Cameroun : Après la libération de Lydienne Yen Eyoum, Marafa espère une libération

– La libération de l’avocate franco-camerounaise Lydienne Yen Eyoum le 4 juillet dernier peut-elle entrainer également une sortie de prison de l’ancien Secrétaire général de la présidence du Cameroun Marafa Hamidou Yaya ? C’est du moins ce qu’espère le détenu, ses proches et ses avocats parmi lesquels Me Alice Nkom, qui l’a rencontré le 30 juin dernier : « “Il m’a dit sa satisfaction. Parce que c’est quelqu’un qui a toujours clamé son innocence, clamé la violation de toutes les lois qui ont conduit à son arrestation, qui ont d’ailleurs permis de dire que c’est un prisonnier politique, parce que rien de ce qui lui était reproché était légalement prouvable.”.

 

Dans les cas Michel Thierry Atangana, Lydienne Yen Eyoum et Marafa Hamidou Yaya, il existe de nombreuses similitudes. Tous les trois ont été accusés par l’Etat du Cameroun de détournement de fonds publics. Tous les trois ont été jugés et condamnés par les tribunaux et leurs peines ont été chacune confirmé par la Cour suprême, condition préalable à une grâce présidentielle. Egalement, leur emprisonnement a été dénoncé par le groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire, qui a justement qualifié leur détention « d’arbitraire ». Dans les faits, cette décision veut simplement dire que le gouvernement camerounais a l’obligation de libérer Marafa, et de lui accorder une réparation appropriée.

 

C’est ce dernier élément qui suscite beaucoup d’espoirs chez les proches de Marafa. En reconnaissant le caractère arbitraire de la détention de Marafa Hamidou Yaya le 30 juin, le groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire fera certainement pression sur le régime de Yaoundé au niveau de l’Onu, dont le Cameroun est membre. Une pression qui viendra s’ajouter à bien d’autres comme celle de l’Union Africaine, des Etats-Unis, et de la France, qui sont des partenaires privilégiés de Yaoundé.