Cameroun : Le citron moins cher

La saison des pluies dans les régions productrices explique l’abondance et la baisse du prix sur les marchés.

 

Six petits citron à 100 F et 8 gros à 200 F. Le seau de 5 litres à 1500 F et le filet entre 30 000 et 40 000 F. Ce sont les différents prix du citron pratiqués dans les marchés de la ville de Yaoundé. Il y a deux mois, un seul de ces fruits était vendu entre 100 et 150 F. Le filet se vendait entre 50 000 F et 60 000 F.

L’abondance du produit s’explique par le fait que c’est la bonne saison. « On en trouve dans les marchés et tous les coins de la ville », constate Jean Marc Foka, grossiste au marché Mokolo. Au marché du Mfoundi, ces fruits s’écoulent très vite. Les grossistes se frottent les mains. « Chaque soir, au moins un camion chargé de citron en provenance soit de Bafia soit d’Obala nous ravitaille. A leur arrivée, il est facile d’acheter un filet d’environ 50 kg à 25 000 F. Le même filet peut être vendu à 30 000 F et plus le lendemain aux détaillants », explique Thérèse Memtou, vendeuse rencontrée au marché Mfoundi.  Au marché Mvog-Mbi, comme au marché Essos et bien d’autres, les prix sont plus bas. 7 à 9 citrons à 100 F. Selon Anne Marie Atangana, grossiste, le mauvais état de la route dans les villages oblige les grossistes à attendre sur place et d’accepter les prix qu’imposent les producteurs-fournisseurs. Les enchères montent à partir du mois de septembre et ce jusqu’en janvier. La vente de citron est rentable puisque la demande est constante. « Je vends du citron depuis six ans. C’est grâce à ce commerce que j’assure la scolarité de mes enfants depuis le décès de leur papa. J’ai des fournisseurs qui me livrent sur place. Parfois, ils me les envoient via les agences de voyage », confie Marthe Methom.

La grande difficulté à laquelle font face les commerçants est sa conservation, car le citron pourrit plus vite sous l’effet de l’humidité et s’assèche sous l’effet de la chaleur. Pour réduire les pertes, certains extraient le jus puis le conservent dans des bouteilles d’un litre, qu’ils vendent également.