Cameroun : bientôt la 1ère édition du festival du cinéma africain d’animation

Organisé par l’association Tous’anime, l’événement est prévu du 20 au 21 octobre 2017  à l’Institut français de Yaoundé.

C’est au cours de la conférence de presse donnée ce mardi 17 octobre 2017 à l’Institut français de Yaoundé, que l’association Tous’anime a présenté les contours de la 1ère édition du Festival du Cinéma Africain d’animation (Canimaf) prévu du 20 au 21 octobre 2017 à Yaoundé. L’événement compte mettre en lumière les productions africaines.

Au Cameroun, par exemple, le cinéma d’animation est en pleine éclosion. « Une dizaine de films ont été produits ces cinq dernières années et la demande est de plus en plus importante », confie Jérôme Soffo Simo, délégué général du Canimaf.

Seulement, de l’avis du comité d’organisation du Canimaf, le public camerounais et les diffuseurs locaux ne semblent pas attirés par les productions locales, d’où l’intérêt du Canimaf, dont l’objectif est « de promouvoir toutes les facettes du cinéma d’animation africain en plein essor -particulièrement celui d’origine camerounaise-, détecter de nouveaux talents et stimuler le développement de l’animation au Cameroun», précise Jérôme Soffo Simo.

Le festival sera donc l’occasion pour les experts et les professionnels du cinéma et autres domaines associés, d’échanger sur le développement du cinéma d’animation en Afrique. Pour ce faire, il est prévu un master class sur la production d’un film d’animation au Cameroun, une table ronde et un atelier sur le thème : « approche du développement visuel pour les projets à l’appel du projet de développement du cinéma d’animation camerounais (Emanfilm) ».

Côté films, la programmation 2017 se compose de 20 films, documentaires  d’animation en format court et long métrage, sur des thèmes comme l’amour, l’éducation, le bonheur, entre autres. Des films produits au Cameroun, en Côte-d’Ivoire, à Madagascar, en  Belgique, en France, etc.

Le jeune public n’est pas oublié. Des séances du matin sont ouvertes aux enfants, et celles de l’après-midi aux familles. Le comité d’organisation  du Canimaf précise que pour cette première édition, l’accès à la salle de projection sera payante.