Cameroun – Gendarmerie nationale: 663 sous-officiers prêts pour l’instruction et le commandement

Ils ont reçu leurs diplômes de fin de formation au cours de la cérémonie conjointe présidée par Jean-Baptiste Bokam, secrétaire d’État auprès du ministre de la Défense (Sed) chargé de la Gendarmerie nationale, le 02 octobre à Yaoundé.

«En vous félicitant, je voudrais surtout vous mettre face à vos responsabilités de sous-officiers. Sacher qu’un sous-officier de gendarmerie se doit d’être un militaire professionnel de la sécurité, au contact de la population, et au service de l’État et du citoyen». Ces propos rappelant de manière générale des missions qui attendent les sous-officiers du 16è certificat d’aptitude technique n°3 service général (Cat3/Sg) et du 10è certificat d’aptitude n°2 de spécialités (Cat2/Sp) sont du secrétaire d’État Jean-Baptiste Bokam, au Camp Yéyap (Commandement des écoles et centres d’instruction de la gendarmerie) à Yaoundé.
En effet, en vue de leur permettre de répondre aux exigences professionnelles de l’heure, les 663 pandores qui ont solennellement reçu leurs diplômes vendredi dernier ont bénéficié d’un stage de formation. Cette dernière, selon Jean-Baptiste Bokam, rentre dans le cadre de «la modernisation et la professionnalisation qui sont les axes fondamentaux de la réforme des armées et de la

gendarmerie engagée par le chef de l’État, chef des armées le 21 juillet 2001». Dans un contexte où les forces de défense et sécurité camerounaises mènent une lutte sans merci contre les terroristes dans la région de l’Extrême-Nord, le Sed n’a pas manqué de justifier le bien-fondé des stages de formation qui se succèdent ces derniers temps dans la gendarmerie: «Nous devons permettre à nos éléments d’avoir des savoirs, des savoir-faire et des savoir-vivre pour s’adapter à cette guerre qui nous est imposée par la secte terroriste Boko Haram».

Des enseignements actualisés
Le stage relatif au 16è Cat3 service général a ainsi permis à ses nombreux bénéficiaires d’acquérir des connaissances en matière de maintien de l’ordre, du commandement dans la gendarmerie, de droit ainsi que des connaissances militaires générales. La finalité étant de permettre à ces derniers d’occuper des fonctions importantes dans les unités élémentaires. Au même moment, la formation du 10è Cat2 de spécialités (secrétaires, chauffeurs, mécaniciens, transmetteurs et autres) était axée sur la transmission des connaissances de base, nécessaires pour tout sous-officier gendarme. D’après l’ancien ministre des Travaux publics, les stagiaires auréolés ce jour ont reçu une formation à la fois théorique et pratique. Et le colonel Benjamin Bogmis, commandant des écoles et centres d’instruction de la gendarmerie de rappeler aux élus du jour : «C’est sur le terrain que vous serez jugés. La vraie compétence c’est le terrain qui l’atteste…». À la fin de cette cérémonie qui a mobilisé les officiers généraux, officiers, sous-officiers et gendarmes, Ndayou Pefoura, sergent-chef et majorette (avec 14,49/20) du 16è stage Cat3 service général rassure : «Cette formation de 6 mois basée sur des modules tels que l’intervention professionnelle, la formation générale, la psychologie du commandement nous permet d’être des commandants de brigade, des chefs de poste, des chefs de groupe de combat…Et pour en arriver là, il fallait passer par un concours».  Synonyme de mérite !