Cameroun – Humour : Ce que la CRTV devrait gagner de l’euro 2016

« J’espère que les gens de la CRTV ont regardé tous les matchs de l’euro…. quand un match finit, on filme encore le stade, on montre l’état d’esprit des joueurs et des supporters…

on ne renvoie pas directement l’antenne à Mbala II…..pour nous montrer la publicité de Condom…Prudence.. »
Le combat est terminé. Les champions sont montés sur la première marche. Le Cameroun, le sempiternel amant de Football est resté accroché aux écrans, peu importe si les avis étaient dispersés sur l’identité des équipes à supporter.
Ce qui reste clair, c’est que les camerounais se sont amusés non seulement devant les spectacles des matchs, mais surtout devant le spectacle de la diffusion des matchs.
Les téléspectateurs ont eu la chance de regarder les joueurs dans les vestiaires, d’écouter les paroles des entraineurs et  d’entendre même des joueurs dans les stades, toutes ces pratiques discursives rares que tout téléspectateur aimerait entendre et découvrir pour comprendre le mystère des joueurs : regarder un joueur dire un mot sympathique à la caméra, regarder un coach faire un geste humoristique à un joueur, regarder un joueur

faire un baiser à un arbitre, écouter un gardien de buts parler….
Plus encore, chaque fois, à la fin de tous les matchs de l’euro,  les stades sont restés filmés pour montrer aux téléspectateurs, l’état d’esprit des joueurs et des supporters… les antennes n’ont pas été  directement renvoyées  à Mbala II, pour nous montrer la publicité de Condom, Prudence, ou quelques unes de ces publicités décontextualisées qui parfois veulent nous exciter à aller en exil. Voila ce que la télé au « cœur de la nation » devrait gagner comme aspect technique.
IL est vrai que dans la doxa théorique,  la télévision est, par essence, un outil d’information, voire de sensibilisation. Nul ne doute que les publicités lors des matchs de football permettent de rentabiliser sur avec les gros investissements. Mais dans un contexte de démocratisation légendaire des pratiques discursives journalistiques avec d’autre outils comme internet, la télévision doit déclencher l’exceptionnel, le beau, l’effet surprenant et beaucoup d’autres choses attractives. L’aspect mercantiliste des infos ou des publicités ne devrait pas surpasser l’aspect  du sentiment plaisant qui anime les spectateurs.
Avec l’émergence de ces nouvelles technologies de l’information  et l’avènement des dernières générations de téléphonie mobile, tout le monde « peut » devenir journaliste. Tout le monde peut filmer un fait journalistique. La télévision devrait filmer  et diffuser donc des choses inaccessibles aux simples usagers.  Si un chien mord un homme, ce n’est plus un fait journalistique puissant pour la télé, mais si c’est un homme qui mord un chien, alors voila !
Une chaine nationale comme la CRTV plus que jamais devrait encore faire plaisir, satisfaire pleinement les camerounais et les contraindre à rester, puisqu’elle est le cœur de la nation. Ne devrait-elle donc nous montrer l’exceptionnel, ce qui n’est pas vu dans les réseaux sociaux? Nous avons aimé l’émission dédiée à quelques fragments diffusables de la vie de nos soldats qui sont au front et bien d’autres émissions pareilles qui prouvent que nous sommes dans une unité spirituelle garantie…
M. Charles NDONGO, ce sage, cet avisé, ce tempérant   a du pain sur la planche, il sait plus que tout le monde que  « la révolution est une transition entre un ordre ancien qui tombe en ruine et un ordre nouveau qui se fonde » .
Le football est encore la seule activité qui procure assez de plaisir en réunissant les uns et les autres. Alors, stop à la jouissance éphémère.  Chaque téléspectateur veut vivre tous les détails d’avant, pendant et après le match : tout ceci au stade et non sur des plateaux de télévision ou les discours sans illustrations éloignent les téléspectateurs du spectacle qu’ils veulent voir. Vivement, avant, pendant et après les matchs qui se sont surtout déroulés au Cameroun, ne plus se presser de renvoyer l’antenne à Mbala II : nous voulons connaitre nos joueurs des clubs nationaux, connaitre ceux qui sont venus chez nous, les sentir, les voir à travers l’audiovisuel : ça aussi c’est de la pub.