «une surchauffe» au cours du premier semestre 2015 au Cameroun, en hausse de 3,4% par rapport à la même période l’année d’avant, selon une note de conjoncture publiée vendredi par l’Institut national de la statistique (INS).

Le document, qui constate «l’existence des tensions sur le marché», attribue ce phénomène en grande partie à la flambée des prix des transports (14,5%), de ceux des prix des services de restaurants et hôtels (5,2%), des boissons alcoolisées et tabacs (4,1%).

Selon l’INS, cette inflation est un peu plus d’origine interne qu’externe, les prix des biens locaux et ceux des biens importés ayant progressé respectivement de 3,4% et 1,6% pendant la période étudiée.

Par secteur de production, les biens et services du tertiaire ont présenté les plus fortes variations de prix (5,4%), le secteur primaire ayant pour sa part crû de 2,3% et le secondaire s’inscrivant à la hausse de l’ordre de 1,3%.

Sous l’hypothèse que les prix des produits alimentaires se stabilisent au niveau actuel, qu’un choc exogène n’interviendra pas en dehors de la hausse des prix des boissons alcoolisées enregistrée en février 2015, le taux d’inflation au Cameroun pourrait se situer autour de 3% en fin d’année en cours.

L’INS s’inquiète toutefois de la persistance de l’insécurité dans la région de l’Extrême-Nord, aujourd’hui gangrenée par les assauts de la secte islamiste Boko Haram et pourrait générer la pénurie de l’offre de certains produits vivriers pour porter le niveau de l’inflation autour de 4%.