Cameroun – Cinéma. Le village des Ecrans Noirs, c’est au Musée !

Colloque, conférences, projections… L’esplanade de l’édifice à Yaoundé accueille une série d’activités autour du 7e art.

On le savait déjà, la 20e édition des Ecrans Noirs a quelque chose de spécial. Et l’une des grosses surprises de ce rendez-vous international du cinéma qui se tient jusqu’au 23 juillet, c’est bien sûr le grand déménagement du village. Exit le Boulevard du 20 mai. Bienvenue à l’Esplanade du Musée national. Dans le jardin de l’édifice, des tentes se dressent depuis deux jours. Partenaires du festival, associations et maisons liées à la production cinématographique, ouvrent leurs portes aux visiteurs. L’entrée est gratuite. Blanche Bana, actrice, Ecran de la meilleure actrice à l’édition 2015, est présente, mais dans la peau d’une productrice. Elle dévoile sa série « Melting-pot », qu’elle sort en collaboration avec BMJ Productions. Dans son stand, on peut découvrir des extraits de ce nouveau “bébé”. « Nous avons tourné trois épisodes-pilotes pour les présenter aux partenaires intéressés », dit-elle. La Cameroon Film Industry, et la DIFFA ont aussi des stands pour présenter leurs activités.

Ce lundi matin, les visiteurs, c’est, en réalité, les journalistes, mais aussi des acteurs et des réalisateurs, venus assister à la conférence de presse quotidienne. Le panel est alléchant. Le Camerounais Derick Musing, réalisateur de « Kiss of Death », les deux Ivoiriens Jean de Dieu Konan et Samuel Mathurin Codjovi, auteurs de « Innocent malgré tout », et François Marthouret, réalisateur de « Port au Prince, dimanche, 4 janvier », sont prêts à être cuisinés. La séance de questions-réponses se tient tous les jours, avec des cinéastes différents, occasion de revenir sur un film projeté la veille, d’échanger sur leurs œuvres. On en apprend beaucoup sur les coulisses de tournage. Autre volet didactique du village des Ecrans Noirs, les Master class. Gaston Kaboré, réalisateur burkinabé, anime la formation ce lundi. Là aussi, la situation se prête bien au partage et à la quête d’expérience.

Le village du festival, c’est aussi le territoire d’expression des jeunes musiciens, à la faveur d’une compétition de jeunes talents. Un podium où sont installés les musiciens et l’écran de projections sont mis en place. Le village des Ecrans Noirs, c’est aussi le siège des meetings attractifs. Demain, s’y tiendra le colloque avec pour thème : « Festivals et promotion artistique », et dès 19h la nuit des séries.