Cameroun: Le bilan des attaques de Boko Haram dans l’Extrême-Nord d’avril à Septembre 2015

Votre journal, comme c’est le cas depuis le déclenchement de la guerre contre Boko Haram, se propose à nouveau de mettre à votre disposition des éléments factuels d’appréciation du déroulement de la guerre sur le terrain entre avril et septembre 2015.

Soit durant les six derniers mois. Premier constat : le front est resté circonscrit à la région de l’Extrême-Nord et à trois départements à savoir le Logone et Chari, le Mayo-Sava et le Mayo-Tsanaga.
La première unité administrative a recensé pas moins de 36 attaques, la deuxième 52, et la troisième 12. Toutefois, le Diamaré fait son entrée dans ce petit cercle, quoiqu’ à pas de tortue, avec 5 attaques répertoriées. Le Mayo-Danay enregistre, pour sa part, un seul événement majeur lié à Boko Haram. Sur les six départements que compte la région de l’Extrême-Nord, seul le Mayo-Kani n’a pas encore été touché. Second constat : le nombre de morts dans les unités administratives, durant cette période, n’est pas proportionnel aux incursions que la secte y mène. Le Mayo-Sava, avec près de 80 morts, caracole en tête de ce classement macabre; suivi du Logone et Chari, avec plus d’une soixantaine de victimes.

Puis, vient le Diamaré avec 36 morts environ en seulement cinq attaques, tandis que le Mayo-Tsanaga affiche au compteur 27 victimes en 12 attaques enregistrées… Ce n’est pas l’unique tribut que payent ces unités administratives à la secte islamiste. Le pillage du bétail par les membres de Boko Haram est systématique, d’où le nombre élevé de bergers tués ou blessés. Sur la seule base de ce bilan, des centaines de têtes de boeufs, de chèvres et de moutons ont allègrement franchi la frontière qui sépare le Cameroun et le Nigeria entre avril et septembre 2015. Durant cette même période, une dizaine de militaires camerounais sont tombés au front, et une quarantaine de membres de Boko Haram ont été tués dans les affrontements.

AVRIL
Quatre enfants sont blessés à Fotokol, le 1er avril 2015, par l’explosion d’un obus ramassé dans le fleuve El Beid. Trois décèdent le lendemain. Dans la journée du 03 avril 2015, Abba Mahamat alias Abba Fali, personnel hospitalier et président du comité de gestion du centre de Doublé, est enlevé au marché de Tchakarmari par une dizaine de membres de Boko Haram. Le 08 avril 2015, aux environs de 10h15, six assaillants armés, en provenance à pied du Nigeria et arborant des tenues militaires, font incursion dans le village Hardori, dans le département du Mayo-Sava. Ils sont mis en déroute par des éléments du Bataillon d’intervention rapide (BIR) venus de Waza et du Bataillon d’infanterie motorisée (BIM) stationnés à Bonderi.
Le 09 avril 2015, des combattants de Boko Haram arborant des tenues de l’armée nigériane s’infiltrent à bord de motos dans le village Guoues, situé à 09 km du poste frontière de la Sûreté nationale de Dabanga, sur la nationale n°1. Les assaillants tuent huit personnes, dont Issa Salé, le chef du village. Dans la nuit du 16 au 17 avril 2015, aux environs de 21 h, une centaine de membres de Boko Haram lancent deux attaques sur les villages Blabline et Bia, dans l’arrondissement de Kolofata. 24 civils sont tués, une centaine de maisons incendiées et six troupeaux de boeufs emportés. Le 22 avril 2015, des combattants de Boko Haram pénètrent à bord d’une dizaine de motos, dans le village Gouzoudou, arrondissement de Kolofata. Ils descendent le drapeau national hissé devant la chefferie et le brûlent.
Dans la nuit du 23 avril 2015, à bord de deux véhicules, des membres de Boko Haram s’infiltrent dans le village Tchakarmari, sis dans l’arrondissement de Mora. La riposte des éléments du Bataillon d’intervention rapide (BIR) contraint les assaillants au repli ; lesquels abandonnent sur les lieux un véhicule de marque Golf, de couleur vert olive. Dans la nuit du 25 au 26 avril 2015, aux environs de 22 h, des hommes armés s’infiltrent dans la localité de Tchakarmari et affrontent le comité de vigilance local. Un assaillant est tué et son arme, un AK 47, récupérée et remise à l’armée. Un civil, Goni Mal Tidjani, est quant à lui, blessé. Le 28 avril 2015, le nommé Massa Zoulgo, membre du comité de vigilance d’Amchidé, est abattu par des membres de Boko Haram. Un autre civil est blessé au bras, au cours de cette expédition. Le 30 avril 2015, le village Mada est pillé par des membres de Boko Haram.

MAI
Le 05 mai 2015, aux environs 16 h, une dizaine d’assaillants font irruption dans les villages Tchakarmari et Goglem, deux localités de l’arrondissement de Mora. Ils abattent un berger nommé Bouba Oumarou et emportent 57 boeufs appartenant respectivement à Abagana Alhadji Boukar et Modou Abazaraye, ainsi qu’une centaine de petits ruminants appartenant au berger tué. Dans la nuit de 06 au 07 mai 2015, les combattants de Boko Haram attaquent les localités de Tchébé-Tchébé et Ldaoutsaf, dans l’arrondissement de Mayo-Moskota. 18 personnes sont tuées et deux autres, blessées. Une centaine de cases sont également incendiées.
Le 07 mai 2015, des éléments du BIR en patrouille dans la localité de Wendou-Djabi par Limani, dans l’arrondissement de Mora, liquident six combattants de Boko Haram. Dans la nuit du 07 au 08 mai 2015, des membres de Boko Haram, à bord de deux pick-up, attaquent le village Zamga. En représailles de la mort d’un des leurs abattu par les forces camerounaises, ils blessent grièvement un individu, incendient des cases et tuent du bétail. Le 08 mai 2015, une femme Arabe-Choa de 25 ans est assassinée par des adeptes de Boko Haram. Le même 8 mai, à Assighassia, des membres de Boko Haram, à moto et à pied, attaquent un poste de défense camerounais. La riposte énergique des militaires camerounais les contraint à un repli vers le Nigeria. La localité de Kerawa-Mafa, dans l’arrondissement de Mayo-Moskota C amer.be, est attaquée par les terroristes Boko Haram dans la nuit du 09 au 10 mai 2015. Le caporal Njomou et le soldat Simo trouvent la mort au cours des affrontements. Trois de leurs camarades et un membre du comité local de vigilance sont également blessés. Le 10 mai 2015, un camion non chargé en provenance de Kousseri et à destination de Maroua est intercepté sur la route nationale n°1 par des combattants de Boko Haram, précisément au niveau de Tchakarmari. Le chauffeur est tué et le camion, à bord duquel se trouvaient deux autres personnes, emporté. Dans la nuit du 12 au 13 mai 2015, des hommes armés appartenant à la secte Boko Haram pénètrent dans la localité de Tayer, arrondissement de Mora, et incendient 15 concessions.
Dans la nuit du 17 au 18 mai 2015, une dizaine d’hommes armés, présumés appartenir à la secte Boko Haram, attaquent des bergers en transhumance dans le village Zigagué, arrondissement de Waza. Deux bergers sont grièvement blessés à coups de machettes et une dizaine de têtes de boeufs emportées en direction du Nigeria. Le 20 mai 2015, Djibrilla Abagana est interpellé par les populations du village Sero-Abou et remis aux forces de sécurité et de défense. Originaire de l’arrondissement de Blangoua et fils d’un trafiquant d’armes nommé Abagana, il avait rejoint les rangs de Boko Haram. Aux premières heures de la matinée du 22 mai 2015, 06 membres de Boko Haram acheminant une quarantaine de boeufs en direction du marché de Kouyapé, dans l’arrondissement de Kolofata, sont interpellés au niveau du village Kidji par des membres du comité de vigilance des localités de Nguetchewé et Talakachi, dans l’arrondissement de Mayo-Moskota. Ils sont remis au détachement des forces de défense de Nguetchewé.

Des hommes armés appartenant à Boko Haram, à bord d’une vingtaine de motos, font irruption dans le village Cheripouri, localité de l’arrondissement de Kolofata, dans la nuit du 25 au 26 mai 2015. Ils arrachent des cartes nationales d’identité de certains villageois et tentent d’enlever une jeune fille d’un village voisin. La réaction des membres du comité de vigilance est vive et les assaillants battent en retraite, abandonnant dans leur fuite cinq motos. Le 30 mai 2015, des combattants armés de Boko Haram arrivent à Waza, à bord de deux véhicules et neuf motos. Bilan : deux individus enlevés, un blessé et 82 boeufs emportés. Le 31 mai 2015, aux environs de 15 heures, Issufu Boukar, Abba Gana et Modou Adji, tous membres de Boko Haram et résidant à Farka (Kossa), arrondissement de Mora, sont interpellés par le comité de vigilance du village de Tchakarmari et mis à la disposition du Bataillon d’intervention rapide (BIR) à Waza.

JUIN
Dans nuit du 1er au 02 juin  2015, six membres de Boko Haram armés et à bord des motos, parviennent à s’introduire dans le village Kangaleri, une localité de l’arrondissement de Mora. De l’argent est arraché à certains habitants de la localité. Le 02 juin 2015, des éléments du BIR postés à Limani, aidés par des membres du comité de vigilance local, interpellent sept présumés terroristes de Boko Haram à Kangaleri, dans l’arrondissement de Mora. Il s’agit de Tidjani Taibou, Alhadji Modou, Djibril, Alhadji Tchera, Zara, Gadja Gana et Goni Brah. Dans la nuit du 09 au 10 juin 2015, des membres de la secte Boko Haram pénètrent dans le village Kordo, arrondissement de Kolofata, et emportent plusieurs têtes de moutons et chèvres. Dans la même nuit, le même groupe d’assaillants attaque le village Talla-Madie.

Le village Zenemé, situé à 10 km d’Achigachia dans l’arrondissement de Mayo-Moskota, reçoit cette même nuit, la visite d’un groupe d’hommes armés appartenant à Boko Haram et en provenance du village Sandawadjiri. Délestant au passage Boukar Blama de son troupeau de boeufs. Le 10 juin 2015, une roquette explose à l’intérieur d’un véhicule de l’armée au niveau de Bodo. Deux soldats, Baïma et Abdoul, sont tués et 23 autres sont blessés. L’unité se rendait à Blamé où, quelques heures plus tôt, des membres de Boko Haram avaient mené une opération. Le même jour, Abba Blama, Bahana Alima et Mohamed Ali, présumés membres Boko Haram, sont interpellés par les forces de défense et de sécurité dans le camp des réfugiés de Minawao, arrondissement de Mokolo. Dans la nuit de ce 10 juin, le nommé Abdoulaye est enlevé par des membres de Boko Haram dans le village Dega, situé à sept kilomètres de Fotokol.
Le 11 juin 2015, aux environs de 10 h, des terroristes de Boko Haram, à bord de 12 motos, s’emparent de trois camions de marchandises en provenance de Maroua et à destination de Kousseri. L’attaque a lieu entre les localités de Dabanga et de Tildé. Si les convoyeurs sont relâchés, les chauffeurs sont contraints de conduire les véhicules vers le Nigeria. Un camion est retrouvé incendié, de même que le corps d’un des chauffeurs, abattu par les terroristes. Deux membres d’un comité de vigilance sont enlevés à Amchidé par des combattants de Boko Haram. Dans la nuit du 15 au 16 juin 2015, les terroristes de Boko Haram mènent une incursion dans la localité de Gréa, arrondissement de Kolofata, pour se ravitailler en bétail. Le 18 juin 2015, 10 otages camerounais, détenus au Nigeria par Boko Haram, réapparaissent dans la localité de Ldaoussaf (Mayo- Moskota). Interpellés par l’armée, ils sont remis en liberté. Le 19 juin 2015, un membre de Boko Haram est interpellé au camp de réfugiés de Minawao dans l’Extrême- Nord. Le 24 juin 2015, aux environs de 16 h, des terroristes Boko Haram pénètrent à Michiguiré, une bourgade de l’arrondissement de Waza et attaquent un camion transportant un container. Les populations reconnaissent un certain Mahamat Boukar comme le chef du groupe des assaillants.
Suite à la prompte réaction des éléments du BIR stationnés à Waza, les assaillants prennent la fuite et abandonnent leur butin. Quelques minutes après cet incident, un camion transportant des vivres en provenance de Maroua et se rendant à Kousseri fait tonneau au niveau de Zigué-Zigagué, alors même qu’il tente d’échapper à une embuscade de Boko Haram. Le motor-boy est tué sur le coup. Le chauffeur et un troisième passager s’en tirent avec de légères blessures. Le 26 juin 2015, aux environs de 08 h, le nommé Mastapha, agent de liaison de Boko Haram, est arrêté par des membres d’un comité de vigilance et mis à la disposition du BIR à Waza. Environ 200 Camerounais installés à Ndjamena sont rapatriés à Kousseri le 27 juin 2015. Ils viennent s’ajouter à une centaine d’autres, expulsés vers Kousseri depuis les attentats survenus dans la capitale tchadienne (le 15 juin 2015, double attentat au commissariat central et à l’école de police de Ndjamena). Le 28 juin 2015, 17 Tchadiens résidant à Petté et 30 autres à Kousseri sont expulsés par les autorités camerounaises en direction du Tchad. Le 29 juin 2015, l’épouse d’un des kamikazes de Boko Haram qui s’est fait exploser au cours d’un attentat perpétré à Ndjamena, est arrêtée au pont Ngueli par les forces de sécurité camerounaises, en compagnie d’une autre femme.

JUILLET
Le 1er juillet 2015, un camion de riz est «arraisonné» sur la nationale n°1, par des terroristes de Boko Haram, entre Tildé et Maltam. Le chauffeur et son motor-boy sont tués. Dans la même journée, 42 Tchadiens «sanspapiers », interpellés à Kousseri, sont renvoyés dans leur pays. Dans la nuit du 06 au 07 juillet 2015, aux environs de trois heures du matin, des terroristes de Boko Haram attaquent le camp du BIR de Bodo, dans l’arrondissement de Makary. 21 assaillants sont tués et deux autres, capturés. Trois AK47, six roquettes et un Pick-up sont également saisis. Dans la nuit du 07 au 08 juillet 2015, aux environs de 22 h, Boko Haram attaque le village Mbreché par Limani, localité de l’arrondissement de Mora, et égorgent deux personnes, Meché et Amadou. Trois autres riverains sont blessés. Les terroristes de Boko Haram incendient également plusieurs cases d’habitation et emportent des boeufs. Huit terroristes de Boko Haram font irruption dans les localités de Michetiré et Milari, arrondissement de Logone-Birni, dans la nuit du 09 au 10 juillet 2015. Ils tuent une personne et blessent une autre. Deux troupeaux de boeufs en transhumance et plusieurs moutons sont emportés par les assaillants. Le 10 juillet 2015, des membres du comité de vigilance interpellent trois membres présumés de Boko Haram à Talakachi-Mozogo en flagrant délit de vol d’un troupeau de boeufs de 56 têtes. Ils sont remis aux éléments du Bataillon d’Infanterie Motorisé (BIM) et du Bataillon des Troupes Aéroportées (BTAP) en détachement dans la localité. Dans la nuit du 12 au 13 juillet 2015, deux attentats kamikazes sont perpétrés à Fotokol, à l’entrée du camp du BIR et au petit marché local, par deux femmes portant des charges explosives. 13 personnes sont tuées dont un militaire tchadien, les deux kamikazes et 10 civils parmi lesquels un infirmier nommé Vandi. Sept militaires sont légèrement blessés (quatre Tchadiens et trois Camerounais), ainsi que six civils.

Le 13 juillet 2015, des terroristes de Boko Haram attaquent un poste militaire sis dans la localité de Ldaoutsaf, arrondissement de Mayo-Moskota. Un assaillant est tué et son arme, récupérée. Le caporal Noudime du BIR, touché dans le double attentat-suicide du 12 juillet 2015 à Fotokol, décède le 14 juillet 2015. Dans la nuit de ce 14 juillet 2015, des terroristes de Boko Haram lourdement armés, à bord des motos, attaquent une patrouille du BIR dans la localité de Ndaba-Koura par Kerawa, arrondissement de Kolofata. L’adjudant Ekané est blessé au cours des affrontements ; un pick-up, endommagé et une arme 12,7, emportée par les assaillants qui laissent sur le carreau trois des leurs, plusieurs motos et des armes. Deux terroristes de Boko Haram sont tués dans une attaque lancée contre le village Zeleved.
Dans la nuit du 19 au 20 juillet 2015, aux environs de 01 h, des hommes armés, membres de Boko Haram, attaquent le village Kamouna, une localité de l’arrondissement de Hilé-Alifa. Neuf corps sont retrouvés calcinés dans des maisons incendiées. Trois blessés graves sont également enregistrés. Le 21 juillet 2015, des terroristes de Boko Haram en provenance du Nigeria s’introduisent dans le village Dega, arrondissement de Fotokol, et tuent le nommé Emat. Dans l’après-midi, ils visitent le village Amsabour, non loin de Bodo. Le 22 juillet 2015, aux environs de 14h30, un double attentat-suicide est perpétré au quartier Mbarmaré et au marché central de Maroua par deux jeunes filles kamikazes. Il fait 14 morts. Dans la nuit du 22 au 23 juillet 2015, des terroristes de Boko Haram à bord de motos, mènent une incursion dans le village Fadje, une localité de Fotokol. Au cours de celle-ci, le nommé Ramadan Mahamat est blessé par balles au pied droit. Abakar Moustapha, membre de Boko Haram, est interpellé dans la nuit du 22 au 23 juillet 2015 aux environs 22 h, par les populations de Kai-Kai alors qu’il s’approvisionnait en carburant et en denrées alimentaires destinés à ses camarades qui cherchaient à traverser la frontière pour gagner le Tchad. Au cours de la tentative d’arrestation qui s’en est suivie, un des membres du groupe nommé Alhadji a été tué. Dans la nuit du 23 au 24 juillet 2015, des terroristes de Boko Haram attaquent le village Vreket, une localité de l’arrondissement de Mayo-Moskota. Quatre personnes sont tuées. Il s’agit des nommés Varvara Ngueuléo, Baldena Godjeveré, Parahod et Talaka Zawaye. D’autres habitants du village sont faits otages. Dans la nuit du 25 au 26 juillet 2015, aux environs de 19h30, un attentat-suicide se produit au quartier Pont Vert à Maroua. L’explosion fait 21 morts et 85 blessés.
Au petit matin du 26 juillet 2015, deux personnes sont tuées dans le village Tchebé-Tchebé, une bourgade située dans l’arrondissement de Mayo-Moskota, à la suite d’une incursion des membres de Boko Haram. Des maisons sont également incendiées, tout comme l’église catholique. Dans la foulée, de nombreux petits ruminants sont emportés par les assaillants. La nuit de ce 26 juillet 2015, des terroristes de Boko Haram à bord de motos, incendient la brigade de gendarmerie, le poste de détachement du 41eme BIM, ainsi qu’un pickup 4×4 dans la localité d’Afadé, arrondissement de Makary. Ils égorgent au passage un gardé à vue, libèrent deux autres et tuent trois individus par balles, les nommés Abba Malloum, Youssouf et Moussa. Ils emportent également quelques munitions. A Kidji, arrondissement de Kolofata, des membres de Boko Haram emportent la même nuit, un troupeau de boeufs. Un accrochage a lieu ce même 26 juillet 2015 dans les environs de Diguir et Madaka entre les forces de sécurité et des terroristes de Boko Haram. Un civil est tué et un policier, blessé. Le 28 juillet 2015 aux environs de 17 heures, des membres du comité de vigilance de Tchakarmari tendent une embuscade à trois terroristes de Boko Haram à bord de deux motos. Cela se passe entre les localités de Goglem et Madjiré dans l’arrondissement de Mora.
Un terroriste, porteur d’une arme AK47, est abattu. Le 29 juillet 2015, des éléments du BIR interpellent trois présumés terroristes de Boko Haram, dont un homme et deux femmes à Makalingaï, une localité de l’arrondissement de Tokomberé. Les suspects, porteurs d’explosifs, sont conduits à la base BIR à Maroua-Salak. Dans la nuit, des terroristes de la secte font une incursion dans le village Déga, localité située à huit kilomètres de Fotokol, abattant deux refugiés nigérians et incendiant plusieurs cases. L’on retrouvera un bébé calciné dans l’une des cases incendiées. Le 30 juillet 2015, les nommés Madigou et Bana Goni, deux ressortissants nigérians, et un Camerounais répondant au nom de Bassirou Bello, sont interpellés en possession d’engins explosifs dans la ville de Maroua, par des éléments de la police. Dans la nuit, une incursion des terroristes de Boko Haram est enregistrée dans le village Fima, une localité de Fotokol. Au cours de celle-ci, le nommé Abakar Mellé est blessé par balles. 2500 illégaux nigérians, raflés le même jour, sont renvoyés dans leur pays.

AOÛT
Dans la nuit du 3 au 4 août 2015, des terroristes de Boko Haram font une incursion dans le village Tchakarmari. Quatre membres du comité de vigilance sont tués. Il s’agit de : Abba Gana Malloum Moussa, Abba Adji Kanouma, Bana Galama et Charifou Chari. Le 07 août 2015, aux environs de 21 heures, un convoi des forces de sécurité et de défense est attaqué par des membres de Boko Haram à Ngassama. Quatre militaires sont portés disparus, deux camions en panne et stationnés sur les lieux sont incendiés. Il s’agit d’une semiremorque immatriculée  ADTR 108 Ab et ASR 290 AA transportant les sacs de farine à destination de Kousseri et l’autre à vide à destination de Maroua. Le 11 août 2015, une attaque de Boko Haram dans la localité d’Achighachia fait un mort et deux blessés dans les rangs de l’armée camerounaise. Le soldat de 2ème classe du BIR, Bilbine, trouve la mort dans la nuit du 12 août 2015 à Afadé, dans une opération de bouclage de Blamé. Plus tôt, des terroristes de Boko Haram s’étaient infiltrés dans la localité de Blamé et ont fait huit morts parmi les villageois. Une école, un bâtiment de poste des Douanes abandonné et quelques habitations sont également incendiés. Dans la nuit du 14 au 15 août 2015, des terroristes de Boko Haram pénètrent dans le village Mordas, arrondissement de Hilé Alifa. Un civil est tué, des maisons d’habitation et des commerces sont brûlés.
Au petit matin du 15 août 2015, des gendarmes en patrouille tombent dans une embuscade de Boko Haram à Tayer, sur l’axe Mora-Doublé. Le maréchal des logis Simo est grièvement blessé au niveau de la fesse et l’adjudant Haman, légèrement blessé au bras. Une moto est emportée par les assaillants. Dans la nuit de ce jour, des hommes armés appartenant à la secte brûlent des commerces à Afadé et emportent le drapeau qui flottait devant le sultanat. Le 17 août 2015, les éléments du BIR en poste à Limani et Kolofata, accompagnés des membres du comité de vigilance, tombent dans une embuscade tendue par des combattants de Boko Haram à Wambéché. Trois terroristes de Boko Haram sont tués dans les affrontements et leurs armes, récupérées. Un militaire et un membre du comité de vigilance sont blessés. Dans la nuit, une attaque de Boko Haram dans les villages Mafoufou et Badé fait un mort. Il s’agit d’une mère, tuée en lieu et place de son enfant recherché par les membres de la secte Boko Haram. Dans l’après-midi du 18 août 2015, l’armée camerounaise repousse une tentative d’infiltration des membres de la secte Boko Haram à Kerawa. Le 22 août 2015, des terroristes de Boko Haram égorgent le lawan de Ngoulmouldi, Souleymane, et son petit frère. Ils tuent également deux autres villageois. Des terroristes de Boko Haram s’introduisent à l’aube du 23 août 2015 dans le village Manawadji, arrondissement de Mora. Ils brûlent des maisons et prennent en otage plusieurs villageois. Dans la nuit 24 au 25 août 2015, des terroristes de Boko Haram pénètrent à Mordas, arrondissement de Hilé Alifa. Six villageois sont égorgés. Il s’agit des nommés Hemat Hassana, Mahamat Mamadou Mey, Moussa, Amadou Moussa, Moudou et Abdoulaye Oumarou. Dans l’après-midi du 26 août 2015, une tentative de Boko Haram de s’infiltrer dans le village Ngoumouldi, non loin de Mora, échoue devant la réaction des militaires camerounais. Dans la nuit du 26 au 27 août 2015, la brigade de gendarmerie de Zigagué est attaquée par des hommes armés appartenant à Boko Haram. Un assaillant est tué, de même qu’un gendarme. Le 28 août 2015, des membres de Boko Haram font deux incursions dans les iles Toumboun Ali et Toumboun Kare de l’arrondissement de Hilé Alifa. Ils passent à tabac les pêcheurs. Dans la nuit du 29 au 30 août 2015, des terroristes de Boko Haram pénètrent dans le village Djaoudé. Ils sont repoussés par la population. Un civil est blessé. Le 31 août 2015, sept terroristes de Boko Haram enlèvent deux enfants à Zamga dans le Mayo-Moskota.

SEPTEMBRE
Le 02 septembre 2015, 10 membres de Boko Haram armés de Ak47 sont interpelés à Fotokol par des militaires tchadiens et remis au Bataillon d’intervention rapide (BIR). Dans la nuit, c’est une vingtaine de combattants de Boko Haram qui mènent une incursion dans le village Mastafari, une localité située à deux kilomètres de Doublé par Mora. Au cours de celle-ci, quatre bergers sont tués, à savoir Issa Blama Mahamat, Goudja Abicho, Mal Abba et Kamsouloum Ajaljalal. Les assaillants vont également emporter des troupeaux de boeufs et des chèvres. Toujours la même nuit du 02 septembre 2015, des membres de la secte Boko Haram pénètrent dans la localité de Kerawa-Cameroun, pour réclamer auprès des bouchers qui avaient pris des boeufs leur appartenant pour vendre, le règlement de leurs dettes.
Le 04 septembre 2015, un membre de Boko Haram est arrêté par des éléments du BIR à Kerawa-Cameroun, sur dénonciation de la population. Dans la nuit du 07 septembre 2015, des membres de Boko Haram s’introduisent dans les localités de Kidji et Talakachi. Deux personnes sont tuées et plusieurs cases, brulées. Des troupeaux de boeufs sont emportés en direction du Nigeria. Dans la nuit du 08 au 09 septembre 2015, 10 combattants de Boko Haram, à pied, s’infiltrent dans la bourgade de Kerawa et tuent le nommé Bakari Amada. Six vélos et un petit stock de denrées alimentaires sont emportés par les assaillants Camer. be. Le village Gogolom Arabe, situé entre Tchakarmari et Kangaleri, est attaqué dans la nuit du 09 au 10 septembre 2015 par plusieurs combattants de Boko Haram. Ali et Mahamat, deux éleveurs, sont tués. Des dizaines de cases sont brûlées, et quelques 200 chèvres emportées. Le 10 septembre 2015, aux environs de 18h30, 12 combattants de Boko Haram mènent une incursion dans le village Blamé, une bourgade située entre Kolfata et Kerawa. Quatre bergers sont enlevés et un troupeau de boeufs emporté en direction du Nigeria. Dans la nuit du 11 au 12 septembre 2015, vers 23h30, plusieurs membres de la secte terroriste s’emparent de plusieurs têtes de boeufs à Doublé, après avoir semé la panique dans le village. Le 12 septembre 2015, aux environs de 20 h, c’est une nouvelle attaque des combattants de Boko Haram, à pied, à Kerawa-Cameroun. Après avoir tiré plusieurs coups de feu, ils cambriolent plusieurs domiciles et emportent des denrées alimentaires et des effets vestimentaires.
Déjà dans la journée, le nommé Bana, suspecté d’appartenir à la secte, est dénoncé par les populations et arrêté à Petté. Dans la matinée du 13 septembre 2015, deux attentatssuicides se produisent à Kolofata. Dogo Ngolda alias petit bandit, Abba Ganama Viviet (membre du comité de vigilance), Fidel Ndoufta (sept ans), Kaltoumi Gadavoua (huit ans), Abba Katchala (huit ans), Wade Talake (trois ans), Mme Mariamou Moussa épouse Modibo, sont tués. 22 autres personnes sont blessées. Dans la nuit, deux personnes sont enlevées à Kerawa, par une dizaine de combattants de Boko Haram. Les assaillants s’emparent aussi de cinq moutons et des denrées alimentaires. Quatre membres de la secte Boko Haram sont interpellés à Kerawa, dans la nuit du 14 au 15 septembre 2015. Il s’agit de deux ravitailleurs et de deux combattants. Une embuscade tendue par une soixantaine d’éléments de Boko Haram le 16 septembre 2015 à Ngoulma, sur la nationale n°1 entre Dabanga et Maltam, fait deux morts dans les rangs de l’armée camerounaise. Un civil est également tué ; et un des assaillants, abattu. Quatre véhicules sont brûlés dont certains faisant partie du parc automobile de l’armée. Les assaillants étant arrivés à dos de chevaux. Cette journée du 16 septembre est particulièrement meurtrière.

Sept personnes sont tuées dans la nuit à Aïssa Hardé, bourgade située à huit kilomètres de Mora, à la suite d’une incursion des membres de Boko Haram. Trois personnes sont également blessées et des maisons, incendiées. Toujours la même nuit, quatre combattants de la secte sont neutralisés par des éléments des forces de défense camerounaises à Kerawa. Le 17 septembre 2015, vers 10h30, des membres de Boko Haram emportent deux troupeaux de boeufs entre Kangaleri et Abuja, sur la nationale n°1 Mora-Waza. Dans la nuit du 17 au 18 septembre 2015, des éléments de Boko Haram pénètrent dans le village Warami, non loin de Fotokol. Trois bergers sont tués et 250 têtes de boeufs, emportées. Madina, localité située entre Makary et Bodo, est attaquée dans la nuit du 18 au 19 septembre 2015 par des membres de Boko Haram. Plusieurs maisons sont incendiées et du bétail, emporté en direction du Nigeria. Le 19 septembre 2015, des hommes armés appartenant à Boko Haram attaquent un convoi sur l’axe Dabanga- Maltam. Le 20 septembre 2015, une double explosion est enregistrée au quartier Guirbala à Mora. Il s’agit de deux attentats- suicides perpétrés par une fille et un garçon. Le bilan est de cinq morts dont les deux kamikazes, deux civils et l’inspecteur de police principal Lade Elie. Un kamikaze en fuite est interpellé dans la soirée à Mora.
Dans la nuit, cinq membres de Boko Haram pénètrent à Kerawa et emportent 25 moutons et chèvres. Deux membres de Boko Haram sont tués et plusieurs autres, grièvement blessés par les forces de sécurité camerounaises à Amchidé, le 21 septembre 2015. Le 22 septembre 2015, aux alentours de six heures, deux explosions retentissent au village Gouzoudou par Kolofata. Les deux kamikazes sont tués sur le coup, alors que les nommés Alhadji Gana, Blama Goni et Ousman Blama sont grièvement blessés. Dans la journée, 15 membres de Boko Haram sont tués et plusieurs autres, blessés dans des affrontements avec l’armée camerounaise à Amchidé. Le 24 septembre 2015, des accrochages entre l’armée camerounaise et des membres de Boko Haram fuyant l’avancée des troupes nigérianes sont enregistrés à Amchidé. De même, dans la journée, l’armée camerounaise pilonne la ville nigériane de Kerawa. Cela n’empêche toutefois pas quelques membres de la secte d’enlever dans la nuit, toujours à Kerawa, les nommés Mahamat Oumaté, Dekodi Ali et Babao Boukar et de piller six maisons. Dans la nuit du 28 au 29 septembre 2015, l’armée camerounaise pilonne depuis Kerawa, les positions de Boko Haram situées à Kerawa- Nigeria. La même nuit, des combattants de Boko Haram s’infiltrent à Bongour, localité située à sept kilomètres de Ngoulma par Hilé Alifa.