Cameroun: Le boom de l’hôtellerie dans la Région de l’Ouest

En prélude à la prochaine CAN, le secteur encore en friche, intéresse déjà des opérateurs tant locaux qu’étrangers.

A la faveur de l’imminence des CAN 2016 et 2019, le parc hôtelier de Bafoussam (estimé actuellement à un peu plus de 1 600 chambres pour une demande en hôtels qui tourne autour de 6%, selon le ministère du Tourisme et des Loisirs), connaît un regain de vitalité. De nouveaux hôtels côtoient ceux qui existent depuis plusieurs années. C’est le cas de l’hôtel Mbatkam qui a accueilli en juin dernier la délégation de l’équipe nationale des U-20, pour le deuxième tour des éliminatoires de la CAN de leur catégorie. A côté des établissements existants, de nouveaux hôtels futuristes sortent progressivement de terre. A l’instar de l’hôtel Zingana, hôtel quatre étoiles de 48 chambres. Selon le directeur, Claude Michel, les promoteurs (le couple Dumas résidant en France) ont voulu doter Bafoussam d’un hôtel haut standing. « Il y a des gens qui ont envie de dormir dans des hôtels normaux

et répondant aux standards internationaux. Nous sommes donc venus pour les satisfaire », confie-t-il. Le gros œuvre est achevé à 100%. Les travaux sont rendus aux dernières finitions, notamment l’aménagement de la principale voie d’accès. L’ouverture de cette infrastructure est prévue pour septembre prochain après le premier report de mai dernier. La firme espagnole Top Modular envisage de construire à Bafoussam, l’une des villes hôtes de la CAN 2019, un hôtel quatre étoiles avec 200 chambres. Il sera bâti à Kouekong (Bafoussam I), lieu de situation du tout nouveau stade Omnisports de Bafoussam inauguré le 30 avril. Ce projet rejoint le cahier de charges de la Confédération africaine de football (Caf) qui exige au moins un hôtel quatre étoiles avec une capacité d’accueil de 200 chambres au moins pour chaque poule. Top Modular veut construire au total 1300 chambres au Cameroun, pour un coût total hors taxes de 155,4 milliards de F. Les investisseurs locaux ne sont pas en reste. L’opérateur économique Sylvestre Ngouchinghe, a engagé depuis avril 2015, la construction d’un hôtel quatre étoiles qu’il veut doter de 70 chambres. D’après l’ingénieur de suivi du chantier, Jules Koudoum, le pourcentage d’avancement des travaux tourne autour de 90%, notamment en ce qui concerne le gros œuvre. En marge de la CAN 2019, Fotso Victor a récemment annoncé la construction d’un hôtel quatre étoiles à six kilomètres de Kouekong en passant par Bandjoun.