Cameroun: Les tontines pour assurer la scolarité des enfants

Plusieurs parents font aujourd’hui recours à ce mode de financement ou d’épargne pour faire face au stress de la rentrée scolaire.

La rentrée scolaire pointe à l’horizon ! Dans deux semaines, les élèves devront reprendre le chemin de l’école. Et comme toutes les années, c’est une période de gros stress chez les parents. Pour faire face aux contraintes matérielles et financières inhérentes à la rentrée scolaire, nombreux sont les parents qui ont développé chacun une astuce. « Depuis le début de l’année, je cotise dans le compte épargne scolaire de ma réunion. Et depuis, j’ai pu collecter suffisamment pour assurer la rentrée scolaire de mes enfants », assure Cécile Ndogmo, parent d’élève. Ces tontines sont généralement très sollicitées par des parents qui ne sont pas toujours bancarisés. Dans les zones rurales notamment dans les villages de l’Ouest Cameroun, c’est dans ces tontines que les parents trouvent les ressources nécessaires pour scolariser leurs enfants. « Ici chez nous, nous ne connaissons pas la banque. Et comme nous vivons du fruit des

champs, nous n’avons pas la possibilité d’avoir l’argent une fois à la rentrée pour scolariser nos enfants. C’est la raison pour laquelle, nous avons des tontines où nous avons la possibilité d’épargner toute l’année pour préparer cette période cruciale pour nos enfants. Dans ces tontines, nous pouvons même prendre de l’argent à crédit pour satisfaire notamment à ce besoin », affirme Martine Kuaté, commerçante à Bandjoun petit village situé dans le département du Koung-khi dans l’Ouest Cameroun. «Après la rentrée scolaire dernière, j’ai commencé avec une tontine dans laquelle j’épargne tous les mois 5 000 FCFA. Ce qui en 12 mois me donne 60 000 FCFA. Grâce à cet argent, et avec quelques crédits empruntés dans mes réunions, je parviens à assurer la rentrée scolaire de mes enfants», raconte-t-elle. Chaque année, cette mère respecte ce principe. « Si je ne fais pas de tontine, je ne sais vraiment pas comment je pourrais faire pour m’en sortir puisque je n’ai pas un revenu mensuel fixe», poursuit-elle. Comme l’affirme Cécile Ndogmo, c’est grâce à ces tontines qu’elle peut chaque année subvenir aux besoins scolaires de ses cinq enfants. Selon les familiers des tontines, l’un des principaux avantages de ce mode d’épargne et de crédit est que les taux d’intérêt sont souvent moins onéreux que dans les banques et microfinances. Les taux d’intérêt varient selon les regroupements. On peut avoir des taux d’intérêt de 1%, jusqu’à 5%. Dans les banques, ils se situent autour de 10% et dans les microfinances, ils sont plus élevés encore dépassant parfois les 20% chez certains EMF. «Je n’ai même jamais pensé ouvrir un compte bancaire parce que je sais que l’entretien est assez coûteux. Donc, comme je n’ai pas d’argent, je préfère aller dans les tontines où mon argent n’est pas volé», avoue Jeannette Mambou, agriculteur. Toutefois, si dans les zones rurales certains font recours aux tontines en cette veille de rentrée scolaire, dans les grandes métropoles en général, les parents bancarisés sollicitent plutôt les crédits scolaires. Un mode de crédit fortement proposé aux parents par les banques et les microfinances en cette période de rentrée scolaire.