Cameroun – Futsal. Interview: «Le futsal est un sport spectaculaire»

Nana Kouakam Simplice, secrétaire général de la Ligue nationale de futsal.

 
Comment peut-on définir le futsal ?

Le futsal c’est un sport collectif qui oppose deux équipes constitué de cinq joueurs contre cinq et un gardien de but. Le futsal est un sport non violent et très spectaculaire qui exige aux joueurs une capacité physique et qualité technique énorme. Au Cameroun, nous voulons intéresser les gens parce que nous avons eu l’opportunité de pratiquer au niveau du primaire depuis 2014 avec le Fenassco B.

Quelles sont les différences entre la version AMF et celle de la Fifa ?

La version AMF c’est la version originale qui est moins violente, il n’y pas de contact, d’agressivité sur les joueurs. Il y a un timing pour que le ballon parte du gardien jusqu’à la ligne médiane. En même temps, les remises de touche se font de la main ainsi que les corners,  de manière à ce que les joueurs ne puissent pas avoir de choc. Comme différences par exemple : les remises en touche au futsal Fifa se font au pied alors qu’au futsal AMF, elles se font à la main. Les arbitres sont habillés en pantalon au futsal AMF et en culotte pour la Fifa.

Est ce que le futsal est réservé aux footballeurs en fin de carrière ?

C’est plutôt l’inverse. Il faut une très bonne condition physique pour un joueur au futsal. Les vieux peuvent se retrouver pour les besoin d’entretien physique et jouer à leur rythme mais c’est un sport qui demande des débouches d’énergie tres importantes. Donc, considérer le futsal comme un sport pour les vieux, c’est méconnaître  la discipline. C’est pour cela que nous nous sommes battus pour que le futsal soit considéré au niveau de la Fenassco ligue A. Beaucoup de grands joueurs comme Lionel Messi, Ronaldinho, Ronaldo ont commencé au futsal. Nous jouons au niveau scolaire, universitaire, le monde du travail et civil.

Quelles perspectives pour l’avenir ?

Nous sommes en train d’affilier une équipe du Cameroun pour un tournoi en octobre prochain. On va essayer d’être présent en Espagne pour la coupe du monde. Nous avons signé un partenariat avec la fédération française et ils nous ont promis un soutien en matériel et  en ressources humaines. On aura un stage d’arbitrage d’ici la fin de l’année.