Cameroun: Le maire de Bafoussam 1er menace de rendre son tablier

C’est à la suite du refus du préfet de valider les dernières délibérations du conseil municipal. L’avertissement de Jules Hilaire Focka Focka adressé au préfet, est sans appel.

«Monsieur le préfet, dit le maire de la commune d’arrondissement de Bafoussam 1er, nous vous réitérons notre détermination à défendre nos droits et notre vision politique à nous conférés par la loi. Dans le cas contraire, l’exécutif municipal de Bafoussam 1er et les conseillers municipaux qui voudront bien le suivre vous remettront leurs tabliers afin que vous puissiez à loisir vous substituer à eux pour gérer la mairie de la commune de Bafoussam 1er ». C’est la conclusion d’une lettre datée du 19 octobre 2016, que le maire de la commune d’arrondissement de Bafoussam 1er adresse au préfet de la Mifi. 237online.com Cette lettre est la réponse à une autre émanant du préfet. Joseph Tangwa Fover, préfet de la Mifi avait quelques jours plus tôt, adressé une lettre au maire dans laquelle il rejetait la validation des délibérations du conseil municipal. «En vous retournant ci-joint les délibérations municipales vous autorisant

à ester en justice Monsieur le gouverneur de la région de l’Ouest et le délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de Bafoussam, j’ai le regret de vous faire savoir qu’il ne m’a pas été possible de les approuver». Dans la suite de sa missive, le préfet de la Mifi invite le maire à « prendre les dispositions nécessaires pour mettre en application les recommandations issues de la séance de travail relative au site querellé de la construction de l’hôtel de ville de la commune d’arrondissement de Bafoussam 1er présidée par le gouverneur de la région de l’Ouest, en vous rapprochant, de mes services pour une concertation qui aboutira à la recherche d’un nouveau site approprié pour accueillir le projet». La séance de concertation mentionnée par le préfet avait abouti à la décision selon laquelle, la mairie devait céder ce site à la communauté urbaine de Bafoussam. En contrepartie, le délégué du gouvernement et son conseil devaient rétrocéder dans les caisses de la commune d’arrondissement de Bafoussam 1er, les sous décaissés pour l’achat du dit terrain. A cette instruction préfectorale, le maire a rappelé que la gestion de ce type de litiges dépend de la justice. En rappelant qu’ils ont respecté toute la procédure pour l’acquisition de ce terrain, Jules Hilaire Focka Focka a aussi insisté sur le fait qu’il a déjà déposé le dossier au Minduh et au Minatd et attend leur arbitrage. Les positions demeurent tranchées dans ce dossier foncier qui embrase la ville de Bafoussam et ses collectivités territoriales décentralisées.