Cameroun – Bafoussam: Jean II Fotso Risque de créer une catastrophe à Kamkop

Les habitants du quartier KAMKOP à Bafoussam ont vécu un véritable cauchemar  samedi 26  et dimanche 27 septembre 2015.

Un camion transportant une énorme citerne appartenant à la savonnerie SCS située en plein cœur du quartier Kamkop a coupé  tous les fils transportant l’énergie électrique  haute et basse tension situés sur son passage. Ce qui a failli embrasé tout le quartier n’eut été la prompte réaction d’ENEO qui a mis le circuit hors tension. L’énergie n’a été rétablie que le dimanche aux environs de 10h. Une dizaine de ménages ont vu leur matériels électronique et électroménagers  (téléviseurs, ordinateurs, congélateurs, frigidaires…) endommagés par cet incident. La maison de famille TCHIKANDA a failli prendre feu. Ce n’est pas le premier incident  qui survient dans ce quartier: en effet, les principales  voies d’accès du quartier surtout au  lieu dit Palace Garden sont dégradées du fait des gros porteurs qui transportent chaque jours les produits destinés à cette savonnerie sans compter de nombreux accidents causés par ces camions et la pollution de l’air, des cours d’eau environnant. Les populations du quartier se sont organisées en collectif pour porter leurs revendications aux autorités. Malheureusement toutes leurs requêtes n’ont pas prospéré et pour cause: le propriétaire de cette savonnerie est membre du Comité Central du RDPC et dispose de ce fait de solides relations dans les administrations en charge d’examiner ces requêtes. Cet énième incident vient remettre au goût du jour non seulement la problématique de l’installation des unités industrielles en plein quartier résidentiel, mais aussi celle du transport et de la circulation des produits et engins dangereux dans notre pays, qui dispose pourtant des institutions chargées de la protection civile. Le Ministre de l’Environnement et de la Protection de la Nature, ainsi que celui  de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation en charge de la protection civile sont fortement interpellés pour prendre de mesures en vue du respect de la législation et de la règlementation en vigueur dans leur secteur respectif. Signalons pour le dénoncer le comportement agressif du gendarme chargé de convoyer la citerne de Douala à Bafoussam, qui a menacé d’ouvrir le feu sur les journalistes si ceux-ci s’avisaient à filmer l’incident.
Charlie TCHIKANDA, Directeur Exécutif
Ligue des Droits et Libertés (LDL)
Liberty & Human Rights League