Cameroun : Etablissements scolaires , il y a une vie pendant les vacances

Un service minimum garantissant la continuité du service et l’entretien des bâtiments est mis en place par nombre de responsables.

Il faut apparemment montrer patte blanche ce 5 juillet pour entrer au Collège bilingue Saint Benoît de Mvolyé,  à Yaoundé. Les vigiles sont en poste et filtrent les entrées. Il faut quelques minutes, pour se rendre compte que le collège restera ouvert au public, même en cette période de vacances. Des cours ont même commencé le 10 juillet dernier, et s’achèveront à la fin du mois d’août. Les bâtiments et les infrastructures seront donc ouverts. Au Lycée général Leclerc, le calme est de rigueur. Des parents et élèves viennent qui pour s’enquérir des résultats du Bepc, qui pour un renseignement précis, etc. Les vigiles sont en poste, renseignent et dirigent. Les jardiniers redonnent des couleurs en coupant, taillant et élaguant ici et là. Le proviseur, Elisabeth Ntonga, fidèle à son habitude est bien là.

A l’époque, elle était au four et au moulin avec les corrections du probatoire et les délibérations du baccalauréat. Mais pour le fonctionnement des bâtiments et infrastructures, pas de souci à se faire. Des équipes de permanence seront mises sur pied pour assurer non seulement leur sécurisation, mais aussi leur entretien. Pour le reste, pendant la période de vacances scolaires, est mis en place le conseil d’établissement qui décide des projets, de la validation du budget, du compte emploi et de la gestion administrative. Le conseil d’enseignement n’est pas en reste, car devant intervenir dans le choix des manuels, des désidérata des emplois de temps devant être disponibles dès le retour des enseignants fin août 2017. Sans oublier les requêtes et revendications des parents sur lesquelles doivent statuer des commissions. Comme quoi en fait, la gestion des bâtiments et infrastructures n’est pas un problème ici.

Au lycée de Ngoa-Ekellé et au lycée technique industriel et commercial de Yaoundé, c’est la même rengaine. On maîtrise. Reste que dans certains établissements notamment les établissements privés, la donne n’est pas toujours la même. Nombre d’entre eux sont pris d’assaut pour des championnats de vacances et autres activités dans leurs infrastructures. Avec au bout du compte et des vacances, de nombreuses dégradations de bâtiments et autres infrastructures à la rentrée scolaire.