Cameroun: Des produits alimentaires de qualité douteuse retirés du marché

Pour mettre les consommateurs à l’abri des produits impropres à la consommation, les équipes de la Brigade nationale de contrôle et de répression des fraudes (Bncrf) conduits par Martin Charles Abessolo Monefong quadrillent de plus en plus les marchés.

C’est ainsi qu’un important stock de pâtes alimentaires a été sorti des espaces commerciaux de la ville de Yaoundé, la semaine dernière à Yaoundé. C’est dans le cadre de l’opération d’assainissement du marché, lancée il y a quelques temps par le ministre du Commerce (Mincommerce) Luc Magloire Mbarga Atangana. En effet, selon ces fins limiers, «les denrées saisies sur le marché sont impropres à la consommation». Car, soutiennent-ils, «ces pâtes alimentaires présentent un étiquetage (en langues chinoise et turque) non conforme à la réglementation en vigueur». En attendant bien sûr que les opérateurs incriminés apportent la preuve du contraire, les premiers indices laissent croire, selon les agents du Mincommerce, que ces produits de grande consommation sont sans certificat de conformité. Ces récentes saisies font état de ce que le marché national, est du fait des commerçants déloyaux, inondé par des pâtes alimentaires qui ne répondent pas à la norme en vigueur.

Cette période prêtant généralement à des velléités de spéculation et de l’inflation des prix du fait des opérateurs véreux en vue de réaliser des bénéfices indus, cette campagne du ministère du Commerce vise à permettre aux Camerounais de passer les fêtes de fin d’année et de nouvel an sans pénurie, et approvisionnés en produits de qualité et à juste prix. Approché, le chef de Brigade nationale de contrôle et de répression des fraudes justifie, qu’en plus de l’assurance sur la disponibilité des produits de grande consommation, cette campagne «vise à sortir du marché des produits qui rentrent de façon irrégulière sur le marché national et qui présentent de la non-conformité par rapport à la norme relative aux pâtes alimentaires au Cameroun. En d’autres, termes il s’agit pour nous de ne laisser en vente que des produits ayant connu une certification». Et comme par le passé, M. Abessolo Monefong nous a rassurés que s’il s’avérait, après enquêtes et vérifications, que les détenteurs de ces produits alimentaires ne sont pas en possession des pièces justificatives de leur conformité à la norme en vigueur, «ils seront purement et simplement qualifiés d’impropre à la consommation et par conséquent détruits». Et le chef de brigade visiblement déterminé à mettre le marché à l’abri des produits impropres à la consommation de relever qu’au-delà de la ville de Yaoundé, «cette vaste opération se mène à Douala, Garoua, Bafoussam, en attendant de l’étendre aux localités du pays». Dans cette vaste opération, il y a quelques semaines, un réseau de commerce illégal du poulet congelé importé et des boissons en cannette qui a été démantelé dans la localité d’Ékoko (sur la route Yaoundé-Mbalmayo). Et au quartier Ekoumdoum à Yaoundé, un réseau de siphonage du gaz domestique a également été mis hors d’état d’écumer les consommateurs.