camernews-douala

Boulevard de la République de Douala: La deuxième phase du projet bloquée depuis deux ans

Boulevard de la République de Douala: La deuxième phase du projet bloquée depuis deux ans

C’est à cause des tensions de trésorerie que le taux d’avancement est resté à 22%, et les délais de consommation à de 36%.

Le Génie Militaire est chargé de l’exécution des travaux de construction du Boulevard de la République dans la ville de Douala, capitale économique du Cameroun. Depuis plusieurs mois, le chantier est au ralenti. Les travaux sont à l’arrêt à cause du financement. Si l’on en croit Le Quotidien de l’Économie du 16 janvier 2017, la Communauté Urbaine de Douala (CUD) a déjà signé le chèque y afférent. Le problème se situe au niveau du Trésor Public.

«On nous dit que le pays est engagé en guerre, qu’il n’y a pas d’argent, etc.», explique le chef de chantier. «Vous savez, nous avons déguerpi les gens pour pouvoir travailler sur ce site. Lorsque les travaux piétinent comme c’est le cas en ce moment, les déguerpis pensent à une théorie de complot. Quant aux populations riveraines, elles sont excédées par la poussière», déplore-t-il.

Le Boulevard de la république est un tronçon de 2500 mètres. Les automobilistes y roulent toujours les vitres fermées pour éviter la poussière, et les conducteurs de motos arborent des cagoules. Malgré cette poussière, la route est très sollicitée. «C’est un excellent raccourci pour rallier rapidement l’arrondissement de Douala 5e», lance un moto-taximan.

Les riverains font le ménage plusieurs fois par jour pour lutter contre la poussière excessive. «On nettoie sans cesse, c’est pénible. On se demande bien à quand la fin des travaux? Nous craignons déjà pour notre santé», explique Thérèse Tina, une tenancière de débit de boisson situé à proximité du chantier.

La vie continue cependant dans le chantier. Quelques militaires y vivent et y travaillent tant bien que mal. En guise de prévision, ils effectuent des travaux de préfabrication des dalots en béton qui sont ensuite stockés dans un hangar. Ces travaux de préfabrication sont financés par le Génie Militaire lui-même.

Le taux d’avancement des travaux est de 22% et les délais de consommation de 36%. La première phase est achevée à 100%. Elle a consisté en la libération d’une emprise de près de 35 mètres, la réalisation des terrassements généraux, la construction d’ouvrages d’assainissement et des démolitions diverses.

camernews-douala

camernews-douala