Cameroun: La maladie de l’ex-ministre Essimi Menye enfin révélée

La lutte commence à payer. Maintenant nous connaissons sa maladie. Il souffre d’une hernie discale. C’est à dire il a mal au dos et veut une évacuation.

La parole libère et la parole bouscule les lignes. Hier dans cette espace, je décriais le fait que depuis qu’on parle d’ESSIMI MENYE au Cameroun, aucun journal, je dis bien aucun n’avait livré le nom de sa maladie. Y compris les journaux qui ont pris fait et cause pour lui. Aujourd’hui le magazine panafricain Jeune Afrique nous informe que le célèbre malade de la CNPS souffre d’une hernie discale. L’hernie discale est une maladie du disque intervertébral. Jouant le rôle d’amortisseur entre deux vertèbres, ces disques s’usent avec le temps et peuvent parfois se déformer ou sortir de leur enveloppe. Il s’agit en fait d’un mal de dos. Dès lors est-ce que Essimi Menye nécessite une évacuation en Europe? C’est à Paul Biya de voir. Mais pour l’instant il semble ne pas très disposé en dépit de l’intervention des réseaux Essimi. Plus grave Jeune Afrique écrit: “La justice camerounaise n’entend pas le laisser filer, car, depuis le début de l’opération anticorruption en cours, une demi-douzaine de personnalités poursuivies sont passées entre les mailles du filet et se cachent en France, aux États-Unis ou ailleurs. Parmi elles, Jean-Marie Assene Nkou (affaire de l’avion présidentiel), Dieudonné Ambassa Zang (ex-ministre des Travaux publics), Jean-Marcel Dayas Mounoume (ex-DG du Port de Douala), Patricia Daisy Ename (ex-sous-directrice des finances de la CRTV), et Justin Zeh Zeh (ex-directeur des Finances du Feicom).”…. Voici ci-dessous l’article publié par Jeune Afrique dans son intégralité.
Cameroun : Essimi Menye, assigné à résidence… à l’hôpital !
Terrassé par une hernie discale, Essimi Menye, le ministre de l’Agriculture évincé le 2 octobre, est entré libre, il y a deux semaines, dans un hôpital de Yaoundé, mais risque d’en sortir pour rejoindre… une cellule de la prison de Kondengui.
Cet ancien du FMI propulsé ministre des Finances, puis rétrogradé à l’Agriculture, est placé sous la surveillance de gendarmes. Il a fait jouer ses réseaux pour obtenir de Paul Biya l’autorisation de quitter le pays afin de recevoir des soins à l’étranger, mais le président n’y semble guère disposé. L’ex-ministre avait été entendu le 13 janvier par le tribunal criminel spécial pour des affaires remontant à l’époque où il était le patron des Finances.
La justice camerounaise n’entend pas le laisser filer, car, depuis le début de l’opération anticorruption en cours, une demi-douzaine de personnalités poursuivies sont passées entre les mailles du filet et se cachent en France, aux États-Unis ou ailleurs. Parmi elles, Jean-Marie Assene Nkou (affaire de l’avion présidentiel), Dieudonné Ambassa Zang (ex-ministre des Travaux publics), Jean-Marcel Dayas Mounoume (ex-DG du Port de Douala), Patricia Daisy Ename (ex-sous-directrice des finances de la CRTV), et Justin Zeh Zeh (ex-directeur des Finances du Feicom).