Cameroun: Ebogo, le site aux mille charmes

La petite bourgade située à 18 km de la ville de Mbalmayo offre des délices aussi bien pour les yeux, la langue que l’esprit et le corps.

Plus de 1675 ans ! C’est l’âge estimé de l’arbre le plus vieux et le plus gros au monde, une merveille de la nature qui constitue l’une des principales attractions du site touristique d’Ebogo. Le voyage dure à peine une vingtaine de minute, à partir de la ville de Mbalmayo, pour se rendre dans cette localité située à 18 km, dont 10 sur l’axe bitumé qui mène à Ebolowa et 8 sur une route en terre, mais praticable en toutes saisons.
Situé sur les berges du fleuve Nyong, Ebogo ne doit sa célébrité qu’à la beauté et l’originalité de ses paysages, qui drainent du beau monde chaque jour. « Nous n’avons pas d’élite, mais notre village est connu et se développe grâce au tourisme qui est notre principale source de revenus », confie un guide piroguier. Porte de sortie du département du Nyong et So’o, et d’entrée de la Mefou Akono, Ebogo revêt un attrait un peu particulier.

Le visiteur se retrouve immédiatement plongé dans un calme de cimetière, bercé par un vent frais et doux venant du Nyong, et les chants d’oiseaux aux airs originaux.
A peine arrivé sur le site, le touriste est happé par les guides qui le conduisent au bureau du responsable pour lui présenter les merveilles du coin. Un choix pas toujours aisé au regard de la carte proposée, c’est l’argent qui peut faire défaut. La pirogue est un élément essentiel et même incontournable du service, puisque c’est par elle que la visite doit s’effectuer.
En amont, il y a les bancs de sable, le rocher sur l’île, le tour de l’île, le petit sous-bois, le gros arbre, le sous bois ou encore le village de campement. La facture varie entre 10 000 FCFA et 20 000 FCFA par personne, alors que la charge maximale autorisée par pirogue est de 02 personnes adultes et un enfant de moins de 06 ans.
En aval, par contre, les guident vous proposent de visiter les rapides et la rivière So’o, les grottes à roussettes, le sentier botanique, un retour à pieds en passant par le village So’o-Assi. Le tout pour 20 000 FCFA par personne. Dans le sentier botanique par exemple, il y a différentes espèces végétales avec leurs noms et les utilisations éventuelles. «Le cadre est très reposant et relaxant et on fait des découvertes extraordinaires», indique un touriste, d’un groupe de huit expatriés, débarquant fraîchement des pirogues après plusieurs heures passées à scruter les merveilles de la nature.