Cameroun – Fonction publique :Les pièces de 3 198 agents fictifs encore attendues

Ils ont huit jours pour fournir au Minfopra des documents nécessaires pour dissiper les doutes sur leur irrégularité.

Dans un communiqué publié hier dans les colonnes du quotidien national Cameroon Tribune, le ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative (Minfopra), Michel Ange Angouing, appelle 3 198 agents «à bien vouloir se présenter sous huitaine auprès des directions en charge de la gestion des ressources humaines de leurs administrations respectives, pour clarifier leur situation administrative». Il s’agit de ceux faisant partie de la liste des agents fictifs de l’Etat rendue publique le 19 août dernier. Ils étaient 10 377 au départ, il ne reste plus que les 3 198 qui doivent prendre attache avec le Minfopra.
L’inobservance de cette note expose les concernés à la suspension de leur solde et la non reconduction de leurs données administratives dans le nouveau Système de gestion intégrée des personnels de l’Etat et de la solde (Sigipes II). Ce même système grâce auquel on a pu dénombrer les agents en irrégularité. La comparaison entre l’extrait du fichier solde de la liste de tous ceux qui émargent au budget de l’Etat chaque mois et celui du personnel transmis par les directeurs des ressources humaines au Minfopra a permis de découvrir le pot-aux-roses.

Les intéressés disposent de huit jours pour produire les pièces suivantes : l’acte de recrutement ou d’intégration dans la Fonction publique, un certificat de prise de service au poste actuel et une attestation de présence effective datant de moins de trois mois. Cette publication arrive au moment où la mise en exploitation du Sigipes II est imminente. C’est donc en qualité de président de pilotage de l’équipe-projet chargée de la mise en œuvre de ce système que le Minfopra appelle les agents interpellés à se mettre en règle.

On se souvient qu’en août dernier, lors de la publication de ces listes, bon nombre d’agents de l’Etat ont crié au scandale. Pourtant, d’après le communiqué du Minfopra, il s’agissait des noms d’agents publics qui sont en irrégularité au niveau du ministère de la Fonction publique. Lors d’une interview accordée au quotidien Cameroon Tribune, Chancel Ako Takem, secrétaire permanent à la réforme administrative indiquait que la liste concernait les «agents publics qui perçoivent des indemnités qui n’ont rien à voir avec leur situation administrative. Des personnes décédées dont les salaires continuent de passer et qui sont perçus par les membres de leurs familles en toute illégalité. Enfin, des gens qui ont abandonné leurs postes de travail et sont à l’étranger depuis des années, mais dont les salaires passent toujours par personnes interposées ».